Le directeur du service de l’aménagement urbain et du territoire, Olivier Ricard, et la mairesse, Sylvie Beauregard, affirment que ça bouge à Cowansville.

Sur une belle lancée!

Implantation de nouvelles entreprises, incubateur industriel en plein essor, projets en élaboration, construction résidentielle sur une lancée : les affaires roulent à Cowansville par les temps qui courent.

« Ça bouge ! On dirait que l’achalandage attire l’achalandage. Plusieurs entrepreneurs s’adressent au CLD (de Brome-Missisquoi) pour connaître les terrains disponibles », se réjouit la mairesse, Sylvie Beauregard.

« On leur offre (aux entrepreneurs) un bon service d’accueil. On les accompagne de A à Z. De l’obtention des permis à l’implantation, en passant par les autorisations avec les ministères et les liens avec Hydro-Québec ou Énergir. On leur donne des contacts. On leur ouvre des portes. On va même jusqu’à marcher les terrains avec eux pour voir s’il y a des problèmes avec les milieux humides », renchérit le directeur du service de l’aménagement urbain et de l’environnement, Olivier Ricard.

Selon Mme Beauregard, dès qu’un entrepreneur s’adresse à la Ville, il devient une priorité pour l’administration municipale. Et cela semble donner des résultats. Les bonnes nouvelles se sont succédé au cours des derniers mois.

Parmi celles-ci : Industries Granby a relocalisé ses activités à Cowansville. Ce faisant, elle a quitté Granby. L’entreprise de quelque
180 employés, qui conçoit, fabrique et distribue des réservoirs d’acier, s’est installée le mois dernier dans les anciens locaux de Consoltex. Dans l’opération, ceux-ci ont été revampés, souligne Mme Beauregard.

Le déménagement d’Industries Granby a entraîné celui de son transporteur officiel, TSX Transports, qui a aussi quitté Granby. Les deux entreprises logeront sous le même toit, où TSX Transports y sera locataire, explique la présidente et directrice générale de la PME, Caroline Fortin.

Autre projet en cours qui entraîne un investissement majeur : Fumoirs Gosselin, de Frelighsburg, a acquis un bâtiment dans la rue Sherbrooke où l’entreprise y aménage des installations de production pour répondre à la croissance. Des travaux de rénovation sont en cours. Le bureau-conseil de génie mécanique Concept VPS, qui a agrandi son équipe et ses services, a d’ailleurs changé d’adresse rue Sherbrooke et sera voisin de Fumoirs Gosselin.

Phase deux

Lancé l’an dernier, l’incubateur industriel de Cowansville a connu une popularité immédiate, si bien qu’une deuxième phase devrait prochainement être lancée. « On voit qu’il y a une demande pour ça », lance M. Ricard.

La Corporation d’initiative industrielle de Cowansville (CIIC) étudie actuellement le financement de cette nouvelle phase, qui se déploiera à la même adresse, soit au 790 rue du Sud.

À l’origine, un espace accueillant quatre entreprises — SD Concept, Happy Yack, Brome Compost et Pleins Rayons — a été loué. Une subvention sur le loyer est offerte aux incubés durant cinq ans. Elle atteint 50 % des coûts durant la première année, 40 % la deuxième, 30 % la troisième, 20 % la quatrième et 10 % la cinquième. Par la suite, les entrepreneurs peuvent demeurer sur place et négocient directement leur bail avec le propriétaire de l’immeuble.

En croissance, SD Concept et Pleins Rayons ont déjà pris de l’expansion et loué un espace supplémentaire dans le même immeuble.
« Pour nous, c’est plus facile de bouger l’incubateur que de bouger l’entreprise. On leur donne priorité », relève Olivier Ricard.

Plutôt que de construire un nouveau bâtiment pour accueillir l’incubateur industriel, la CIIC a plutôt choisi de louer de l’espace dans un bâtiment vacant de son territoire. « Avoir une nouvelle construction et offrir des condos industriels, c’est très onéreux. Cette formule-là est accessible, autant pour la municipalité que pour les entrepreneurs », fait valoir, de son côté, la mairesse.

Le propriétaire de l’immeuble y trouve aussi son compte puisqu’il a, depuis, rénové la façade, le stationnement et l’intérieur, font-ils valoir. « Ça a un effet d’entraînement », se réjouit M. Ricard.

BOOM

La transformation du Loblaws en condos industriels, qui aura notamment pour locataire le fabricant de luminaire Authentik, ainsi que le développement du parc industriel sud-ouest témoignent également de l’effervescence économique à Cowansville.

« Il y a trois ans, le Loblaws était vide, la Consoltex, le 400 Willard et l’ancienne Tupperware aussi. Là, on est plein partout ou en voie de le devenir. Et nous avons 44 acres de terrains industriels avec services pour de nouveaux projets », indique Olivier Ricard.

Selon lui, les secteurs commercial et de la construction ne sont pas en reste. Rien qu’au niveau résidentiel, « on va être dans un boom de construction dans les sept à dix prochaines années ». « On a des chiffres qu’on n’a jamais eus », dit-il. « Avant, il y avait une quarantaine de nouvelles portes par année. Là, c’est 200 et plus. On a créé un milieu de vie intéressant et abordable. Avec les projets en planification ou en cours de réalisation, il va y avoir 1 000 portes de plus d’ici dix ans. Et ce sont tous des projets différents. Il y en a pour tous les goûts », affirme M. Ricard.

La population de Cowansville a, par ailleurs, augmenté de 2 000 personnes au cours des cinq dernières années pour atteindre
14 350 citoyens. « On attire des gens d’un peu partout », se réjouit Sylvie Beauregard.