La première pelletée de terre du futur Quartier du Verger devrait être donnée l’an prochain, selon le maire Robert Vyncke et le directeur général par intérim, Jean-Raphaël Cloutier.

Quartier du Verger: de plus en plus près du but

Dans les cartons depuis près de dix ans, le futur Quartier du Verger, projeté à l’arrière de l’hôtel de ville de Saint-Paul-d’Abbotsford, continue à cheminer dans l’appareil municipal, si bien qu’il devrait finalement se concrétiser l’an prochain.

« C’est attendu depuis longtemps par les citoyens », lance le maire, Robert Vyncke.

Ce nouveau secteur résidentiel, qui permettra à terme d’ajouter près de 70 portes, est, selon lui, une des « pierres angulaires du développement intégré » du village, sur les plans culturel, économique et scolaire. « C’est très important pour qu’on puisse augmenter la population progressivement et avoir une viabilité foncière pour être en mesure de répondre aux besoins futurs des citoyens. Ça nous prend une masse critique foncière », souligne M. Vyncke.

Une étape importante sera franchie à la fin de cette année, alors qu’un appel d’offres devrait être lancé afin de vendre les terrains qui totalisent 50 825 mètres carrés
(547 075 pieds carrés) à un ou des développeurs, souligne pour sa part le directeur général par intérim de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier.

Si tout se déroule comme prévu, la première pelletée de terre permettant la construction d’une première résidence pourrait être donnée l’an prochain, ajoute-t-il.

Le développement sera soumis à un plan d’aménagement d’ensemble, de même qu’à un plan d’implantation et d’intégration architectural. Les résidences unifamiliales et jumelées, ainsi que les deux quadruplex projetés seront desservis par les services municipaux d’aqueduc et d’égout.

C’est le Groupe FBE de Saint- Hyacinthe a obtenu le contrat d’ingénierie pour la préparation des plans et devis ainsi que pour la surveillance des travaux.

Préparation

Au cours des dernières années, de nombreuses études et demandes d’autorisation ont été réalisées, notamment avec Hydro-Québec et le ministère des Transports du Québec. Les dernières formalités sont en voie d’être complétées, souligne Jean-Raphaël Cloutier.

L’approvisionnement en eau potable de ce futur développement a particulièrement été un enjeu, affirme le maire Vyncke. « Ça nous a pris du temps avant d’être sûrs d’avoir assez d’eau. On a fait aménager un puits, en 2012, qui apporte suffisamment d’eau pour alimenter le développement résidentiel », dit-il.

La superficie à développer est en fait répartie sur deux terrains, l’un propriété de la famille Chagnon, l’autre de la municipalité.

L’aménagement d’une rue à côté de l’hôtel de ville permettra l’accès au nouveau développement, dont les rues porteront des noms de pommes.

Un sentier piétonnier « vert » y sera aménagé pour permettre d’accéder au parc prévu à l’arrière du développement. Un lien cyclable est aussi projeté pour joindre la piste cyclable La Route des Champs qui transite à proximité, détaille Jean-Raphaël Cloutier.

Les jeunes familles, ainsi que les aînés, trouveront amplement leur compte dans le Quartier du Verger, estime le maire.

Selon lui, l’aspect « bucolique » du village, ainsi que l’effervescence commerciale qui animent depuis quelques années le cœur de la municipalité, sont autant d’éléments en sa faveur.

Robert Vyncke affirme également que le taux de taxation de la municipalité est parmi les plus bas de la MRC de Rouville et que des projets intéressants seront réalisés à court et moyen terme, comme l’ajout d’une surface de hockey balle et d’un sentier dans la montagne.