Une grande équipe de bénévoles permet de faire fonctionner la friperie Passez au suivant, dont l’ensemble des profits vont au maintien de l’église de Saint-Paul-d’Abbotsford.
Une grande équipe de bénévoles permet de faire fonctionner la friperie Passez au suivant, dont l’ensemble des profits vont au maintien de l’église de Saint-Paul-d’Abbotsford.

Friperie Passez au suivant: une aide incontournable pour l’église

Depuis son ouverture, en 2008, la friperie Passez au suivant vend vêtements, petits électroménagers et une multitude d’objets divers. Elle est appréciée à la fois de l’église, qui bénéficie de tous les profits, et de sa clientèle, qui y trouve une grande variété d’articles à très petit prix.

Le projet est né vers l’automne 2008, quand un citoyen a manifesté le souhait d’installer un bac près de l’église de Saint-Paul-d’Abbotsford afin d’y récolter des objets inutilisés, mais réutilisables, qui seraient ensuite redistribués aux moins nantis. Au même moment, « l’église avait besoin d’aide financièrement », explique la bénévole Jocelyne Chauvin qui, avec trois autres personnes, a eu l’idée de faire d’une pierre deux coups en créant une friperie. Celle-ci, en plus de donner une deuxième vie aux vêtements et aux objets, permet à l’église de recueillir des fonds permettant de maintenir ses activités.

La friperie Passez au suivant a donc ouvert ses portes pour la première fois le 13 octobre 2008. Elle était alors située dans un petit local du presbytère. « Au début, chaque mois, on empiétait un peu plus sur le presbytère », raconte Mme Chauvin. 

Aujourd’hui, la friperie occupe presque l’ensemble du bâtiment. Le rez-de-chaussée sert au rangement et à l’entreposage des articles et le sous-sol sert de boutique pour les vêtements, tandis qu’un garage à proximité regroupe les autres objets offerts aux clients.

Un groupe de cinq personnes, composé de Jean-Michel Bienvenu, Danielle Lamy, Constance Mailloux, Jocelyne Chauvin et la présidente de la fabrique, Manon Gosselin, dirige le commerce. Cependant, ce sont près d’une vingtaine de bénévoles qui trient, nettoient, étiquettent et disposent les articles à vendre dans la friperie.

La bénévole Jocelyne Chauvin fait partie de l’équipe de la friperie depuis son ouverture, en 2008.

Petits prix, grands profits

L’équipe travaille d’arrache-pied pour que les visiteurs puissent faire des trouvailles intéressantes à des prix avantageux. 

Par exemple, « chaque item est étiqueté selon sa qualité », assure Jocelyne Chauvin. Les prix diffèrent d’un article à l’autre tout en demeurant abordables: les vêtements pour enfants varient entre 1 $ et 3 $, tandis que les habits pour adultes sont affichés à des prix allant de 2 $ à 6 $.

Certains objets sont aussi réparés par Jean-Michel Bienvenu afin d’être vendus dans le meilleur état possible. « On veut rendre service aux gens, on ne veut pas leur donner quelque chose qui ne fonctionne pas », indique Mme Chauvin.

M. Bienvenu gère d’ailleurs la page Facebook de la friperie, où il affiche presque quotidiennement des articles à vendre, qu’il offre même d’aller livrer aux acquéreurs.

Des vêtements pour adultes et enfants et une grande variété d’articles sont offerts à de faibles prix. La friperie offre aussi un service de livraison pour les objets affichés sur la page Facebook de l’organisme.

Malgré des heures d’ouverture restreintes — les jeudis de 13 h à 16 h 30, les vendredis de13h à 20 h et certains samedis de 10 h à 15 h —, la friperie est une entreprise prolifique. « Quand on a commencé, on pensait faire 5000 $ de profit durant l’année et on a plus que doublé. On a toujours continué à avoir une progression » depuis, illustre Mme Chauvin.

Histoire de remplir un peu plus les coffres et de vider les tablettes, le groupe de bénévoles avait aussi l’habitude d’organiser une grande vente de garage annuelle, qui n’aura malheureusement pas lieu cette année à cause de la pandémie. Cet événement permettait de récolter près de 10 000 $, en plus d’être un « beau moment de rassemblement dans la paroisse », selon la bénévole.

Elle soutient que la friperie possède une clientèle fidèle parmi les Abbotsfordiens, mais elle est aussi prisée par les citoyens des villes environnantes. 

Comble de bonheur, cette clientèle se renouvelle aussi. « Dernièrement, ce sont les jeunes adultes et les adolescents qui reviennent plus souvent » et qui forment une nouvelle clientèle, explique avec bonheur Jocelyne Chauvin, qui souhaite remercier tous ceux qui s’impliquent ou qui magasinent à la friperie Passez au suivant.