La fibre optique devrait être déployée dans les zones non desservies du territoire de Sainte-Cécile «d’ici la fin de 2019».

Internet haute vitesse bientôt pour tout le monde

La fibre optique fera bientôt son entrée à Sainte-Cécile-de-Milton. La municipalité a récemment ratifié une entente avec Cooptel pour le déploiement du service dans les zones encore non desservies.

« Ça fait des années que les citoyens nous demandent d’avoir Internet haute vitesse partout dans la municipalité. On est quand même à proximité de grands centres urbains. En 2019, c’est le genre de chose incontournable pour une communauté qui souhaite être attrayante, autant pour les nouveaux résidants que pour les entreprises. Maintenant, on peut dire mission accomplie », a indiqué le maire, Paul Sarrazin.

Selon ce dernier, environ 250 ménages ne sont pas desservis actuellement, soit près de 20 % de la population. Après quelques approches auprès de joueurs majeurs dans cette effervescente industrie, Cooptel a signifié son intérêt pour « dérouler la fibre optique » où le service n’était jusqu’ici pas offert. Les travaux devraient être lancés sous peu.

« On est à finaliser les détails avec l’entreprise. On devra avoir un local sur le territoire pour que la compagnie puisse s’établir. De son côté, celle-ci doit compléter les devis d’ingénierie et les demandes pour raccorder le réseau via les poteaux existants, soit ceux d’Hydro-Québec, de Vidéotron ou de Bell », a fait valoir M. Sarrazin. Si tout se déroule comme prévu, l’ensemble des citoyens sera desservi « d’ici la fin de 2019 ».

Concurrentiel

Comme Cooptel sera la seule à offrir le service dans les secteurs ruraux de Sainte-Cécile, les prix seront-ils concurrentiels pour les consommateurs ? Le maire est d’avis que oui.

« Selon les échanges avec la compagnie, on s’est assuré que les gens aient accès à Internet haute vitesse à des prix avantageux, comparativement à ce qui est offert par les gros câblodistributeurs », a-t-il mentionné.

L’arrivée de Cooptel permettrait potentiellement aux citoyens d’avoir accès à d’autres services connexes, a-t-il ajouté.

« Minimalement, je pense qu’il y a une stratégie d’affaires de l’entreprise d’aller chercher les trois services : la téléphonie, la télé et Internet, auprès de la clientèle chez nous», a-t-il dit.

Subvention

De son côté, la municipalité injectera 134 000 $ pour la mise en œuvre du projet via l’entente de service avec Cooptel.

« On n’imposera pas de taux de taxation spécifique. On croit que c’est un service que l’ensemble des citoyens doit avoir. C’est un retour du balancier pour les secteurs plus éloignés de notre territoire », a spécifié M. Sarrazin.

Par ailleurs, une subvention de 60 000 $ vient diminuer la facture des contribuables. Cette somme provient du Fonds de développement des territoires du ministère des Affaires municipales, attribué par le biais du Fonds de développement des communautés de la MRC de la Haute-Yamaska, au terme d’un appel de projets.