L’ancienne présidente de la Fondation Carke, Claire Kerrigan, et la directrice des loisirs, du tourisme, de la culture et de la vie communautaire à la Ville de Lac-Brome, Cynthia Brunelle, devant le site où ont été érigés les jeux d’eau, derrière le Centre Lac-Brome.

Un projet intergénérationnel rafraîchissant

En plus de la plage Douglas, les résidants de Lac-Brome auront un autre endroit pour se rafraîchir durant les chaudes journées d’été. D’ici les prochains jours, des jeux d’eau multigénérationnels seront inaugurés derrière le Centre Lac-Brome, à proximité de la patinoire.

D’une superficie de 187 m2, la dalle en forme de vague sera divisée en quatre zones pour répondre aux besoins des petits et des grands : une section « activités intenses », avec jets dirigeables et seau verseur, une section familiale composée de divers jets plus modérés, une rivière des découvertes où les tout-petits pourront s’amuser à modifier le débit d’eau grâce à divers accessoires, et une zone intergénérationnelle, un peu à l’écart, où un banc en forme de S permettra de s’y reposer tout en se rafraîchissant les pieds dans les cinq jets d’eau qui sortent du sol.

« On est vraiment très fiers de nos jeux d’eau. On a un peu une exclusivité à Lac-Brome avec notre rivière des découvertes, puisqu’il n’y a qu’une seule autre ville au Québec qui en possède une. On a aussi pensé à nos aînés avec ce banc entouré de petits jets d’eau qui ne les éclabousseront pas partout », fait valoir Cynthia Brunelle, directrice des loisirs, du tourisme, de la culture et de la vie communautaire.

Elle mentionne également que l’installation de tels jeux servira grandement aux jeunes du camp de jour. « Avant, on devait les amener à la plage Douglass, en autobus, une fois par semaine. Là, ils auront accès à une aire rafraîchissante tous les jours. »

Empreinte écologique

Mme Brunelle indique que la Ville a également tenu compte de l’environnement dans le choix de ses structures. « On n’y est pas allés avec de grosses structures qui consomment beaucoup d’eau, mais des trucs plus simples, mais tout aussi efficaces. » Des compteurs d’eau sont en outre installés pour mesurer le degré de consommation, ce qui permettra de modifier la séquence des jets pour maximiser les économies.

L’administration municipale a, par ailleurs, décidé d’opter pour un système dit à eaux perdues, qui s’écoulent dans les égouts pluviaux, plutôt que recyclées. « Selon les études, l’empreinte écologique est la même, puisqu’en eaux recyclées, on doit utiliser beaucoup de chlore. Cette option avait aussi le désavantage de coûter plus cher et de nécessiter plus de surveillance — ça exigeait de payer quelqu’un qui fasse des tests d’eau toutes les trois heures », explique Mme Brunelle.

Un don important

Ce projet est rendu possible grâce à un important don de 200 000 $ de la Fondation Carke, qui a puisé dans le surplus accumulé de
1 M $ qu’il lui restait de la collecte de fonds pour la construction du Centre Lac-Brome, ainsi que d’un legs très généreux.

« On a préféré mettre l’argent au profit d’un projet qui allait servir toute la communauté plutôt que de le laisser dormir à la banque », affirme Claire Kerrigan, présidente honoraire de la Fondation.

Elle explique qu’à la base, ce surplus devait servir à la construction d’une piscine intérieure, à condition que les deux paliers de gouvernement participent au financement à hauteur de 50 %. Après leur refus, à l’été 2017, et face à la décision du conseil municipal de ne pas relancer le projet à court terme, la Fondation Carke, à la suite de consultations populaires, a choisi d’investir une partie du montant restant dans des jeux d’eau.

C’est la firme Tessier Récréo-Parc, de Nicolet, qui s’est occupé des travaux ces deux dernières semaines. À noter que ceux-ci ont nécessité le déménagement d’une partie des modules de jeux plus près des terrains de soccer.