Un nouveau projet éducatif à l’école Micheline-Brodeur

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

Un nouveau projet éducatif à l’école Micheline-Brodeur

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Après dix ans, l’heure était au renouveau à l’école primaire Micheline-Brodeur. À compter de la prochaine rentrée scolaire, l’établissement scolaire appliquera un tout nouveau programme pédagogique, délaissant sa vocation d’école internationale au profit d’une approche axée sur la communauté.

« En éducation, c’est bien de réviser l’approche après une décennie, souligne la directrice de l’école, Anouck Martin. Le projet éducatif, ce n’est pas seulement un papier qu’on rend à la commission scolaire ; c’est une vision globale, autant d’où on en est comme école que où on veut aller dans les prochaines années. Tout ça est fondé sur une série de valeurs. »

Bibliothèque Azarie Couillard-Després: un catalogue décuplé

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

Bibliothèque Azarie Couillard-Després: un catalogue décuplé

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
La pandémie de la COVID 19 aura au moins eu un effet positif : elle aura permis aux citoyens de Saint-Paul-d’Abbotsford de bénéficier plus rapidement de toutes les ressources du Réseau Biblio Montérégie.

Soucieuse d’en offrir plus à la population, la municipalité envisageait dès le début de l’année d’adhérer au Réseau Biblio Montérégie, qui permet entre autres le prêt entre les différentes bibliothèques publiques qui en sont membres, de même que l’accès à une pléthore de ressources, documents et services en ligne, dont la généalogie, des suggestions de lecture, des cours de langue et le prêt de livres numériques ou audio et l’accès à d’innombrables périodiques qu’il est possible de consulter à même son ordinateur ou sa tablette électronique.

« Nous sommes limités dans l’espace ici, à notre bibliothèque, mais en faisant partie de ce réseau, notre inventaire est désormais presque infini sans qu’on ait besoin d’agrandir », commente Julie Giguère, directrice des services municipaux de Saint-Paul-d’Abbotsford. 

Alors que le service ne devait être offert qu’à l’automne, les mesures de distanciation sociale et la fermeture des lieux publics a précipité la mise en place du service, du moins partiellement, afin que de rendre le confinement des citoyens moins pénible.

« On a adhéré en mars, juste avant la pandémie, relate ensuite Mme Giguère. Normalement, le processus se déroule en plusieurs étapes, ce qui peut prendre en moyenne neuf mois, mais compte tenu du contexte, il a été possible de rendre le service accessible immédiatement à la population. »

Ce faisant, ce sont déjà tout près d’une centaine de citoyens qui se sont abonnés gratuitement à cette bibliothèque numérique pour une période temporaire de trois mois. L’abonnement permanent au service sera rendu possible à l’automne, quand l’intégration complète des ressources du Réseau Biblio Montérégie sera complétée.

Les informations pour procéder sont d’ailleurs disponibles sur le site web de la municipalité.

L’an dernier, 468 citoyens étaient membres de la bibliothèque municipale et avaient emprunté un total de 11 790 livres.

Une cure de jeunesse pour la bibliothèque Azarie Couillard-Després 

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

Une cure de jeunesse pour la bibliothèque Azarie Couillard-Després 

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
La bibliothèque Azarie Couillard-Després ayant fermé ses portes aux visiteurs au début de la pandémie en raison des restrictions imposées par les autorités de la santé publique, la municipalité a choisi de ne pas rouvrir l’établissement durant la belle saison afin de lui donner une cure de jeunesse et de l’informatiser. Un budget de 35 100$ a d’ailleurs été prévu par la municipalité à cet effet et pour l’achat de nouveau mobilier.

« On va procéder à des travaux de réaménagement durant l’été pour la remettre au goût du jour, explique Mme Giguère. On veut transformer l’endroit en milieu de vie, pour donner envie aux gens de s’y attarder et d’y passer un moment plutôt que de simplement venir y chercher ou y rapporter des livres. »

Les allées de la bibliothèque seront à nouveau accessibles cet automne, et il sera possible d’y flâner un peu plus longtemps en raison des heures d’ouverture qui seront bonifiées.

