Patricia Casaubon et Daniel Bérubé étaient du premier café-rencontre organisé par la Ville de Cowansville pour accueillir les nouveaux propriétaires. Une formule agréable, disent-ils.

Une ville qui a la main tendue

Patricia Casaubon et Daniel Bérubé sont tombés amoureux de leur maison bien avant la ville où elle se trouvait. Ce qui les a convaincus de quitter Montréal plus tôt que prévu, c’est toutefois l’accueil qu’ils ont reçu à Cowansville.

« Avant d’acheter, j’ai demandé à la mairie de nous rencontrer, raconte Mme Casaubon. J’ai parlé à Fanny Poisson pour en savoir plus sur Cowansville, parce que ce n’était pas notre idée initiale. Elle nous a fait faire le tour de la ville et nous a fait rencontrer le maire, qui était alors Arthur Fauteux. On a rencontré quelqu’un du secteur et tout ce qu’ils nous ont dit sur Cowansville nous plaisait.»

Les montagnes, la nature, la proximité avec l’hôpital et les différents services ont été des atouts de taille. En plus, le couple a de la parenté dans les parages.

« On a apprécié beaucoup la rencontre avec la Ville et la maison était clé en main. Ce n’était pas notre plan d’acheter tout de suite. On voulait attendre la retraite de Daniel pour acheter, mais ça nous a permis de déménager tranquillement nos choses. »

La conseillère de leur quartier, Lucille Robert, leur a aussi rendu visite lorsqu’ils ont été installés. Plus récemment, le couple a été invité à participer à un café-rencontre.

« On a hésité vu qu’on avait déjà pas mal d’informations, mais on était intéressés de rencontrer la mairesse, ajoute Mme Casaubon. Finalement, on a été les derniers partis, avec un autre couple. C’était super agréable! »

« J’ai trouvé ça bien, renchérit M. Bérubé, qui travaille toujours à Montréal. J’ai trouvé ça agréable.»

Tous deux ont notamment apprécié la gentillesse de la mairesse, Sylvie Beauregard, qui leur a raconté un peu sa vie de famille lors de cette formule avec café et bouchées. Tous les conseillers municipaux étaient présents à cette rencontre.

Réseautage
Mme Beauregard a profité de ce premier café-rencontre pour présenter les projets qui animent sa ville. « En même temps, on invitait les propriétaires. Il y avait de bons mariages, croit Mme Beauregard. Les nouveaux comme les résidants actuels pouvaient se reconnaître par quartier, car ils étaient identifiés. Ils pouvaient échanger et ainsi connaître leurs nouveaux voisins. Les anciens pouvaient aussi introduire les nouveaux à des activités.»

Le réseautage a bien fonctionné. Patricia Casaubon a, par exemple, rencontré une dame qui fait du bénévolat par le biais du tricot, ce qui l’intéresse.

Le prochain café-rencontre se tiendra cet automne et l’événement pourrait revenir deux fois par année.

La mairesse indique que ces cafés se tiendront deux fois par année. « Avant, moins de gens participaient. On a donc décidé de changer de formule. On voit avec les citoyens ce qui les attire. Tenir des rencontres pour tenir des rencontres, s’il n’y a personne, non. On y met quand même beaucoup d’énergie. En avril, on a connu une belle participation. Si les gens aiment la formule, on va poursuivre. »

Le prochain café-rencontre se tiendra cet automne. Avec la traditionnelle période des déménagements autour du 1er juillet, la municipalité s’attend à accueillir de nombreux nouveaux propriétaires. L’an dernier, 111 ont décidé de s’installer à Cowansville.