Le futur sentier sera réservé aux Abbotsfordiens via un système de bracelets et de patrouilleurs bénévoles, dit le maire Robert Vyncke.

Accès public à la montagne: «D’ici deux ans», dit le maire Vyncke

Les négociations vont bon train pour aménager un premier sentier accessible aux citoyens qui souhaitent gravir le mont Yamaska, entièrement privé.

«Ça avance très bien, on a déjà planifié la moitié du sentier», indique le maire de Saint-Paul-d’Abbotsford, Robert Vyncke. Ça sera fait d’ici deux ans.»

Après des années de tiraillements, la Ville a entamé des pourparlers avec certains propriétaires pour permettre un accès public, mais restreint, à la montagne qui borde la municipalité de 3 000 habitants. Le sentier sera réservé aux Abbotsfordiens via un système de bracelets et de patrouilleurs bénévoles, dit le maire.

Le point de départ se trouvera près de la route 112, à proximité de la prise d’eau de la municipalité, pour une boucle d’environ 3 km jusqu’à l’un des sommets «comme la population l’a toujours voulu», dit M. Vyncke.

Afin de protéger l’environnement et d’éviter le vandalisme, le sentier doit être aménagé «dans les règles de l’art» et ne traversera aucune érablière. Il sera aussi doté de pancartes informatives pour être «balisé, sécuritaire et éducatif». «Mais on est encore loin des détails», précise M. Vyncke.

On ne sait pas encore, par exemple, si les droits de passage demandés seront acquis, loués ou prêtés. «On regarde différents modèles», dit le maire qui, comme il le répète souvent, ne veut pas d’une montagne assiégée par des hordes de visiteurs «comme le mont Saint-Hilaire».

Vandalisme
Il rappelle que l’accès routier par le chemin Jodoin est réservé aux propriétaires de la montagne. Ceux-ci ont récemment fait l’acquisition d’une portion de terrain à cet endroit, réglant ainsi un autre litige. Question de sécurité, l’idée de numéroter les adresses civiques sur les branches d’arbres, afin de faciliter le travail des véhicules d’urgence, est toujours dans l’air.

Quant au problème de visiteurs indésirables (randonneurs, vandales, etc.), il est toujours d’actualité, dit M. Vyncke. Mais l’ajout de barrières a permis de réduire les nuisances, souligne Vincent Perron, membre de l’Association des propriétaires du mont Yamaska.

«Ça s’est beaucoup amélioré», dit-il. Les démarches pour installer une barrière automatisée à l’entrée du chemin Jodoin se poursuivent également.

Bien que le futur sentier public ne sera pas prêt cette année, le maire n’exclut pas qu’une activité «Marcher avec le maire» ait lieu en empruntant, par petits groupes, l’accès du chemin Jodoin. Aucune date n’a toutefois pas été fixée.