Deux passerelles, similaires à celles installées dans le sentier Quilliams dans le secteur de Foster (photo), seront mises en place dans le secteur de Trestle Cove par un hélicoptère pour compléter le sentier Quilliams.

Trestle Cove: les passerelles installées à l’automne

Tout vient à point à qui sait attendre, dit-on. Ce proverbe résume bien la saga du sentier Quilliams. Plus de 50 ans après le passage du dernier train du Canadien Pacifique en bordure du lac Brome, les adeptes de marche, de vélo et de ski de fond pourront enfin emprunter l’ancienne emprise ferroviaire pour rallier Foster et Knowlton sans effectuer de détour. Les travaux pour installer deux passerelles pour franchir le secteur de Trestle Cove sont prévus à la fin de l’automne.

« Ça va être un actif incroyable pour les citoyens, pour la Ville. Beaucoup de gens l’utilisent déjà, mais il va y en avoir encore plus », se réjouit le maire Richard Burcombe. « C’est un grand accomplissement pour le conseil », a-t-il ajouté.

En mars dernier, la Ville a accordé un contrat de 874 655 $ (plus taxes) à la compagnie BSL pour construire et installer les deux passerelles dans le secteur de Trestle Cove. Deux ponts ferroviaires se trouvaient à cet endroit pour passer par dessus une petite baie. Ils passaient sur une petite île, au centre. Les deux ponts ont été démolis lorsque le CP a mis fin à cette voie ferroviaire dans les années 60. On aperçoit encore des structures de bois dans l’eau qui supportaient les ponts. Le retrait des deux structures a de facto coupé le sentier en deux, forçant ses utilisateurs à utiliser le chemin Lakeside sur deux kilomètres, entre la rue Argyle et la plage Douglas.


«  C’est un grand accomplissement pour le conseil.  »
Le maire Richard Burcombe

L’idée de permettre aux marcheurs, cyclistes et fondeurs d’avoir accès aux secteurs de Foster et de Knowlton en passant par l’ancienne emprise du CP remonte à 1990, rappelle M. Burcombe.

Des segments de sentier aménagé existaient entre les deux secteurs, mais le passage était difficile dans certaines parties de la réserve naturelle Quilliams-Durrull. Des milieux humides et le ruisseau Quilliams compliquaient le tout.

En 2016, la Ville a fait installer cinq passerelles pour franchir ces obstacles. Les structures ont coûté 394 000 $ et la surveillance des travaux 69 000 $.

Considérer les bénéfices

Tous ces montants valent la peine, insiste M. Burcombe. « C’est beaucoup d’argent, c’est vrai. Mais considérons les bénéfices. C’est un sentier qui offre plein de vues panoramiques sur le lac. C’est très beau. On veut que nos citoyens puissent se déplacer de manière sécuritaire. Là, ils peuvent le faire en pleine nature. J’y ai croisé des gens en fauteuil roulant ou en triporteur. C’est de la poussière de roche très bien tapée. Tout le monde peut utiliser ce sentier ».

Le maire souligne que seulement 20 citoyens ont signé le registre demandant la tenue d’un référendum sur l’emprunt de 875 000 $ pour les deux passerelles dans le secteur de Trestle Cove.

« On se demandait s’il y allait avoir de la résistance. On a vu que non. On avait un bon plan pour compléter le sentier. On y est allé par étapes. D’abord en terminant le secteur de Foster, puis celui de Trestle Cove. Je pense que les citoyens vont être satisfaits. »

L’inaccessibilité de l’endroit fait en sorte que les deux structures, longues de 38 mètres chacune, seront installées à l’aide d’un hélicoptère, a indiqué Gilbert Arel, directeur général de la municipalité.

Elles seront suspendues à plus de 5,5 mètres de hauteur.

« Les assises des passerelles seront construites directement sur place. Mais ça va prendre un hélicoptère pour installer les passerelles. Ça va être assez spectaculaire », a-t-il dit.