Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Au moins la moitié de la vingtaine de tables qui sont disposées de part et d’autre sous le chapiteau fourni par la chambre de commerce est réservée aux commerçants abbotsfordiens.
Au moins la moitié de la vingtaine de tables qui sont disposées de part et d’autre sous le chapiteau fourni par la chambre de commerce est réservée aux commerçants abbotsfordiens.

Les premiers pas prometteurs du marché public de Saint-Paul

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Beau temps, mauvais temps, Rouville déploie ses saveurs et ses splendeurs à quiconque viendra visiter ses artisans et ses producteurs, tous les jeudis de l’été depuis maintenant un mois. La municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford et la Chambre de commerce au cœur de la Montérégie (CCCM) ont uni leurs ressources pour permettre la tenue d’un marché public estival.

Le tout a été officialisé lors de la séance publique du conseil municipal du mois de mai. Les élus ont autorisé la chambre de commerce à tenir l’activité tous les jeudis en fin de journée sur le stationnement du Centre communautaire des Loisirs.

« Tout compte fait, c’est l’emplacement idéal pour nous, commente Martin Clermont, président de la CCCM. En bordure de la rue Principale (route 112), on bénéficie d’un achalandage intéressant! En plus, il y a de nombreux autres attraits à proximité, comme le Café des récoltes et la crèmerie. »

Le conseil d’administration de la chambre de commerce mise sur l’engouement pour l’achat local observé lors de la pandémie pour faire de son initiative un succès. « L’idée de regrouper les producteurs et les commerçants, de les emmener à la même place, on trouvait ça rassembleur », poursuit Stéfie St-Pierre, de La Petite Bergerie, et administratrice à la chambre.

Les organisateurs du marché public peuvent compter sur l’aide de jeunes bénévoles de la municipalité pour faire de l’événement un succès.

On table aussi sur l’ambiance pour rendre l’expérience agréable. « Le service des loisirs à la municipalité nous aide avec l’animation, renchérit-elle. On veut aussi créer une petite émission de radio où on pourra faire jouer de la musique et annoncer les promotions de nos marchands. »

Ces derniers contribuent également à rendre le tout encore plus dynamique. « On a pensé à un petit rallye entre marchands pour inciter les visiteurs à faire le tour de tous les kiosques », explique Mme St-Pierre.

Le marché se poursuivra jusqu’à la fin d’octobre.

Partenariat « gagnant-gagnant »

Pour la municipalité, qui cherchait depuis quelques années à dynamiser le cœur du village et à soutenir les commerçants locaux, la tenue d’un marché public constitue une avenue intéressante à laquelle personne n’avait pensé. « Notre préoccupation initiale était d’éviter que ce marché nuise aux producteurs d’ici, mais en discutant avec les gens de la chambre de commerce, on en est arrivés à un plan de match qui, au contraire, leur sera bénéfique à notre avis », estime le maire Robert Vyncke.


« Notre préoccupation initiale était d’éviter que ce marché nuise aux producteurs d’ici, mais en discutant avec les gens de la chambre de commerce, on est arrivés à un plan de match qui, au contraire, leur sera bénéfique à notre avis. »
Robert Vyncke, maire de Saint-Paul-d’Abbotsford
La municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford et la Chambre de commerce au cœur de la Montérégie ont uni leurs ressources pour permettre la tenue d’un marché public estival, qui se déroulera tous les jeudis de l’été dans le stationnement du centre des loisirs.

Ce faisant, au moins la moitié de la vingtaine de tables qui sont disposées de part et d’autre sous le chapiteau fourni par la chambre de commerce est réservée aux commerçants abbotsfordiens. En se renseignant sur les marchés publics, le maire a d’ailleurs eu l’agréable surprise d’apprendre que ce type d’événement est un attrait touristique important. « On a découvert que beaucoup de Québécois se déplacent spécifiquement pour aller dans des marchés publics afin de découvrir de nouveaux produits locaux, y compris en dehors de leur région », explique-t-il.

La municipalité offrira un soutien logistique à l’organisme, qui a bien fait ses devoirs, estime l’élu. « Ils ont fait du bon démarchage, convient M. Vyncke. On va profiter de l’événement pour faire la promotion de nos autres commerçants. C’est gagnant-gagnant. »

Pour s’assurer du bon déroulement de la chose, a municipalité a d’ailleurs adopté un règlement pour encadrer la tenue de l’événement. On y retrouve les consignes d’usage, telle que la gestion des déchets générés par l’activité, l’émission de permis et l’affichage.

Au-delà des attentes

L’entente est en vigueur pour cette année, à titre de projet pilote. Le succès du marché public, qui sera analysé à la fin de la saison, sera garant du retour de l’événement ou non, à Saint-Paul-d’Abbotsford.

Mais déjà, les premières semaines de vente ont dépassé les attentes des organisateurs. L’achalandage est au rendez-vous, tant du côté des marchands que des visiteurs. « Ça va extrêmement bien, mentionne M. Clermont. On accueille tout près de 500 personnes sous le chapiteau chaque jeudi, et déjà, des commerçants qui avaient réservé leur table pour un ou quelques jeudis ont choisi de revenir tout l’été. »

« On y trouve vraiment une belle ambiance, renchérit M. Vyncke. L’emplacement choisi, au cœur du village, est parfait. Le camion de cuisine de rue peine à suffire à la demande. »

COVID-19 oblige, le marché a été organisé dans une formule plutôt modeste, qui pourrait cependant prendre un peu plus d’ampleur au fil de l’été. « Avec les mesures sanitaires qui s’allègent, il devrait y avoir quelques réajustements qui vont nous permettre d’amener d’autres attraits, comme des kiosques et des dégustations », avance le maire.