Le chiffre d’affaires de Lassonde, qui emploie 2200 personnes et opère 15 usines, atteint aujourd’hui 1,5 milliard $. ici, Pierre-Paul Lassonde, président du conseil d'administration et sa fille Nathalie, adjointe au président du conseil et au chef de la direction, et aussi vice-présidente efficacité organisationnelle.

Lassonde: centenaire et toujours en croissance

L’entreprise Lassonde souffle 100 bougies cette année. Et sa poussée de croissance n’est toujours pas finie, indique le président et chef de la direction, Jean Gattuso.

«Notre focus est aux États-Unis, en Amérique du Nord et, éventuellement, au Mexique, où nous sommes déjà un peu présents. Il y a encore des possibilités énormes pour nous. Il y a du monde pour nous garder occupés un autre bon 20 ans», lance M. Gattuso.

Actuellement, un peu plus de 60 % du chiffre d’affaires de Lassonde provient de ses ventes au sud de la frontière. L’entreprise, à l’origine une conserverie de légumes fondée par Aristide Lassonde et Georgianna Darcy en 1918, a étendu davantage ses racines aux États-Unis au cours des deux dernières décennies, ce qui lui a permis de connaître une croissance fulgurante.

«À la fin des années 1990, le chiffre d’affaires était d’environ 160 millions $. Il est aujourd’hui de 1,5 milliard $. Quand j’ai commencé à travailler au sein de l’entreprise, il y a 31 ans, on était strictement au Québec....», note M. Gattuso.

Depuis 20 ans, l’entreprise a procédé à dix acquisitions, dont la dernière a été réalisée en avril dernier. Lassonde a mis la main sur le producteur américain de jus et boissons de fruits prêts à boire Old Orchard Brands.

Et ce n’est sûrement pas fini. «On cherche toujours à consolider la position de l’entreprise», affirme le gestionnaire.

Festivités
Jean Gattuso souligne que l’entreprise a néanmoins dû travailler fort pour se faire reconnaître à l’extérieur du Québec. Un défi qui a été relevé «en équipe», indique le président et chef de la direction.

Avec la taille qu’a aujourd’hui atteint Lassonde — 2200 employés et 15 usines —, il importe toutefois de rester, d’une acquisition à l’autre, «sur le plancher des vaches» et de «garder l’esprit familial», estime M. Gattuso.

«On cherche toujours à consolider la position de l’entreprise», affirme le président et chef de la direction de Lassonde, Jean Gattuso.

«Chez nous, on a une politique. On dit toujours que rien n’est acquis, tout est à gagner. C’est toujours à recommencer», dit-il.

Cet esprit familial est d’ailleurs au cœur des festivités qui entourent le 100e anniversaire de l’entreprise. Chacune des usines du groupe, autant celles du Canada que des États-Unis, ont été invitées à tenir une fête familiale pour marquer le coup. Jean Gattuso affirme avoir été présent à chacun de ces «partys».

Il était, pour l’occasion, accompagné de l’adjointe au président du conseil et au chef de la direction, aussi vice-présidente efficacité organisationnelle, Nathalie Lassonde. Celle-ci, fille de Pierre-Paul Lassonde, président du conseil d’administration, représente la quatrième génération de Lassonde au sein de l’entreprise. Bien que l’entreprise soit présente en Bourse, la famille Lassonde détient toujours 54% des actions et 93% des droits de vote.

Dans le cadre de son 100e anniversaire, Lassonde a, en outre, formé une équipe de hockey parmi ses employés afin d’aller disputer six matchs en Russie. «C’est très bon pour le team building», laisse tomber Jean Gattuso, en riant, qui s’est aussi fait gardien de but de l’équipe pour l’occasion.

Le centenaire sera également souligné à l’occasion du Marathon de Montréal, dont Lassonde est un commanditaire majeur, ainsi que lors de la traditionnelle journée de cueillette de pommes pour ses collaborateurs et employés.

R & D
Au fil des ans, Lassonde a, par ailleurs, réussi à diversifier ses produits. Aux jus Oasis, Rougemont et autres, les vins Arista, les sauces pour pâtes Antico, ainsi que les bouillons et sauces à fondues de marque Canton se sont ajoutés.

Les investissements en recherche et développement sont au centre de la croissance de Lassonde, précise M. Gattuso.

«La croissance de Lassonde est venue ses acquisitions, mais aussi de ses innovations. Le contenant Oasis, qu’on retrouve aujourd’hui sur les tablettes, a été une première mondiale. C’est un projet qu’on a initié vers la fin des années 1990 avec la société Tétra-Pak, un des gros joueurs mondiaux de l’emballage», dit-il.

Rougemont accueille non seulement le siège social de Lassonde, mais aussi deux des grandes usines du groupe, où travaillent près de 700 personnes. La main-d’œuvre est une source de préoccupation pour l’entreprise, mais dans une moindre mesure. «On travaille sur la rétention de nos employés. Mais ça ne tourne pas beaucoup chez nous. Il semblerait que les gens sont contents de rester chez Lassonde», dit Jean Gattuso.