Le budget municipal pour la bibliothèque prévoit d’ailleurs l’embauche d’une personne à temps partiel pour en superviser les opérations. Celle-ci chapeautera l’équipe de bénévoles grâce à qui tout est possible depuis plusieurs années. En effet, seulement l’an dernier, 16 Abbostfordiens ont généreusement donné 500 heures de leur temps pour transmettre l’amour de la lecture à leurs concitoyens.

 Vignoble et cidrerie Coteau St-Paul: renaître de ses cendres

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

 Vignoble et cidrerie Coteau St-Paul: renaître de ses cendres

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Depuis l’incendie de 2018 qui a ravagé une partie des installations du Vignoble et cidrerie Coteau St-Paul, les propriétaires, Normand Pomerleau et son fils Nicolas, n’ont pas chômé. De l’augmentation du volume de vignes, à la reconstruction de la boutique, les Pomerleau ont des idées plein la tête.

« On a planté 18 500 plants jusqu’à maintenant », lance Nicolas Pomerleau, qui a acheté le vignoble avec son père il y a cinq ans, après ses études à L’Institut de technologie agroalimentaire.

Friperie Passez au suivant: une aide incontournable pour l’église

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

Friperie Passez au suivant: une aide incontournable pour l’église

Florence Tanguay
Florence Tanguay
La Voix de l'Est
Depuis son ouverture, en 2008, la friperie Passez au suivant vend vêtements, petits électroménagers et une multitude d’objets divers. Elle est appréciée à la fois de l’église, qui bénéficie de tous les profits, et de sa clientèle, qui y trouve une grande variété d’articles à très petit prix.

Le projet est né vers l’automne 2008, quand un citoyen a manifesté le souhait d’installer un bac près de l’église de Saint-Paul-d’Abbotsford afin d’y récolter des objets inutilisés, mais réutilisables, qui seraient ensuite redistribués aux moins nantis. Au même moment, « l’église avait besoin d’aide financièrement », explique la bénévole Jocelyne Chauvin qui, avec trois autres personnes, a eu l’idée de faire d’une pierre deux coups en créant une friperie. Celle-ci, en plus de donner une deuxième vie aux vêtements et aux objets, permet à l’église de recueillir des fonds permettant de maintenir ses activités.

La friperie Passez au suivant a donc ouvert ses portes pour la première fois le 13 octobre 2008. Elle était alors située dans un petit local du presbytère. « Au début, chaque mois, on empiétait un peu plus sur le presbytère », raconte Mme Chauvin. 

Aujourd’hui, la friperie occupe presque l’ensemble du bâtiment. Le rez-de-chaussée sert au rangement et à l’entreposage des articles et le sous-sol sert de boutique pour les vêtements, tandis qu’un garage à proximité regroupe les autres objets offerts aux clients.

Un groupe de cinq personnes, composé de Jean-Michel Bienvenu, Danielle Lamy, Constance Mailloux, Jocelyne Chauvin et la présidente de la fabrique, Manon Gosselin, dirige le commerce. Cependant, ce sont près d’une vingtaine de bénévoles qui trient, nettoient, étiquettent et disposent les articles à vendre dans la friperie.

Des travaux en phase avec les récoltes

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

Des travaux en phase avec les récoltes

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Saint-Paul-d’Abbotsford coordonnera les travaux routiers à venir dans les rangs de la Montagne et Papineau, cet automne, afin d’entraver le moins possible la circulation de ses producteurs agricoles en temps de récolte.

« On trouvait ça important, avec les impacts de la COVID, de leur nuire le moins possible, explique le directeur général Jean-Raphaël Cloutier. On veut diminuer les impacts des travaux sur la circulation pour permettre aux agriculteurs de circuler librement. C’est tout un casse-tête de gestion! »

Un village plus vert

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

Un village plus vert

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
Saint-Paul-d’Abbotsford se verdira au cours des années à venir. La municipalité déploiera sous peu son programme d’embellissement et de plantation d’arbres dans le village, adopté lors du dernier budget en octobre dernier. Le tout débutera avec le remplacement des 50 frênes en bordure de la route 112 qui ont été coupés parce qu’ils étaient malades.

Le premier axe du projet prendra racine à l’entrée ouest du village, entre la route 112 et 235, pour s’étendre jusqu’au cœur du village où les automobilistes en provenance de Saint-Césaire pourront contempler le paysage qui s’offre à eux. « On veut encadrer une vue d’exception sur le mont Yamaska en bordurant la 112 d’arbres. Ça nous aidera aussi à gérer la vitesse d’entrée dans le village », relève le maire Robert Vyncke.

