Normand et Nicolas Pomerleau sont propriétaires du vignoble depuis 2015
Normand et Nicolas Pomerleau sont propriétaires du vignoble depuis 2015

 Vignoble et cidrerie Coteau St-Paul: renaître de ses cendres

Depuis l’incendie de 2018 qui a ravagé une partie des installations du Vignoble et cidrerie Coteau St-Paul, les propriétaires, Normand Pomerleau et son fils Nicolas, n’ont pas chômé. De l’augmentation du volume de vignes, à la reconstruction de la boutique, les Pomerleau ont des idées plein la tête.

« On a planté 18 500 plants jusqu’à maintenant », lance Nicolas Pomerleau, qui a acheté le vignoble avec son père il y a cinq ans, après ses études à L’Institut de technologie agroalimentaire.

Ayant fait ses premiers pas comme stagiaire au vignoble, en 2008, alors que celui-ci appartenait à Jean-Guy Gosselin, Nicolas Pomerleau a toujours été attiré par la vie en plein air, trouvant un grand bonheur à travailler à l’extérieur, retourner la terre et faire pousser sa nourriture.

Nicolas Pomerleau, copropriétaire du Vignoble et cidrerie Coteau St-Paul, a beaucoup de projets pour son entreprise, dont une partie a été endommagée par un incendie en 2018.

« Ça donne un sens au vivant. C’est la vraie liberté », laisse entendre le copropriétaire qui rêvait déjà à l’adolescence de posséder quelques champs et de vivre de la terre.

Virage biologique

Tranquillement, le vignoble Coteau St-Paul effectue une transition vers une production entièrement biologique. « C’est un défi, surtout au niveau de la gestion parasitaire, mais je crois que ça en vaut vraiment la peine. Avec la venue au monde de mon enfant, je ne veux pas lui dire : “non ne va pas jouer là, c’est poison”, dit Nicolas, qui attend la visite de la cigogne avec sa femme, Gabrielle Godbout. Mais si on est assidus dans les traitements, ça réussit très bien. La transition se passe bien »,

Cinq vins, trois portos, quatre mistelles et trois cidres composent, à ce jour, la gamme de produits du vignoble. Un vin orange et un cidre au raisin s’ajouteront bientôt à la collection de produits.

 Nouveautés

Rappelons que le 23 novembre 2018, un incendie a endommagé la boutique et la salle de réception, une perte s’élevant à plus de 150 000 $. Nicolas Pomerleau avait lui-même combattu les flammes avant l’arrivée des pompiers, ce qui en avait ralenti un peu la propagation.

Le sinistre n’a pas miné la résilience des Pomerleau, qui ont su transformer l’adversité en opportunité. « 2019 a été plus difficile, mais là, ça va de mieux en mieux. Les gens demandent beaucoup nos produits, surtout avec l’engouement pour l’achat local du Panier bleu », dit-il.

Aujourd’hui, la boutique, toujours en construction, « sera terminée, si tout va bien, pour la fête du Travail », mentionne Normand Pomerleau.

« On a planté 18 500 plants jusqu’à maintenant », lance Nicolas Pomerleau, qui a acheté le vignoble avec son père il y a cinq ans, après ses études à L’Institut de technologie agroalimentaire.

Deux terrasses privées font partie des plans de l’entreprise, que les gens pourraient louer pour des événements privés, des sorties de couple, entre amis, etc. Une grande terrasse publique sera également aménagée tout en haut du vignoble, offrant aux dégustateurs et aux amateurs de beaux paysages un splendide panorama de vignes et de pommiers.

« On veut pousser l’expérience agrotouristique au maximum. Les gens pourront s’asseoir, une bouteille à leurs pieds, et tranquillement admirer la vue », commente Nicolas.

Des installations qui pourraient également servir aux mariages et autres événements, un projet cher aux yeux de Gabrielle Godbout, qui aimerait également, dans « 10-15 ans », offrir un appartement locatif sur le site du vignoble.

« Ma passion pour la viticulture s’est développée en voyant celle de Nicolas, qui est très contagieuse. Il en parle avec des étoiles dans les yeux », affirme Gabrielle Godbout, mariée à Nicolas depuis un an.

Pour l’instant, elle tient la boutique la fin de semaine, quoique celle-ci soit ouverte tous les jours jusqu’à 17h, sur appel en semaine.