Une des œuvres créées dans le cadre du projet Mur à mur par l’artiste Simon Bossé et des élèves de l’école secondaire Massey-Vanier.

Quand l’art et le public ne font qu’un

La médiation culturelle, ça vous dit quelque chose ? On ne parle pas ici de résolution de conflits, mais d’échanges et de belles rencontres entre les artistes et la population. Cowansville a bien compris le principe et l’applique depuis quelques années. Son but : que chaque individu qui est en contact avec les arts devienne à son tour un acteur culturel. Et le concept fait des petits.

« En janvier 2017, lors de la clinique culturelle avec Les Arts et la Ville, il est ressorti le besoin d’avoir un Fonds en médiation culturelle, pour que les gens prennent d’assaut la culture. On veut forcer la rencontre entre les organismes communautaires et les artistes », laisse entendre la directrice du service de la culture, du tourisme et du patrimoine à Cowansville, Marie-Maude Secours.

Pour l’année 2019, la municipalité et le ministère de la Culture et des Communications du Québec ont conjointement investi 27 000 $ pour lancer ce Fonds. Après un appel de projets, lancé en septembre 2018, et de rencontres de médiation en octobre, six projets ont été retenus parmi les sept soumis. « Les gens avaient de belles idées, fait remarquer Mme Secours. La population s’approprie la culture quand il y a un appel de projets. »

- L’Association de parents de personnes handicapées de Brome-Missisquoi s’est alliée aux artistes Maude Lecours, Gabrielle Charbonneau et Joffrez Corboz pour créer une chorégraphie et des masques, le tout présenté sur support photographique et vidéo. Le projet est intitulé Dévisages-toi.

- L’initiative Microvision de la nature : Terre, ciel, eau (Micro View of Nature Land, Sky, Water) a réuni la peintre Kylie Sanford et les élèves de 4e année de l’école Sainte-Thérèse pour des ateliers de création artistique, suivis d’une exposition d’art public. Trois grandes images sur panneaux d’aluminium seront ensuite installées à l’extérieur de l’institution au cours de l’automne 2019.

- Dans le cadre du projet Mur à mur, des élèves en exploration de la vie professionnelle de l’école secondaire Massey-Vanier ont, pour leur part, rencontré le sérigraphe Simon Bossé, qui les a guidés dans la création d’une œuvre thématique collective.

- Une autre initiative, intitulée Murmures cette fois, s’étalera tout au long de l’année 2019 et donnera la parole aux personnes plus
« silencieuses » de la municipalité. Les artistes Valérie Clermont-Girard et Roxane Lussier iront notamment à la rencontre d’élèves de l’école Curé- A.-Petit et de résidents d’un HLM et d’un centre pour personnes âgées. Leurs « murmures » seront ensuite transposés en arts visuels et en poésie.

- Avec Une chanson pour elles, Les Tisserandes et le Centre Femmes des Cantons ont clôturé une série de rencontres par la composition collective, l’enregistrement et la diffusion d’une chanson.

- Finalement, de pair avec les artistes Isabelle Maréchal, Michel Viala et Sarah Mills, des centaines d’élèves de l’école Massey-Vanier ont souligné les 50 ans de l’établissement en produisant une immense murale de mosaïque, fabriquée de A à Z de leurs mains.

« La médiation culturelle permet de travailler autrement la culture, en faisant en sorte que les gens deviennent partie prenante, explique Mme Secours. Tout dépendant des projets, un tel Fonds apporte une ouverture sur l’autre. Avec la culture — que ce soit à travers des images ou des chorégraphies —, on réussit à dire des choses parfois difficiles à exprimer en mots. »

La directrice rappelle qu’un montant de 27 000 $ a aussi été réservé pour l’année 2020.