Des outils pour revitaliser le cœur villageois

La Voix de Saint-Paul-d'Abbotsford

Des outils pour revitaliser le cœur villageois

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
Cette année, le Comité consultatif d’urbanisme (CCU) de Saint-Paul d'Abbotsford, composé d’élus et de citoyens, compte se doter d’outils visant à atteindre son principal objectif : revitaliser le cœur villageois.

Il s’agit des projets particuliers de construction, de modification ou d’occupation d’un immeuble (PPCMOI) et un règlement sur les usages conditionnels.

Le temps des pommes à l’année

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Le temps des pommes à l’année

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Depuis quelques mois déjà, les utilisateurs de la route 112 ont pu remarquer qu’un imposant bâtiment s’érige tranquillement tout près du cœur du village de Saint-Paul- d’Abbotsford. L’édifice actuellement en construction deviendra, en août, le plus grand entrepôt réfrigéré de pommes de l’entreprise Verger des Bois-Francs.

L’entreprise familiale a été fondée par Rosaire Brie au début des années 1940, à Princeville. Lui ont succédé son fils Pierre et sa femme Ghislaine, puis le fils du couple, Martin. Avec sa conjointe Mélanie, celui-ci peut compter sur une belle relève en leurs trois enfants Samantha, Maxime et Mathieu. Pomiculteurs de père en fils et maintenant de père en fille, les Brie ont fait prospérer le commerce du patriarche pour en faire une entreprise diversifiée. « On a été intégrés très jeunes dans l’entreprise, relève Martin. À force de travailler là-dedans, tout le monde y a pris goût. C’est contagieux ! »

Le secret d’une magie qui opère

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Le secret d’une magie qui opère

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Si la viticulture se porte bien au Québec, voire au Canada, c’est en partie grâce à l’expertise du producteur de vignes Alain Breault, un pionnier dans le domaine. Depuis plus de 20 ans, lui et sa conjointe, Mariette Lagueux, travaillent en partenariat avec les meilleurs chercheurs qui mettent au point des plants hybrides adaptés aux particularités des sols et du climat nord-américain.

Viticulture A et M produit annuellement 300 000 jeunes plants, issus principalement de croisements, pour répondre aux besoins de vignerons professionnels. À ce jour, l’entreprise établie à Saint-Paul-d’Abbotsford à deux pas de la montagne, a franchi le cap de cinq millions de plants vendus. Rien de moins. Or, le succès n’a pas toujours été au rendez-vous. «Au début des années 1980, j’étais vigneron aux Arpents de neige à Dunham avec mon frère, raconte celui qui a étudié en cultures fruitières à l’Institut de technologie agricole de Saint-Hyacinthe. On était bons dans ce qu’on faisait. Malheureusement, on n’avait pas d’expérience comme gestionnaires. Et ce qui devait arriver arriva. Quand ça fait dix ans que tu travailles à fond la caisse et que tu frappes le mur, ça fait mal et ça laisse plusieurs blessures... J’ai presque tout perdu. Il ne me restait que mes connaissances dans la culture de la vigne.»

Vers un beau village en harmonie avec la nature

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Vers un beau village en harmonie avec la nature

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Ne soyez pas étonnés si le village de Saint-Paul-d’Abbotsford fleurit au cours des prochaines semaines. La municipalité vient de mettre en branle son plan d’embellissement.

Né en Belgique, le maire de l’endroit, Robert Vyncke, est venu s’installer au Québec avec sa famille au tournant des années 1950. Il est toutefois retourné dans sa contrée natale quelques années plus tard pour y faire ses études.

Bientôt du dek hockey à Saint-Paul?

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Bientôt du dek hockey à Saint-Paul?

Maxime Grondin
Maxime Grondin
La Voix de l'Est
L’exode des jeunes du hockey sur glace vers le hockey balle peut constituer une problématique pour certaines municipalités. Pour répondre à la demande fort populaire dans ce domaine, la Ville de Saint-Paul-d’Abbotsford travaille afin d’obtenir une surface de dek hockey qui replacerait les anciens courts de tennis du terrain des loisirs.

