Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Kevin Lajoie dirige l’atelier d’usinage Fabrication KLM en collaboration avec sa conjointe, Marianne Boileau. « Je crois que devenir son propre patron, c’est un peu le rêve de tout le monde. Dans notre cas, c’est devenu une réalité », affirme le natif d’Upton.
Kevin Lajoie dirige l’atelier d’usinage Fabrication KLM en collaboration avec sa conjointe, Marianne Boileau. « Je crois que devenir son propre patron, c’est un peu le rêve de tout le monde. Dans notre cas, c’est devenu une réalité », affirme le natif d’Upton.

Fabrication KLM passe la vitesse supérieure

Jonathan Gagnon
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
À peine un an et demi après sa création, Fabrication KLM passe à la vitesse supérieure. En plus de la récente arrivée d’un troisième employé, le couple de propriétaires attend la livraison d’une scie qui viendra optimiser certains processus à l’atelier d’usinage de la rue Principale, à Upton.

« On avait une scie manuelle qui exigeait du travail constant. Notre nouvelle machine nous permettra donc d’économiser en temps et en argent », explique Kevin Lajoie, copropriétaire de la PME avec sa conjointe, Marianne Boileau.

« Ça devient encore plus intéressant quand on sait que la main-d’œuvre est assez rare présentement. […] On vient tout juste de trouver un employé après trois mois de recherches. »

Après un retard apparemment occasionné par des cas de COVID-19 dans une usine de Turquie, cette scie automatisée devrait finalement être livrée en juin ou en juillet. Les coûts d’acquisition et d’aménagement s’élèvent à environ 60 000 $.

L’équipe de Fabrication KLM attend la livraison de cette scie automatisée, fabriquée par Beka-Mak.

Vers un agrandissement

Fabrication KLM fabrique et répare diverses composantes métalliques en sous-traitance pour des manufacturiers « de la région et de l’extérieur ».

Les projets d’expansion comprennent aussi un agrandissement de l’usine, qui passera par l’acquisition d’un terrain adjacent. Au moment de notre entrevue, la transaction était d’ailleurs en voie d’être conclue.

À terme, l’endroit pourrait accueillir une douzaine d’employés et davantage d’équipements.

« On aimerait éventuellement acheter d’autres machines à contrôle numérique pour augmenter notre volume d’affaires », précise Kevin Lajoie, ajoutant que la demande est plutôt forte actuellement dans son domaine.

Les impacts de la COVID-19 sur Fabrication KLM auront somme toute été relativement limités.

« Quand le Québec a été mis sur pause en mars et en avril [2020], on ne réussissait plus à obtenir nos matières premières auprès des transporteurs d’acier et de nos autres fournisseurs. Par contre, j’ai pu repartir normalement dès que le gouvernement a permis la reprise d’activités minimales dans les usines. Le fait d’être seul [dans l’usine] n’a pas nui à ce moment-là ! »

Être son propre patron

Arrivé au début de la trentaine, Kevin Lajoie se sentait prêt à lancer sa propre entreprise. Et la solution ne se trouvait pas bien loin. En compagnie de sa conjointe, le natif d’Upton a acheté le terrain voisin de leur maison en juillet 2019.

Ses quinze années d’expérience dans le domaine de la sous-traitance ont rapidement été mises à profit. Marianne Boileau y trouve aussi son compte, elle qui s’occupe principalement des livraisons et de la comptabilité, en plus de « donner un coup de main dans l’usine ».

« L’idée était de contrôler notre avenir. Je crois que devenir son propre patron, c’est un peu le rêve de tout le monde. Dans notre cas, c’est devenu une réalité », se réjouit Kevin Lajoie.