Carole Bessette est fondatrice et coordonnatrice du Centre Ressources-Femmes de la région d’Acton

Redonner aux femmes leur pouvoir

ACTON VALE — Le Centre Ressources-Femmes de la région d’Acton célébrera l’an prochain 20 ans d’existence. L’organisme œuvrant pour la cause des femmes marquera le coup en intégrant un nouveau service à son offre.

L’idée derrière la fondation de l’organisme, en 1999, était de créer un lieu d’échange et de partage pour les femmes de la région, dans l’optique de contribuer à leur épanouissement et à briser l’isolement dans lequel certaines se trouvaient, explique Carole Bessette, fondatrice et coordonnatrice du Centre qui compte désormais près de
160 membres et quatre employées.

Son action s’organise aujourd’hui autour de trois pôles: les services (références, soutien individuel, accompagnement), les activités éducatives (café-rencontre, ateliers, groupes d’entraide) et les actions collectives. « Notre rôle est d’offrir des outils et d’aider les femmes à prendre le pouvoir sur leur vie », résume Mme Bessette.

Ressources-Femmes milite ainsi pour la cause féministe des droits des femmes et de la justice sociale. « Oui, on a eu le droit de vote, mais il reste des combats à mener », estime la responsable.

Les compressions imposées par le gouvernement ont d’abord touché les femmes, plus nombreuses à vivre sous le seuil de la pauvreté. « Nous avons perdu beaucoup au niveau de la condition de vie des femmes », déplore Mme Bessette, en mentionnant, par exemple, les coupes dans l’aide sociale.

Un projet pour les 20 ans
Par un heureux hasard, c’est juste à temps pour le vingtième anniversaire de l’organisme que prendra vie le projet de groupe d’achats caressé depuis plus de deux ans. Celui-ci est rendu possible grâce à une collaboration avec le Centre d’action bénévole d’Acton, la Maison de la Famille valoise et le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est. « La sécurité alimentaire est un enjeu important, souligne Mme Bessette. Si on aide les gens à épargner au poste budgétaire dédié à la nourriture, c’est un pas de plus vers l’autonomie financière. »

La mise en place d’un groupe d’achats, qui a valu à l’organisme une Bourse d’initiative en entrepreneuriat collectif, permettrait à ses participants de bénéficier de meilleurs prix par l’achat en gros de denrées alimentaires de base, notamment sur les fruits et les légumes. L’organisme compte solliciter des fournisseurs de la région pour répondre à ses besoins tout en misant sur l’achat local.

Plus tôt cette année, le Centre a reçu un bon coup de pouce financier de la part de plusieurs instances, dont une subvention de 100 000 $ du Fonds conjoncturel de développement du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, de même qu’une enveloppe de 25 000 $ provenant du Fonds de soutien aux projets structurants de la MRC d’Acton.

Le tout représente environ les deux tiers des 300 000 $ que compte investir le Centre Ressources-Femmes pour agrandir ses locaux à même la maison qu’il a achetée, rue Daigneault, en 2015. « On ne pouvait pas faire ça n’importe où, surtout qu’il fallait l’espace pour ranger la nourriture et installer de gros réfrigérateurs, explique Mme Bessette. On en est venus à la conclusion que c’était préférable de le faire ici. »

L’organisme aménagera donc une cuisine aux normes du MAPAQ pour y déplacer les activités de ses cuisines collectives, en plus d’un bureau pour l’intervenante responsable du groupe d’achats. Le jardin collectif retournera, quant à lui, à l’arrière. Si cela est possible, la rallonge sera doublée d’un sous-sol et un accès adapté sera aussi aménagé.

La première pelletée de terre est souhaitée pour le mois d’août. Les travaux devront être terminés avant la fin de l’année.

Environ 900 personnes d’Acton Vale et des alentours pourraient bénéficier des impacts de l’initiative. Le Centre Ressources-Femmes espère atteindre 7 % de la population de la municipalité avec son groupe d’achats.