LA VOIX DE SAINT-ALPHONSE-DE-GRANBY

Tout, tout, tout pour l’impression

Dans plusieurs journaux, magazines, livres, étiquettes, circulaires et emballages qui gravitent dans votre vie, il y a un peu de Technorol Innovachon. L’usine de Saint-Alphonse-de-Granby fournit au marché canadien tous les équipements nécessaires à l’impression.

Stéphane Fortin préside l’entreprise depuis 2013. L’homme d’affaires avait d’abord connu Technorol à l’époque où elle revendait ses produits chimiques destinés au marché de l’imprimerie, avant d’en faire l’acquisition.

LA VOIX DE SAINT-ALPHONSE-DE-GRANBY

Postes estivaux à combler : étudiants recherchés

La Ville de Saint-Alphonse-de-Granby est présentement à la recherche d’étudiants pour pourvoir divers postes estivaux au sein de la municipalité. Les emplois offerts commencent tous en juin. D’abord, un animateur (trice) de camp de jour de 16 ans et plus est recherché. Cette personne deviendra responsable de la planification et de l’animation d’activités pour les jeunes de 6 à 12 ans inscrits au camp dans un contexte où il assurera aussi leur sécurité. Le candidat doit être dynamique, enjoué et doit s’engager à participer à des stages de formation, dont le DAFA (Diplôme d’aptitudes à la fonction d’animateur). Deuxièmement, la Ville recherche un aide-animateur qui a complété son secondaire 1. Cette personne travaille en collaboration avec l’animateur et s’assure d’amener un climat harmonieux et respectueux à l’intérieur du groupe d’enfants. Il doit être dynamique, jovial et avoir un bon sens de la débrouillardise. Finalement, un préposé au terrain des loisirs, qui assure la sécurité et les premiers soins aux utilisateurs des jeux d’eau, est recherché. Celui-ci aura la responsabilité de l’entretien quotidien du parc Jacques l’Heureux (vider les poubelles, ramasser les déchets par terre, nettoyer les salles de bain et les installations récréatives, etc.). Il assure également des vérifications quotidiennes aux installations afin qu’elles soient sécuritaires pour les utilisateurs. Il émet finalement des recommandations, au besoin. Tous les étudiant(e)s intéressés par un de ces trois postes doivent faire parvenir leur C.V. à l’attention de Sherley Rioux à infos@st-alphonse.qc.ca, par télécopieur au 450-375-4717 ou encore par la poste au 360, rue Principale, Saint-Alphonse-de-Granby (Qc) J0E 2A0. 

LA VOIX DE SAINT-ALPHONSE-DE-GRANBY

Soixante ans et en pleine forme

Voilà maintenant six décennies que Brosses Lacasse roule sa bosse. Alors que plusieurs pourraient être essoufflées une fois la soixantaine atteinte, l’entreprise de Saint-Alphonse poursuit plutôt sa croissance.

Brosses Lacasse a été fondée en 1959 par Normand Lacasse, dans la foulée de la fermeture de l’usine britannique Old Dominion Brush Company, à Granby. Lui et ses quatre frères étant employés de l’usine, ont racheté l’équipement et sont allés installer leur entreprise à Saint-Alphonse-de-Granby.

LA VOIX DE SAINT-ALPHONSE-DE-GRANBY

Miser sur la stabilité

Après des années de stabilité, la compagnie d’excavation et de construction Roger Dion et fils a récemment pris de l’expansion. Mais pas question de devenir un géant. Un nouveau camion et une nouvelle pelle, c’est ce que l’entreprise aux vastes installations a acquis depuis deux ans.

«On veut rester sensiblement la même grosseur», indique le copropriétaire de l’entreprise de Saint-Alphonse, Stéphane Dion, qui a pris le relais de l’affaire familiale avec son cousin, Charles, formant ainsi une troisième génération de Dion aux commandes. «Sinon, ça changerait trop de choses, poursuit M. Dion. Il faudrait changer de structure. Là, on a notre créneau. On est en milieu de peloton et on peut faire de grosses jobs et des petites. On est assez polyvalents.»

LA VOIX DE SAINT-ALPHONSE-DE-GRANBY

Plus de 200 ans de savoir-faire

Peu d’entreprises peuvent se targuer d’avoir plus de 200 ans d’histoire. C’est le cas de la multinationale TKM, spécialisée dans la production et la distribution de couteaux mécaniques et de systèmes pour les industries du bois, du papier, du métal, du plastique, du caoutchouc et du recyclage, dont le quartier général au Canada est situé à Saint-Alphonse.

