Jean-Philippe Dion, animateur et vice-président contenu et stratégie aux Productions Déferlantes.

Saison 2 de La Vraie nature: Lac-Brome plus visible

À l’instar des romans de Louise Penny, l’émission La Vraie nature, tournée dans un chalet de West Brome, a des répercussions sur l’intérêt des gens à venir découvrir la région de Lac-Brome.

« Encore cette semaine, des gens en train de planifier leurs vacances d’été m’ont contacté pour me demander quels étaient les attraits touristiques à ne pas manquer », confirme l’animateur, Jean-Philippe Dion.

Même son de cloche du côté de la Ville. « Plusieurs personnes demandent "où c’est filmé ? C’est où ça, West Brome ?" Ils veulent venir nous voir », affirme également le directeur général de la Ville, Gilbert Arel.

Mais la production souhaite faire plus pour promouvoir sa région hôte. C’est pourquoi elle mettra davantage à l’avant-plan les différents attraits et commerçants locaux dans la deuxième saison, dont le tournage commencera à la fin juin et s’étalera jusqu’au début de l’automne. Ce qui n’est pas sans plaire aux élus.

Ainsi, les invités de la prochaine saison de La Vraie nature sortiront davantage du chalet pour aller à la rencontre des artisans du terroir, laisse savoir Jean-Philippe Dion.

« C’était notre souhait de mettre en valeur notre belle région, mais on ne pouvait pas leur imposer non plus, fait valoir M. Arel. Mais on s’est assis ensemble et on s’est rendu compte qu’on voulait aller dans le même sens. »

Qu’est-ce qui a tant séduit les Productions Déferlantes à acheter ce chalet rustique de West Brome, aux abords de la rivière Yamaska pour y tourner La Vraie nature? La tranquillité, bien sûr, dans ce coin un peu reculé, les paysages sublimes, il va de soi au cœur de cette nature grandiose, mais aussi la personnalité de l’endroit.

L’an dernier, un seul trio avait exploré les environs ; Michel Bergeron, Bianca Gervais et Roch Voisine s’étaient rendus à l’épicerie fine Domenica.

Sans sortir chaque épisode, l’équipe des Productions Déferlantes planifie néanmoins quelques escapades. « C’est sûr qu’on veut amener un trio découvrir le vignoble du Domaine Les Brome de Léon Courville, indique celui qui est également vice-président contenu et stratégie. Reste à savoir lequel, puisque plusieurs parmi eux sont des épicuriens. »

Vitalité Sureau est un autre des endroits visés, tout comme les nombreux antiquaires. « On aimerait bien aller magasiner chez des antiquités lors d’un épisode », mentionne l’animateur.

Il entend également cuisiner du canard du Lac-Brome et, peut-être, en glisser dans le sac-cadeau avec lequel repartent les invités. Sac qui contient, entre autres, une paire de bas du Domaine des Nobles Alpagas.

Encore plus
La décoration du chalet sera par ailleurs bonifiée et quelques petits changements seront apportés. « On va notamment incorporer des luminaires de Luminaire Authentik », note Jean-Philippe Dion.

Il mentionne, en outre, que toute l’équipe technique sera logée à l’Auberge West Brome plutôt qu’au Château Bromont, comme c’était le cas l’année passée.

Un gros concours sera également lancé pour les téléspectateurs ; les détails seront dévoilés prochainement.

Le chalet parfait

Il n’a pas été aisé pour les Productions Déferlantes de trouver le chalet parfait pour servir de cadre à La Vraie nature. Ils en ont visité plusieurs dans les Laurentides et les Cantons-de-l’Est avant d’arrêter leur choix sur une résidence de West Brome, située aux abords de la rivière Yamaska. Pour l’utiliser, ils ont même dû l’acheter!


Qu’est-ce qui les a tant séduit? La tranquillité dans ce coin un peu reculé, bien sûr, et les paysages sublimes au cœur de cette nature grandiose, mais aussi la personnalité de l’endroit. Rustique, champêtre, avec une touche anglo-saxonne propre aux «Townships». Le bois y est omniprésent sans être étouffant, et les meubles et accessoires hétéroclites constituent autant de couches de souvenirs juxtaposées pour former un tout confortable, réconfortant et accueillant.


L’endroit rappelle de bons souvenirs à Jean-Philippe Dion. Natif de Saint-Alphonse-de-Granby, il passait ses étés non loin de là, sur les berges du lac Memphrémagog. «J’ai l’impression que cette émission est exactement ce que je devais vivre à ce moment-ci de ma vie. Je voulais revenir dans ma région. Je rêvais de m’acheter un chalet, et je me retrouve à faire une émission à quelques pas du chalet de ma grand-mère, à Lac-Brome! Après tant d’années dans un mode plus jet-set avec Accès illimité, ça fait du bien de revenir aux sources», disait-il à La Voix de l’Est, l’automne dernier.