Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Jean-Raphaël Cloutier, directeur général à la ville de Saint-Paul-d’Abbotsford
Jean-Raphaël Cloutier, directeur général à la ville de Saint-Paul-d’Abbotsford

Rendre La Route des Champs plus sécuritaire

Olivier Pierson
Olivier Pierson
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La piste cyclable La Route des Champs est au cœur d’un projet visant à rendre plus sécuritaire l’intersection entre les routes 112 et 235, située sur le territoire de Saint-Paul-d’Abbotsford. Outre des aménagements prévus pour en améliorer la visibilité et l’accessibilité, la Municipalité aimerait y installer une aire de repos.

La halte routière, qui serait dotée de bancs et de poubelles (en tenant compte du recyclage), voire même, peut-être, d’un petit abri, reste pour le moment suspendue à l’approbation future du ministère des Transports du Québec. « On doit les rencontrer prochainement pour leur présenter notre projet, puisque celui-ci occupe un terrain qui leur appartient », fait savoir Jean-Raphaël Cloutier. Le directeur général estime les coûts liés à cette opération entre 10 000 et 15 000 $. Des arbres pourraient aussi être plantés à cet endroit, « sans nuire au corridor de visibilité », ajoute-t-il.

Concernant le reste des travaux, des démarches ont été entreprises avec la MRC de Rouville, qui doit prendre en charge les rénovations liées à la piste cyclable. Rappelons que cette dernière, longue de 40 km, permet de relier Chambly à Granby, en passant par Richelieu et Saint-Paul-d’Abbotsford. Les modifications pourraient être lancées au mieux cet automne, au plus tard au printemps 2022, comme l’a confié à notre journal Mélanie Dubuc, coordonnatrice aux activités touristiques : « Le dossier est toujours en cours. On est en attente des recommandations de nos ingénieurs pour pouvoir donner un mandat à une firme d’architectes paysagistes, dans le but de réaliser les aménagements pour sécuriser l’intersection. » L’objectif est d’offrir aux usagers une meilleure signalisation avant d’entamer la traverse, ce qui passera notamment par un marquage au sol les invitant à faire un arrêt, sachant que la route 112 est un axe très fréquenté.

Comme d’autres rangs avant lui, celui du secteur Saint-Ours verra bientôt sa chaussée être refaite.

Les rangs font peau neuve

Parallèlement à ce chantier encore au stade des pointillés, un autre dossier est à l’étude. Il concerne le rang Saint-Ours, dont la réhabilitation s’inscrit dans la lignée d’un plan visant à réparer les principaux rangs de la commune administrée par Robert Vyncke. Les rangs Fisk, Papineau et de la Montagne ont déjà fait peau neuve en 2019 et 2020, avec l’aide de subventions.

Celui du secteur Saint-Ours doit se faire en deux étapes. Dans un premier temps, il s’agira de trouver une solution au drainage des eaux de surface. Un problème qui ne date pas d’hier selon Jean-Raphaël Cloutier. Pour remédier à cette situation, la Ville s’est tournée vers la MRC de Rouville, qui a été mandatée pour tenter de trouver une parade à cette problématique particulièrement criante au printemps, avec la fonte des neiges.

Une fois cette question réglée, il sera alors temps de passer à la réfection de la chaussée, dont le coût pourrait lui aussi être amorti par une subvention. « Quand on rénove un rang, on a la possibilité d’aller chercher des aides gouvernementales », précise à cet effet le directeur général. Une demande similaire a d’ailleurs été faite pour rajeunir le petit rang Saint-Charles, via le Programme d’aide à la voirie locale (PAVL). Le grand rang Saint-Charles est aussi concerné, mais dans son cas, on évoque pour l’heure de simples études préliminaires.

C’est tout ? Pas vraiment, car le rhabillage des petites rues de Saint-Paul-d’Abbotsford est aussi dans les cartons. « On ne veut pas les négliger », conclut M. Cloutier, qui précise qu’un plan sera proposé aux élus locaux en temps voulu.