La famille Brie est composée de Mélanie Fleury et Martin Brie, au centre, entourés de leurs trois enfants: Mathieu, Maxime et Samantha.

Le temps des pommes à l’année

Depuis quelques mois déjà, les utilisateurs de la route 112 ont pu remarquer qu’un imposant bâtiment s’érige tranquillement tout près du cœur du village de Saint-Paul- d’Abbotsford. L’édifice actuellement en construction deviendra, en août, le plus grand entrepôt réfrigéré de pommes de l’entreprise Verger des Bois-Francs.

L’entreprise familiale a été fondée par Rosaire Brie au début des années 1940, à Princeville. Lui ont succédé son fils Pierre et sa femme Ghislaine, puis le fils du couple, Martin. Avec sa conjointe Mélanie, celui-ci peut compter sur une belle relève en leurs trois enfants Samantha, Maxime et Mathieu. Pomiculteurs de père en fils et maintenant de père en fille, les Brie ont fait prospérer le commerce du patriarche pour en faire une entreprise diversifiée. « On a été intégrés très jeunes dans l’entreprise, relève Martin. À force de travailler là-dedans, tout le monde y a pris goût. C’est contagieux ! »

« J’ai eu la piqûre, confirme Samantha. J’ai fait des études en comptabilité, mais j’ai toujours vécu là-dedans. Je ne me voyais pas faire autre chose ! »

Microclimat

La famille Brie était propriétaire de terres à Princeville et à Plessisville avant d’acquérir quelque 12 hectares de vergers à Saint-Paul-d’Abbotsford. C’était en septembre 2009. De fil en aiguille, les Brie ont acheté d’autres lots, portant à 65 hectares les terres cultivées dans la municipalité.

Plus de 75 000 pommiers répartis dans les 100 hectares de vergers de l’entreprise produisent des millions de pommes annuellement et d’autres acquisitions dans un futur plus ou moins rapproché pourraient augmenter ce rutilant bilan.

« Il y a, dans la région, un microclimat avec plus de chaleur ce qui nous permet de mieux cultiver certaines variétés de pommes, comme la Gala », indique Maxime.

La famille compte d’ailleurs implanter de nouvelles variétés dans ses vergers d’ici afin de diversifier son offre.

Capacité augmentée

Le premier entrepôt réfrigéré de l’entreprise est construit en 1987, à Princeville. Celui-ci étant devenu trop petit et désuet pour les besoins de la compagnie, les Brie ont choisi d’en faire bâtir un plus imposant, de 50 000 pieds carrés, route 112, à Saint-Paul- d’Abbotsford, tout juste devant leurs vergers.

« On produit plus ici, donc c’était logique de s’installer tout près, explique Samantha. De plus, on sera à proximité de certains de nos clients à Montréal et sur la Rive-Sud. »

L’entrepôt servira également de plan d’emballage des pommes surtout vendues à des épiciers et des fruiteries partout au Québec. Au maximum de sa capacité, il serait possible d’y emballer l’équivalent de 60 tonnes de pommes par journée de travail de huit heures, à raison de 400 caisses à l’heure.

L’édifice sera équipé d’une nouvelle machine à la fine pointe de la technologie permettant de laver, de sécher et de trier les pommes. « Quand on va à l’épicerie, on ne le remarque pas, mais les pommes sont presque toutes de taille similaire, explique Maxime. C’est ainsi qu’elles sont triées, mais elles ne viennent pas toutes du même pommier. »

L’appareil permettra aussi d’assurer une meilleure qualité du produit, renchérit Martin.

« Elle pourra distinguer les défauts de certains fruits, comme des poques, des piqûres d’insectes et même des défauts internes », explique-t-il.

Les pommes dites « déclassées » ou imparfaites sont, pour leur part, vendues à des entreprises de transformation dont plusieurs se trouvent dans la région, comme les Industries Lassonde et la Cidrerie Milton, par exemple.

Le projet, dans les cartons depuis février 2018, devrait être mis en œuvre d’ici la fin de l’été.

Tout juste à temps pour le « vrai » temps des pommes.

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Le secret d’une magie qui opère

Si la viticulture se porte bien au Québec, voire au Canada, c’est en partie grâce à l’expertise du producteur de vignes André Breault, un pionnier dans le domaine. Depuis plus de 20 ans, lui et sa conjointe, Mariette Lagueux, travaillent en partenariat avec les meilleurs chercheurs qui mettent au point des plants hybrides adaptés aux particularités des sols et du climat nord-américain.

Viticulture A et M produit annuellement 300 000 jeunes plants, issus principalement de croisements, pour répondre aux besoins de vignerons professionnels. À ce jour, l’entreprise établie à Saint-Paul-d’Abbotsford à deux pas de la montagne, a franchi le cap de cinq millions de plants vendus. Rien de moins. Or, le succès n’a pas toujours été au rendez-vous. «Au début des années 1980, j’étais vigneron aux Arpents de neige à Dunham avec mon frère, raconte celui qui a étudié en cultures fruitières à l’Institut de technologie agricole de Saint-Hyacinthe. On était bons dans ce qu’on faisait. Malheureusement, on n’avait pas d’expérience comme gestionnaires. Et ce qui devait arriver arriva. Quand ça fait dix ans que tu travailles à fond la caisse et que tu frappes le mur, ça fait mal et ça laisse plusieurs blessures... J’ai presque tout perdu. Il ne me restait que mes connaissances dans la culture de la vigne.»

