Farnham veut revoir le tracé de la piste cyclable dans ses rues, afin d’offrir un paysage plus bucolique aux visiteurs en vélo et permettre aux cyclistes de s’arrêter chez les commerçants.

Repenser le tracé de la piste cyclable

La piste cyclable La Montérégiade est encore plus invitante depuis qu’elle offre un parcours de près de 40 kilomètres entièrement pavé entre Farnham et Granby. Or, en arrivant dans cette ville de Brome-Missisquoi, le côté bucolique qu’offre La Route verte disparaît et il est parfois difficile de s’y retrouver. Farnham souhaite donc redessiner son tracé au cœur de la ville, où la rivière pourrait être mise en valeur.

«C’est de toute beauté», décrit Yves Deslongchamps, directeur général de la Ville de Farnham, à propos du tronçon cyclable qu’il emprunte lui-même à partir de Granby pour se rendre au travail.

Le côté bucolique offert aux cyclistes n’est toutefois plus au rendez-vous en arrivant à Farnham, estime-t-il. «À mon grand désarroi, on débouche dans le parc industriel. Et le parc industriel... c’est un parc industriel!»

Le tracé actuel amène ensuite les cyclistes sur la passerelle qui surplombe la rivière Yamaska. Après avoir roulé près du parc à chiens, ils doivent emprunter de petites rues qui les conduiront au Marché de la Station gourmande. «Quand tu arrives au marché, tu vas où?, questionne M. Deslongchamps. Tout mon côté bucolique de la rivière, il est où? On veut lui redonner ses lettres de noblesse, parce qu’elle est tellement belle.»

La signalisation doit aussi être revue pour offrir aux cyclistes le bon parcours à emprunter pour poursuivre leur route vers Sainte-Brigide-d’Iberville, mais aussi pour les inciter à se rendre chez les commerçants.

«Je veux attirer les gens. Je leur dis: descendez à Farnham! Je veux que nos attraits soient marqués, que le kilométrage soit là, indique M. Deslongchamps. C’est hyper important aussi que les citoyens y aient accès. Qu’ils puissent avoir un réseau cyclable, du transport actif.»

Le service des loisirs, de la culture et du tourisme, et celui de la planification et de l’aménagement du territoire sont mis à contribution dans ce projet. Leur mandat est de revoir le trajet proposé actuellement dans la municipalité et d’élaborer la liste des travaux – asphaltage, marquage de la chaussé, signalisation, aires de repos, etc. – que nécessitera le nouveau parcours.

«Il faut faire attention, parce qu’on ne peut pas passer où on veut. Il y a des emprises à respecter. On est à la merci de ça. C’est l’étude préliminaire de l’équipe qui va nous permettre de savoir où on peut passer», précise le directeur général.

Les citoyens, usagers et partenaires, tels que le comité Pro-Piste, organisme qui en assure l’entretien, seront également consultés.

Les usagers de la piste cyclable devront toutefois patienter avant de rouler sur un nouveau circuit dans les rues de Farnham. Un plan triennal, voire quinquennal, sera élaboré. «C’est beaucoup d’aménagement et c’est beaucoup de sous. Il faut aussi regarder du côté dessubventions», dit M. Deslongchamps. Le projet sera réalisé par phases. La première pourrait être lancée à l’automne 2020.