La salle communautaire des loisirs pourrait prendre des allures de bistro, en accueillant une prestation musicale intime « en duo ou en trio en formule semi-acoustique », indique le directeur général par intérim, Jean-Raphaël Cloutier.

Faire les choses autrement

Malgré le succès du Festival Saint-Paul-d’Abbotsford dans tous ses arts, la municipalité fera les choses autrement cette année. Plutôt que de regrouper les activités en une seule fin de semaine automnale, on proposera aux citoyens quelques rendez-vous uniques.

Le directeur général par intérim de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier, ne cache pas que l’organisation du Festival exigeait beaucoup de travail de sa petite équipe.
En étalant les événements dans le calendrier, la tâche de la Ville sera facilitée, sans que le public y perde au change, dit-il.

« On garde les éléments qui fonctionnaient le mieux. Mais tout est à revoir. On monte présentement la programmation. »

Chose certaine, un retour sur le dernier Festival a fait dire à M. Cloutier et ses collaborateurs qu’il valait mieux ne plus concentrer toutes les activités sur trois journées consécutives.

« On avait une belle participation du public, mais avec des événements isolés, on pense que les gens seront plus disponibles pour y assister. L’étalement sur quelques semaines, à l’automne, est maintenant la formule privilégiée. On va venir bonifier chacune des activités au programme en créant un événement en soi. »

Le gestionnaire assure que le créneau de la culture et des arts sera conservé. Durant les Journées de la culture, en septembre, on en profitera, par exemple, pour tenir une activité jeunesse, avance-t-il.

La présentation d’un spectacle musical à grand déploiement à l’église catholique est dans l’air. Une soirée de cabaret d’humour pourrait même y être jumelée, dit-on. La salle communautaire des loisirs, elle, pourrait prendre des allures de bistro, en accueillant une prestation musicale intime « en duo ou en trio en formule semi-acoustique », ajoute M. Cloutier, sans en dévoiler davantage.

Mais certaines activités, comme le Marché du livre, notamment, ne reviendront pas en 2019.

Dotée d’un budget d’environ 40 000 $ à l’époque du Festival, la nouvelle programmation profite cette année d’une enveloppe un peu plus modeste, affirme cependant
M. Cloutier.

La fête au village!

Pour la municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford, la fin de l’année scolaire est le prétexte idéal pour faire la fête au village. 

Cette année, les élèves de l’école primaire Micheline-Brodeur vivront leur dernière journée de classe le vendredi 21 juin. Ce sera donc l’occasion pour eux et leurs parents de célébrer ce grand moment. Après des activités à l’école en matinée, puis au parc des Loisirs en après-midi, les jeunes seront invités à y retourner vers 16 h pour un grand pique-nique familial gratuit. « Le mot d’ordre de la municipalité, c’est de redonner à la population », résume Jean-Raphaël Cloutier.

Le directeur général par intérim se réjouit devant  la popularité de cette fête, qui attire plus de 400 personnes chaque année. « Ça fonctionne très bien », constate-t-il en rappelant que les participants auront droit à des jeux gonflables, du maquillage, des sculptures de ballons, un mur d’escalade et des amuseurs publics. Côté restauration, on leur offrira hot dogs, maïs soufflé, barbe à papa et sucettes glacées. 

« En qui a trait aux nouveautés, il y aura cette année une station de réalité virtuelle et une dégustation de bière avec la présence de quatre microbrasseries », ajoute
M. Cloutier. On ne prévoit ni spectacle ni feux d’artifice, cependant. En cas de pluie, un vaste chapiteau sera prévu, mais il est quand même suggéré de consulter le site web de la Ville avant de se rendre sur place. Isabel Authier