Un panneau pourrait être installé devant le monument d’André Provençal, le curé ayant contribué au développement de Saint-Césaire et des paroisses avoisinantes.

Un brin d’histoire au cœur du village

Les férus d’histoire pourront en apprendre davantage, d’ici quelques mois, sur les lieux historiques du cœur de Saint-Césaire.

Le conseil municipal de Saint-Césaire a donné son feu vert récemment au projet de la Société d’histoire et de généalogie des Quatre lieux (SHGQL), qui souhaite implanter un parcours patrimonial au cœur du village, comme elle l’avait fait à Saint-Paul- d’Abbotsford et à Ange-Gardien.

« On est heureux que le conseil ait accepté ce projet-là, indique Gilles Bachand, président de la SHGQL. Notre objectif est de faire connaître l’histoire de Saint-Césaire à ses citoyens et aux visiteurs d’une façon différente. En empruntant le sentier, les gens pourront identifier les lieux et comprendre leur histoire. Apprendre des choses qu’ils ignoraient peut-être. »

La municipalité octroiera ainsi un montant de 3 000 $ pour l’installation de trois panneaux plus tard cette année et pour la conception d’un dépliant explicatif qui servira aux utilisateurs du parcours.

Comme 2022 — l’année du bicentenaire de la municipalité — arrive vite, l’organisme espère avoir mis la touche finale à son projet juste à temps pour célébrer cet important anniversaire.

Parcours en trois temps
Pour cette première de trois années d’implantation du projet, la SHGQL a soumis trois suggestions de sites. Ceux-ci devraient être confirmés dans quelques semaines.

Le cœur villageois est ciblé par ce premier élan, indique M. Bachand. Un premier panneau pourrait être installé devant l’église de la municipalité pour y relater l’histoire de la paroisse. Un autre pourrait être érigé devant l’ancien couvent et le Collège de Saint-Césaire, alors qu’un troisième écriteau serait apposé devant le monument érigé en mémoire d’André Provençal, le curé ayant contribué au développement de Saint-Césaire et des paroisses avoisinantes. « Il est tellement important pour l’histoire de la municipalité, indique M. Bachand. C’était un curé entreprenant. Il a contribué à industrialiser la municipalité et il croyait à l’éducation. C’est lui qui a fait venir les soeurs et les frères de Sainte-Croix. »

Au fil du temps, la société d’histoire vise l’implantation d’une dizaine de panneaux. D’autres endroits, tels le moulin de Jean Leclerc — le seul édifice classé patrimonial à Saint-Césaire, souligne M. Bachand—, le site de l’ancienne usine de tabac et celui de l’ancien marché public, de même que l’hôtel de ville et le passage de la ligne de chemin de fer, sont dans la mire de la SHGQL, qui s’entendra avec la municipalité sur les lieux à immortaliser.

M. Bachand espère aussi y intégrer certaines constructions ancestrales qui font le charme de la municipalité. « On veut terminer par des bâtiments patrimoniaux, lance-t-il. Il y a de très belles maisons à Saint-Césaire ! »