Grâce à une série de mesures, l’usine Bonduelle récupère plus de 30 millions de litres d’eau par année.

Bonduelle préserve l’or bleu

Depuis la nuit des temps, l’Homme considère l’eau comme une ressource inépuisable. Le réchauffement climatique change toutefois la donne. Alors que l’or bleu du Québec fait l’envie de bien des pays à travers le globe, des entreprises d’ici tentent de réduire au maximum son utilisation. C’est le cas à l’usine Bonduelle de Saint-Césaire qui, grâce à une série d’initiatives, récupère plus de 30 millions de litres d’eau par année.

L’usine de Bonduelle à Saint-Césaire est spécialisée dans la production d’aliments en conserve. Le processus requiert de hausser la température des contenants à plus de 100 degrés Celsius, afin de stériliser le tout par la chaleur. Or, la production nécessite également un cycle de refroidissement. C’est à cette étape cruciale que l’entreprise consomme de l’eau, beaucoup d’eau en fait. La compagnie s’est penchée sur ce problème, à la fois environnemental et économique.

Une partie de la solution réside dans le fait de réutiliser l’eau, ce qui permet de préserver des millions de litres. «Avec l’ancien processus, l’eau de refroidissement partait directement au drainage, comme elle le ferait dans l’évier de votre cuisine, explique l’entreprise. Pourtant dans ce cas précis, l’eau n’est pas usagée à proprement parler, elle a simplement été utilisée pour refroidir... Et si on faisait plutôt «boucler» le circuit, pour que la même eau repasse plusieurs fois sur les mêmes conserves?»

On voit ici une description du cycle de réutilisation de l’eau et ses retombées.

Les chiffres émanant du monde des affaires sont par ailleurs éloquents. Selon les plus récentes données de Statistique Canada, les industries canadiennes consomment près de 35 milliards de m3 d’eau annuellement. De ce nombre, 30,2 milliards de m3 de notre or bleu sont utilisés par des centrales thermoélectriques, des industries de fabrication et des mines. Environ 29,5 milliards de m3 d’eau sont évacués par les entreprises dans ces trois secteurs d’activité, qui dépensent quelque 1,6 milliard de dollars pour tout ce qui a trait à cette ressource naturelle.

Une partie de la solution réside dans le fait de réutiliser l’eau, ce qui permet de préserver des millions de litres.

Boucler la boucle

Selon Bonduelle, «l’ajout de ces boucles de recirculation a permis d’économiser 12% d’eau» à l’usine de Saint-Césaire. Il s’agirait en fait d’un des nombreux pas faits en ce sens. «Et ce n’est pas terminé: il est encore possible d’améliorer les boucles de contrôle pour faire diminuer encore davantage la consommation d’eau», mentionne-t-on. Bonduelle a par ailleurs comme objectif de bonifier ses actions pour préserver l’eau partout dans l’imposant bâtiment industriel. «Les postes d’utilisation d’eau sont en effet nombreux et il s’agit de faire diminuer le gaspillage partout où cela est possible. L’année dernière, un projet visant à réduire les volumes d’eau potable consommée avait déjà pris place.»

La compagnie veut mettre en place le plus de ramifications possible à sa politique de développement durable. Ceci s’articule autour de deux axes. «Jouer sur les volumes ‘‘à l’entrée’’, à savoir n’utiliser ou ne produire que le strict nécessaire, ou sur les volumes ‘‘à la sortie’’, à savoir réutiliser, recycler, faire durer. Cette dynamique peut s’appliquer dans tous les domaines, que l’on regarde les produits eux-mêmes ou les ressources utilisées pour les produire.»