Le processus attend l’aval du gouvernement provincial pour se concrétiser. « Aussitôt que le projet est accepté, la municipalité va de l’avant », assure Jean-Raphaël Cloutier, directeur général par intérim de la municipalité.

Quartier du Verger: de plus en plus près du but

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Quartier du Verger: de plus en plus près du but

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Dans les cartons depuis près de dix ans, le futur Quartier du Verger, projeté à l’arrière de l’hôtel de ville de Saint-Paul-d’Abbotsford, continue à cheminer dans l’appareil municipal, si bien qu’il devrait finalement se concrétiser l’an prochain.

« C’est attendu depuis longtemps par les citoyens », lance le maire, Robert Vyncke.

Nouveau décor et nouvelle image au Coteau St-Paul

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Nouveau décor et nouvelle image au Coteau St-Paul

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Lorsqu’une partie des installations de son entreprise s’est envolée en fumée, Nicolas Pomerleau a refusé de se laisser abattre. Le copropriétaire du vignoble et cidrerie Coteau St-Paul a plutôt transformé le sinistre en opportunité. Il a ainsi revu son image de marque et donné un nouveau look à ses installations.

« Sur le coup, tu es découragé. Mon père a pensé arrêter, mais moi, je ne veux pas faire autre chose de ma vie. C’est ma passion », affirme Nicolas Pomerleau, copropriétaire de l’entreprise située à Saint-Paul-d’Abbotsford.

Bientôt le sommet pour les citoyens

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Bientôt le sommet pour les citoyens

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Le rêve de donner accès au mont Yamaska aux citoyens de Saint-Paul qui n’en sont pas propriétaires devient de plus en plus concret. La Ville travaille sur les plans de sentiers trois ou quatre saisons qui relieront la base au sommet avec des servitudes de passage.

« Depuis plusieurs années, la municipalité s’efforce de trouver des solutions pour permettre à ses citoyens d’accéder au sommet du mont Yamaska, explique le directeur général par intérim de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier. Différentes choses ont été faites et, dernièrement, avec l’acquisition par la Ville du sommet de la montagne où se trouve le ‘‘chalet’’, une première étape a été franchie.»

Traverses pour cyclistes: l’aménagement est projeté

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Traverses pour cyclistes: l’aménagement est projeté

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
L’aménagement de traverses destinées aux cyclistes dans le but de les attirer au cœur de la municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford se trouve dans les cartons. Elles permettront ainsi aux usagers de La Route des Champs de quitter la piste cyclable et de traverser la route 112 en toute sécurité, et ce, à deux endroits.

La municipalité de Saint-Paul-d’Abbotsford souhaite promouvoir l’agrotourisme. L’une des façons d’y parvenir est d’offrir un accès sécuritaire aux différents attraits et commerces à ceux qui voyagent à vélo. Dans cette optique, la municipalité désire que deux traverses soient aménagées aux deux extrémités de la ville.

Faire les choses autrement

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Faire les choses autrement

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Malgré le succès du Festival Saint-Paul-d’Abbotsford dans tous ses arts, la municipalité fera les choses autrement cette année. Plutôt que de regrouper les activités en une seule fin de semaine automnale, on proposera aux citoyens quelques rendez-vous uniques.

Le directeur général par intérim de la municipalité, Jean-Raphaël Cloutier, ne cache pas que l’organisation du Festival exigeait beaucoup de travail de sa petite équipe.
En étalant les événements dans le calendrier, la tâche de la Ville sera facilitée, sans que le public y perde au change, dit-il.

Urbanisme: la Ville a une nouvelle vision

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Urbanisme: la Ville a une nouvelle vision

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
L’image de marque et le développement de la municipalité, entre autres choses, seront portés par la refonte des règlements d’urbanisme de Saint-Paul-d’Abbotsford, qui se donne des moyens souples pour parvenir à ses fins.

La démarche s’est inscrite dans la nouvelle vision de la municipalité de «se sortir du noir et du blanc, de devenir plus flexible à la réalité et aux besoins de la population», indique le maire Robert Vyncke. «L’administration passée, en 2008, avait erré et adopté un règlement à la hâte. Il y avait beaucoup de choses là-dedans qui ne correspondaient pas aux besoins de la municipalité et des citoyens», explique-t-il.

