La place publique sera créée au centre-ville de Lac-Brome, à proximité de la bibliothèque et du barrage Coldbrook et son étang.

Une locomotive pour développer le centre-ville

Le cœur de la municipalité de Lac-Brome changera de visage avec la création d’une place publique d’ici quelques années. Les élus souhaitent que l’endroit soit non seulement rassembleur et festif, mais qu’il devienne une locomotive pour développer le centre-ville.

« On veut créer une place centrale et animée où autant les résidants que les visiteurs pourront venir pour échanger, voir des expositions, participer à des événements et manger, dit Louise Morin, conseillère municipale responsable du développement économique, du tourisme et de la culture à la Ville de Lac-Brome. Les villes ont de plus en plus de difficultés à avoir un centre-ville florissant. Nous, on a décidé de miser sur cette place publique pour qu’elle devienne une locomotive de développement.

Le projet gravitera physiquement autour de la bibliothèque Pettes. La Ville a acquis deux bâtiments, l’un situé dans la rue Lakeside, entre la bibliothèque et le barrage Coldbrook, et un second, qui a déjà abrité la boutique Woolrich, chemin Knowlton. Ils seront démolis à la fin de l’année 2018 ou en 2019.

Le projet d’agrandissement de la bibliothèque se greffe d’ailleurs au projet de place publique. « On sentait le besoin d’avoir un centre d’interprétation au centre-ville. On examinait comment on pourrait le faire quand la bibliothèque est arrivée avec son projet d’agrandissement, explique la conseillère municipale. On a décidé de réunir nos deux projets. »

Le centre d’interprétation sera donc créé à même les locaux du bâtiment patrimonial lorsque le projet d’agrandissement se concrétisera. « C’est vraiment une tendance lourde en Amérique du Nord, de faire des places publiques à partir des bibliothèques, indique la conseillère municipale. Et les bibliothèques changent de vocation. Elles gardent leur vocation de prêt de livres, mais avec l’arrivée du numérique, elles sont devenues, ou sont en voie de se transformer, en lieu de rassemblement, de culture, d’émerveillement. »

« L’édifice date des années 1800. Il est beau. Il a son caractère et on veut préserver ça tout en ajoutant une touche de modernité, une touche de beauté. On trouve que la beauté, c’est dans l’ADN de cette ville-là. Donc, pas question de faire quelque chose qui ne serait pas de cette nature-là », poursuit-elle.

Marché public
Une autre partie importante du projet est la réfection du barrage Coldbrook et de son étang situés à proximité des bâtiments appelés à être démolis et de la bibliothèque. Leur état s’est détérioré au cours des dernières années et la municipalité veut remédier à la situation. Une fois les travaux terminés, l’église pourra de nouveau de refléter dans l’étang. Une image emblématique qui a disparu avec la détérioration des infrastructures. Une nouvelle section de la bibliothèque pourrait d’ailleurs être construite en verre pour offrir une belle vue sur cet espace.

La place publique accueillera également le marché public, actuellement installé dans la rue Maple.

« Les marchands du centre-ville ne profitent pas des visiteurs qui vont au marché, regrette la conseillère. On a l’intention de le déménager ici pour que le centre-ville profite de la qualité et du succès du marché. »

Des présentoirs permanents et des espaces de rangement seront d’ailleurs mis à leur disposition.

À l’étude
Quatre firmes d’architectes ont été invitées à soumettre leurs idées dans le cadre d’une étude de préfaisabilité du projet de place publique. Dans les semaines à venir, une d’entre elles sera identifiée pour faire cheminer le projet. L’échéancier n’est pas encore établi, mais le projet pourrait se concrétiser en 2020.

Pas question pour les élus de le réaliser sans la collaboration des citoyens. Une série de rencontres commencera en juin pour sonder la population et entendre ses idées.

La création d’une place publique a un coût.

Le projet se chiffre en millions de dollars. Des subventions pourraient être accordées par les différents paliers gouvernementaux. Des campagnes de financement pourraient également permettre de financer le projet, affirme» Mme Morin.

« Il faut avoir un rêve. Il faut avoir une vision et il ne faut pas se limiter en commençant. Après, si les budgets ne sont pas au rendez-vous, on verra à modifier le projet, mais il faut que ce soit quelque chose d’exceptionnel », affirme-t-elle.