Comptant 12 sociétés, dont sa maison-mère à Remscheid, en Allemagne, et près de 1000 employés à travers le globe, TKM a su faire sa marque dans ses créneaux de prédilection. De son côté, TKM Canada se trouve à Saint-Alphonse, rue Ménard, depuis plus de dix ans. La compagnie était auparavant établie à Granby. Cette migration a permis à l’entreprise de poursuivre ses activités tout en demeurant concurrentielle. «Le but principal du déménagement, explique le directeur des ventes, Paul St-Hilaire, est le tarif très favorable à Saint-Alphonse, comparativement à Granby. La proximité de l’autoroute était aussi un atout dans le choix du nouvel emplacement.»

LA VOIX DE SAINT-ALPHONSE-DE-GRANBY

L’intérêt se maintient

Le parc industriel et commercial au nord de Saint-Alphonse-de-Granby continue de se développer. Trois nouvelles entreprises devraient s’y installer cette année portant leur nombre à une cinquantaine. Il restera moins d’une dizaine de terrains à vendre par la municipalité pour compléter son projet.

En raison de sa proximité avec l’autoroute 10 et la route 139, Saint-Alphonse est un secteur très recherché, signale le maire de la municipalité, Marcel Gaudreau. «C’est très pratique pour les entreprises. C’est ce qu’elles recherchent», explique-t-il.

La Voix de Saint-Alphonse-de-Granby

Une municipalité en mode croissance

Les projets se succèdent à Saint-Alphonse. Le Domaine du Village reflète bien cette réalité. Après avoir connu un franc succès avec la phase initiale du projet domiciliaire qu’elle chapeaute, voilà que la municipalité entame le second jalon. Or, la demande de terrains est si forte que la localité souhaite poursuivre sur sa lancée en développant un nouveau site de près de 20 hectares, toujours dans le même secteur.

Jusqu’ici, près de 60 résidences ont trouvé preneurs sur une possibilité de 112 dans le Domaine du Village, dont la première phase en compte une quarantaine. À la lueur de ces probants résultats, le maire Marcel Gaudreau estime que « le pari en valait le coup ». « Il n’y a pas beaucoup de villes qui lancent des projets comme le nôtre, a-t-il fait remarquer. J’avais une bonne idée de ce qui s’en venait. Mais la réponse des acheteurs a été au-delà de nos attentes. Et ça continue avec la phase 2. »

La Voix de Saint-Alphonse-de-Granby

La Montérégiade enfin asphaltée

Tout vient à point à qui sait attendre. Après plusieurs années à l’espérer, voilà que les astres sont alignés : le dernier tronçon de la Montérégiade fait de poussière de roche sera asphalté.

Il y a bien longtemps que la municipalité de Saint-Alphonse-de-Granby souhaitait procéder. Il s’agissait aussi d’un souhait que la population avait exprimé à plusieurs reprises. Malheureusement, le financement n’était pas au rendez-vous. « Nous souhaitions obtenir une subvention pour financer une partie des travaux, explique Annie Lessard, directrice générale adjointe. Quand nous voulions déposer une demande d’aide financière, nous n’étions pas dans les délais ou l’aide n’était pas disponible. »

La Voix de Saint-Alphonse-de-Granby

Stationnement incitatif: l’aménagement projeté rue Denison

Le visage du secteur des rues Denison et Brodeur à Saint- Alphonse-de-Granby s’est transformé au cours des dernières années: nouvelle configuration de la route, aménagement de terrains et implantation de commerces et d’industries. Situé à un jet de pierre de l’autoroute 10 et de la route 139, le secteur est attrayant pour les automobilistes, si bien que la municipalité projette l’aménagement d’un stationnement incitatif rue Denison.

Le projet de développement du secteur remonte en 2010. À l’époque, on n’y trouvait qu’un monticule de roc et une terre en friche. D’importants travaux ont été réalisés. La rue Denison a été déplacée, la rue Brodeur prolongée et la rue Miguel a été construite.

La Voix de Saint-Alphonse-de-Granby

Vers un centre communautaire

Le projet de centre communautaire se précise à Saint-Alphonse. Et grâce à ce nouveau bâtiment, l’hôtel de ville profitera de plus d’espace pour combler ses autres besoins, dont ceux de la bibliothèque municipale.

Selon le maire Marcel Gaudreau, la construction d’un tel centre viendra répondre à un besoin réel. Le projet est d’ailleurs sur la table depuis plus de deux ans. «On manque de salles, on n’a plus assez d’espace et on essaie de satisfaire les citoyens, fait-il remarquer. La population grossit, ça va vite, et il faut toujours être à l’avant-garde.»