Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur du Service des incendies de Sainte-Christine et responsable du service de premiers répondants, Jacques Leclair.
Le directeur du Service des incendies de Sainte-Christine et responsable du service de premiers répondants, Jacques Leclair.

Les Christinois mieux protégés

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Lorsque la vie d’une personne ne tient plus qu’à un fil, les minutes sont précieuses. Les membres du Service des incendies de Sainte-Christine ont donc décidé d’aller de l’avant avec l’implantation d’un service de premiers répondants afin d’offrir une meilleure protection à la population.

À compter du mois de mai, les citoyens qui seront foudroyés par un arrêt cardio-respiratoire ou victimes d’un choc anaphylactique (réaction allergique sévère) verront les premiers répondants débarquer à leur chevet. Quatorze intervenants — onze sapeurs et trois citoyens — sont désormais formés pour intervenir lors de ces urgences médicales grâce à leur accréditation de premier répondant de niveau un.

« On avait déjà le défibrillateur cardiaque, les bombonnes d’oxygène, mais nous n’avions pas la formation officielle, donc on n’était pas appelés à intervenir pour ces situations-là. C’était un non-sens alors qu’on avait tout l’équipement », explique Jacques Leclair, le directeur du Service des incendies de Sainte-Christine et responsable du nouveau service de premiers répondants.

Les premiers répondants disposent de différents équipements, dont un défibrillateur cardiaque et une trousse de premiers soins, pour intervenir auprès de patients victimes d’un arrêt cardio-respiratoires ou d’un choc anaphylactique (réaction allergique sévère).

Intervenir plus rapidement

L’objectif de la mise en place de cette nouvelle brigade ? Intervenir plus rapidement auprès d’un patient. « J’ai un citoyen qui a eu un serrement à la poitrine et il a attendu 45 minutes avant l’arrivée des ambulanciers », se désole M. Leclair.

La formation initiale des secouristes, d’une durée de 20 heures, est reconnue par le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Montérégie-Est. La certification est valide trois ans. Les intervenants devront suivre une formation de mise à niveau chaque année.

Des horaires de gardes seront instaurés pour assurer le service 24 heures sur 24, sept jours par semaine. Les secouristes interviendront auprès d’un patient jusqu’à l’arrivée des paramédics qui assureront la relève et transporteront le patient dans un centre hospitalier. C’est au moment de l’appel logé au 911 que les premiers répondants seront affectés sur les lieux d’une intervention.

Trousse de premiers soins, épinéphrine et défibrillateur cardiaque figurent parmi les équipements dont disposent les premiers répondants pour intervenir. Le service a également acquis un camion pour répondre aux appels médicaux d’urgence, mais il pourra aussi être utilisé par les pompiers. Les coûts pour la mise en place du nouveau service avoisinent les 40 000 $. Des subventions permettront de couvrir certains frais.

Au moment de la construction de la caserne, inaugurée en juillet 2015, les plans avaient été aménagés pour accueillir un véhicule supplémentaire qui sera celui du service de premiers répondants.