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Vers un beau village en harmonie avec la nature

Ne soyez pas étonnés si le village de Saint-Paul-d’Abbotsford fleurit au cours des prochaines semaines. La municipalité vient de mettre en branle son plan d’embellissement.

Né en Belgique, le maire de l’endroit, Robert Vyncke, est venu s’installer au Québec avec sa famille au tournant des années 1950. Il est toutefois retourné dans sa contrée natale quelques années plus tard pour y faire ses études.

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Bientôt du dek hockey à Saint-Paul?

L’exode des jeunes du hockey sur glace vers le hockey balle peut constituer une problématique pour certaines municipalités. Pour répondre à la demande fort populaire dans ce domaine, la Ville de Saint-Paul-d’Abbotsford travaille afin d’obtenir une surface de dek hockey qui replacerait les anciens courts de tennis du terrain des loisirs.

Le processus attend l’aval du gouvernement provincial pour se concrétiser. « Aussitôt que le projet est accepté, la municipalité va de l’avant », assure Jean-Raphaël Cloutier, directeur général par intérim de la municipalité.

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Quartier du Verger: de plus en plus près du but

Dans les cartons depuis près de dix ans, le futur Quartier du Verger, projeté à l’arrière de l’hôtel de ville de Saint-Paul-d’Abbotsford, continue à cheminer dans l’appareil municipal, si bien qu’il devrait finalement se concrétiser l’an prochain.

« C’est attendu depuis longtemps par les citoyens », lance le maire, Robert Vyncke.

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Nouveau décor et nouvelle image au Coteau St-Paul

Lorsqu’une partie des installations de son entreprise s’est envolée en fumée, Nicolas Pomerleau a refusé de se laisser abattre. Le copropriétaire du vignoble et cidrerie Coteau St-Paul a plutôt transformé le sinistre en opportunité. Il a ainsi revu son image de marque et donné un nouveau look à ses installations.

« Sur le coup, tu es découragé. Mon père a pensé arrêter, mais moi, je ne veux pas faire autre chose de ma vie. C’est ma passion », affirme Nicolas Pomerleau, copropriétaire de l’entreprise située à Saint-Paul-d’Abbotsford.

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Bientôt le sommet pour les citoyens

Le rêve de donner accès au mont Yamaska aux citoyens de Saint-Paul qui n’en sont pas propriétaires devient de plus en plus concret. La Ville travaille sur les plans de sentiers trois ou quatre saisons qui relieront la base au sommet avec des servitudes de passage.

« Depuis plusieurs années, la municipalité s’efforce de trouver des solutions pour permettre à ses citoyens d’accéder au sommet du mont Yamaska, explique le directeur général par intérim de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier. Différentes choses ont été faites et, dernièrement, avec l’acquisition par la Ville du sommet de la montagne où se trouve le ‘‘chalet’’, une première étape a été franchie.»

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Traverses pour cyclistes: l’aménagement est projeté

L’aménagement de traverses destinées aux cyclistes dans le but de les attirer au cœur de la municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford se trouve dans les cartons. Elles permettront ainsi aux usagers de La Route des Champs de quitter la piste cyclable et de traverser la route 112 en toute sécurité, et ce, à deux endroits.

La municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford souhaite promouvoir l’agrotourisme. L’une des façons d’y parvenir est d’offrir un accès sécuritaire aux différents attraits et commerces à ceux qui voyagent à vélo. Dans cette optique, la municipalité désire que deux traverses soient aménagées aux deux extrémités de la ville.

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Faire les choses autrement

Malgré le succès du Festival Saint-Paul-d’Abbotsford dans tous ses arts, la municipalité fera les choses autrement cette année. Plutôt que de regrouper les activités en une seule fin de semaine automnale, on proposera aux citoyens quelques rendez-vous uniques.

Le directeur général par intérim de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier, ne cache pas que l’organisation du Festival exigeait beaucoup de travail de sa petite équipe.
En étalant les événements dans le calendrier, la tâche de la Ville sera facilitée, sans que le public y perde au change, dit-il.

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Urbanisme: la Ville a une nouvelle vision

L’image de marque et le développement de la municipalité, entre autres choses, seront portés par la refonte des règlements d’urbanisme de Saint-Paul-d’Abbotsford, qui se donne des moyens souples pour parvenir à ses fins.

La démarche s’est inscrite dans la nouvelle vision de la municipalité de «se sortir du noir et du blanc, de devenir plus flexible à la réalité et aux besoins de la population», indique le maire Robert Vyncke. «L’administration passée, en 2008, avait erré et adopté un règlement à la hâte. Il y avait beaucoup de choses là-dedans qui ne correspondaient pas aux besoins de la municipalité et des citoyens», explique-t-il.