L’Association des pompiers auxiliaires de la Montérégie (APAM) célèbre son 20e anniversaire cette année. La présidente du conseil d’administration, Pierrette Meunier, est active au sein de l’organisme depuis le premier jour.

Déjà 20 bougies pour l’APAM

Quand le malheur frappe, l’Association des pompiers auxiliaires de la Montérégie (APAM) est présente dès les premiers instants pour offrir réconfort aux sinistrés et répit aux intervenants d’urgence. Vingt ans après la formation de l’organisation, dont le quartier général est établi à Rougemont, elle est toujours aussi active auprès de ceux qui en ont besoin.

«C’est une belle fierté», estime Pierrette Meunier, présidente du conseil d’administration de l’APAM depuis 2007. La dame y est impliquée depuis le premier jour.

L’idée de mettre sur pied cette association est celle du photographe Gilles Renaud, qui voulait fonder un regroupement appelé à se rendre sur les lieux des interventions d’urgence — principalement des incendies — pour soutenir rapidement les sinistrés, mais également les secouristes en leur offrant différents services, notamment des collations et des rafraîchissements.

C’est ainsi que l’Association des pompiers auxiliaires de la Montérégie a vu le jour. C’était en 1998. Le tout a été rendu possible grâce à l’implication de M. Renaud, de Mme Meunier, de son défunt mari et directeur du Service des incendies de Rougemont de l’époque, Bruno de Repentigny, et de leur fils, Patrick.

Dépannage
Les bénévoles ont alors déniché un vieil autobus qu’ils ont transformé pour y transporter tout le nécessaire à leurs interventions. Il ne manque d’absolument rien dans le gros véhicule rouge: vêtements, couches, biberons, produits d’hygiène, couvertures, collations, breuvages chauds et froids. «C’est un dépannage des premiers instants. Quand une maison est en feu, parfois les sinistrés n’ont rien sur le dos ou sont seulement en bas en plein hiver. Ou on a des bébés qui ne portent que leur couche, explique Mme Meunier. On offre tous les services dont ils peuvent avoir besoin dans l’immédiat.»

L’aide apporté se traduit également par un «support moral» aux sinistrés confrontés, pour la plupart, à la pire situation de leur vie.

Des dizaines d’interventions
La première intervention de l’APAM, Pierrette Meunier s’en souvient comme si c’était hier: un feu de résidence à Otterburn Park. Au fil du temps, l’organisation a réalisé entre 80 et 110 interventions dans l’une des 65 municipalités qu’elle dessert en Montérégie, ce qui représente 38 services de sécurité incendie.

Les bénévoles — ils sont entre 35 et 40 — se déplacent également sur les lieux des interventions pour soutenir les secouristes. Ils leur offrent, entre autres, des collations et des rafraîchissements. Ce fut le cas souvent cet été, en période de canicule.

Par exemple, leurs services ont été réclamés à 20 occasions, seulement en juillet, pour aménager des abris offrant de l’ombre et des douches extérieures.

Histoire de souligner les 20 ans de l’organisme, une journée portes ouvertes à laquelle 150 visiteurs ont participé, s’est déroulée en août. Un cocktail dînatoire en présence des bénévoles, des services d’urgence, des commanditaires et des dignitaires a également eu lieu récemment.

Cet anniversaire sera également marqué par du renouveau au sein de l’organisation. Âgée de 72 ans, Pierrette Meunier quittera la présidence pour laisser sa place à la relève. Elle siégera encore au sein du conseil d’administration, mais «je serai simplement bénévole en 2019», a-t-elle tenu à spécifier.