Plusieurs partenaires se sont réunis pour développer le modèle qui sera mis en place par la ressource embauchée en décembre.

Une structure à mettre en place

Un vaste projet débute dans Brome-Missisquoi afin de structurer la coordination et la circulation de l’information entre les nombreuses tables de concertation créées par les organismes communautaires de la région. Pour y arriver, une subvention de 100 000 $ de la Fondation Lucie et André Chagnon a été accordée à la MRC afin de lancer les travaux.

« Un comité de travail se penche depuis plusieurs mois sur le fait qu’il y avait certains problèmes au niveau des organismes communautaires et des tables de concertation, explique le directeur général de la MRC, Robert Desmarais. Des échanges d’informations doivent être faits, mais ils ne le sont pas. Il faut trouver une solution à ça. »

Les organisatrices communautaires du CIUSSS de l’Estrie-CHUS dans la région ont réalisé que la situation devenait cacophonique. Le réseau local de la santé, la MRC — qui pilote le projet —, le milieu de l’éducation et la Corporation de développement communautaire ont donc décidé de s’y pencher. Ensemble, ils ont formé le Réseau de développement de la communauté territoriale de Brome- Missisquoi, qui a pour mission le développement social.

Projets communs

Il y a plus de 40 tables de concertation dans la région, qui a la particularité de ne pas avoir une seule « ville-centre », mais bien six pôles aux enjeux différents : Bedford, Farnham, Cowansville, Bromont, Lac-Brome et Sutton. Chaque table vient répondre à un besoin particulier, selon l’âge de la clientèle, le pôle et l’enjeu, comme la santé mentale, par exemple.

Il faut cependant s’assurer que les informations circulent. « Les besoins en santé et en bien-être de la population existent et il faut augmenter l’efficacité de ces tables-là », soutient M. Desmarais.

« L’autre chose souhaitée, évoque Tania Szymanski, conseillère en développement rural au CLD de Brome-Missisquoi, c’est de favoriser la collaboration et l’émergence de projets communs. Est-ce qu’il y a une possibilité de travailler ensemble ? De faire des projets un peu plus larges qui touchent l’ensemble de la MRC ? »

Par exemple, plutôt que les tables traitant du transport dans chaque pôle travaillent en silo, elles pourraient collaborer dans le cadre d’un projet plus grand.

Structure

La Fondation Chagnon a pour mission d’aider les projets visant la persévérance scolaire et la littératie. La responsable du projet à la MRC explique que les dossiers menés par les nombreuses tables de concertation peuvent avoir un lien indirect sur la persévérance scolaire. « Si on travaille sur la pauvreté, donne-t-elle en exemple, ça a un impact sur le cheminement éducatif d’un enfant. »

La Fondation Chagnon a donc accordé une subvention pour la première année de travail. L’argent permettra l’embauche d’un chargé de projets en décembre afin, d’abord, de dresser un inventaire de toutes les tables de concertation existantes dans Brome- Missisquoi. Ensuite, la ressource mettra en place une structure pour que tout le monde travaille dans une « symbiose cohérente », insiste le directeur général de la MRC, et elle développera les outils de communication et de formation pour les organismes.

« Ce qui est créé, c’est un comité de porte-paroles composé d’un représentant de chaque concertation et comité de soutien, reprend Mme Szymanski. Ils auront quatre ou cinq rencontres par année pour discuter de ce qui se passe localement au niveau de leur table. L’information va circuler pour qu’on puisse être bien informé de ce qui se passe ailleurs. Pour certains organismes qui couvrent la région au complet, et non une seule municipalité, ça va faire en sorte d’avoir de l’information centralisée. »

Le comité de soutien est, pour sa part, formé de représentants du réseau de la santé, de la MRC et de la CDC.