La boîte à livres nouvellement installée au parc Major-Général-Alain-Forand, rue Dupuis, à Farnham.

Une bibliothèque grandeur nature

Quoi de mieux que de savourer un bon livre dans un paysage féérique? Les résidants de Farnham ne seront désormais plus jamais à court de ce plaisir, avec la toute nouvelle boîte à livres installée dans le parc Major-Général-Alain-Forand de la rue Dupuis, à deux pas de la rivière Yamaska. Cette nouvelle pièce de mobilier urbain, mise en place grâce à l’initiative d’une citoyenne, permettra ainsi la libre circulation de bouquins en tous genres au sein de la communauté.

« J’échangeais déjà des livres avec des amis, et après nos lectures, on se demandait ce qu’on pourrait faire avec tous nos livres… Alors, je me suis mise à en laisser traîner sur des bancs de parc, en espérant que quelqu’un ait du plaisir à les lire. Et je n’étais pas la seule, on était plusieurs à faire ça! » se souvient Carole Pigeon, citoyenne de Farnham et insatiable lectrice.

Mais elle n’était pas tout à fait satisfaite de cet exercice, aussi amusant soit-il, car les livres risquaient toujours d’être endommagés par les intempéries.

Puis, lors de voyages ailleurs en province et en Europe, elle a croisé d’étranges coffres installés en pleine nature : les boîtes à livres. Celles-ci permettent d’échanger des livres gratuitement et en tout temps, dans un mode libre-service.

Trouvant l’idée formidable, elle a entrepris des démarches auprès de la Ville de Farnham pour en faire installer une semblable.

Après une certaine résistance – « Il y aura du vandalisme! », craignaient certains élus –, la citoyenne a finalement trouvé une alliée en Roxanne Roy Landry, directrice du Service des loisirs à la Ville de Farnham.

Ainsi, au début du mois de septembre, la Ville a installé la boîte au parc Major-Général-Alain-Forand, en face de l’église Saint-Romuald. En outre, la bibliothèque municipale a fourni les premiers livres à échanger.

Petit succès deviendra grand
Mme Pigeon se réjouit de constater que les tablettes se vident et se regarnissent déjà très rapidement. Elle raconte, par exemple, être allée porter huit livres un après-midi, et que le soir, il ne restait aucune trace de son don, alors que d’autres livres étaient apparus.

La citoyenne espère que toutes les municipalités emboîteront éventuellement le pas.

« Même Venise-en-Québec a sa boîte à livres! Je trouve ça merveilleux!», souligne-t-elle.

La Ville de Farnham voit grand, elle aussi.

Elle compte d’abord donner un peu plus de vie à la boîte actuelle, en lui ajoutant de la couleur très prochainement. Mais la Ville ne s’arrêtera pas là : Mme Pigeon indique qu’il est notamment question d’agrandir la boîte, qui a pour l’instant un volume très limité.

« On est ouverts, et si les citoyens embarquent, on va peut-être en ajouter de nouvelles! », a pour sa part déclaré Mme Roy Landry.