La municipalité prête à se faire belle

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

La municipalité prête à se faire belle

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
À en croire le maire Robert Vyncke et le directeur général Daniel-Éric St-Onge, le visage de Saint-Paul-d’Abbotsford changera au cours des prochaines années. Et pour le mieux.

C’est qu’à la municipalité, on est las d’entendre que les gens ne font qu’y «passer». Saint-Paul-d’Abbotsford souhaite plutôt qu’ils s’y arrêtent et, pour y parvenir, elle entend prendre les grands moyens.

Saint-Paul convoite les familles

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Saint-Paul convoite les familles

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Saint-Paul-d’Abbotsford est en mode croissance et les jeunes familles sont principalement dans sa mire. En ce sens, la localité mise sur un projet domiciliaire d’une centaine d’unités en plein cœur villageois.

La municipalité de Saint-Paul, qui compte un peu moins de 3 000 citoyens, souhaite doubler sa population «d’ici 5 à 10 ans», indique le maire, Robert Vyncke.

Roulez avec le maire, dans une version bonifiée

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Roulez avec le maire, dans une version bonifiée

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Les gens de Saint-Paul-d’Abbotsford sont invités à enfourcher leur vélo à l’occasion de l’événement Roulez avec le maire qui se déroulera le 8 septembre prochain. L’activité, qui propose des circuits de 10, 21 ou 30 kilomètres, sera bonifiée en offrant aux participants la chance d’aller à la rencontre des artisans tout en découvrant divers points de vue de la municipalité.

«C’est un tour cycliste pour promouvoir les paysages de la municipalité, les commerçants, le tour de la montagne, le mont Yamaska», résume Jean-Raphaël Cloutier, adjoint à la direction à la municipalité.

Invitation à prendre une petite «pause culture»

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Invitation à prendre une petite «pause culture»

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
L’art et la culture ont le beau rôle à Saint-Paul-d’Abbotsford. Seulement deux ans après sa création, le Festival Saint-Paul-d’Abbotsford dans tous ses arts affiche déjà une riche programmation.

L’événement est né à la suite d’une consultation citoyenne tenue en 2015. « Ce que les gens voulaient sur le plan des loisirs, c’était des activités saisonnières et la promotion des arts et de la culture. Étant donné que l’automne était un peu tranquille, on en a profité pour combiner les deux, explique Jean-Raphaël Cloutier, adjoint à la direction de la municipalité. Le but, c’est de promouvoir les arts, mais aussi de créer un événement rassembleur et de mettre de la vie dans la municipalité. »

Les pompiers mieux préparés à intervenir

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Les pompiers mieux préparés à intervenir

Mickael Lambert
Mickael Lambert
La Voix de l'Est
Le Service de prévention des incendies de Saint-Paul-d’Abbotsford terminait, le 27 mai dernier, une formation en désincarcération en milieu agricole et industriel. Trente heures qui lui permettront désormais d’intervenir plus efficacement dans ces endroits donnant parfois lieu à des accidents d’envergure.

Lors du passage de La Voix de l’Est, une quinzaine de pompiers s’activaient à surévéler un tracteur de plusieurs tonnes, armés de crics et des blocs de bois. La victime n’était qu’un simple mannequin, mais on peut aisément imaginer la situation se répéter et devenir hautement plus dramatique avec une vraie personne.

Une nouvelle cantine ouvre ses portes

LA VOIX DE SAINT-PAUL-D'ABBOTSFORD

Une nouvelle cantine ouvre ses portes

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
Lorsque la populaire cantine Aux Fritons a fermé ses portes pour faire place au Café des récoltes il y a un an, le village de Saint-Paul-d’Abbotsford s’est retrouvé privé de restauration rapide. Pour répondre à cette demande, le Verger Johanne et Vincent a décidé d’ouvrir La Cantine du Verger, à même ses installations de la rue Principale.

Les propriétaires de l’endroit, Chantal Racine et son conjoint Luc Viens, travaillent sur ce projet depuis un moment. Ils ont modifié les installations de l’établissement spécialisé dans le prêt-à-manger pour accueillir une cantine qui ouvrira ses portes prochainement, si ce n’est déjà fait au moment de passer sous presse. Il sera possible d’y manger sur place ou d’emporter son repas, été comme hiver.