Les grandes lignes de la stratégie d’attraction dans Brome-Missisquoi s’étalent sur un des murs du bureau du directeur général adjoint et directeur de la gestion du territoire à la MRC, Francis Dorion.

Une MRC audacieuse et ambitieuse

COWANSVILLE — Le rayonnement de la région de Brome-Missisquoi est appelé à grimper en flèche au cours des trois prochaines années. L’ambitieuse stratégie d’attraction de main-d’œuvre élaborée au cours des derniers mois se déploiera bientôt sur toutes les plates-formes.

Ce n’est plus un secret, la MRC de Brome-Missisquoi souhaite attirer 10 000 nouveaux travailleurs et 6000 familles en dix ans pour court-circuiter la problématique de pénurie de main-d’œuvre et de vieillissement de la population.

«C’est LE gros chantier des prochaines années pour la MRC et le CLD», lance le directeur général adjoint et directeur de la gestion du territoire à la MRC, Francis Dorion.

Selon lui, l’expertise de 11 employés des deux organismes de développement régional et d’une flopée de partenaires est mise à profit pour ce projet, qui s’articule autour de trois axes principaux et de 13 objectifs.

Preuve de son ampleur et de son importance, les grandes lignes de la stratégie s’étalent désormais sur un des murs du bureau de Francis Dorion. Formant une mosaïque de cartons colorés, chacun des objectifs est accompagné d’un porteur de dossier, d’un échéancier et d’autres informations pertinentes. Un budget de 1 million $ a été dégagé pour ces grands travaux.

Nouvelle image
Le premier jalon, voire le premier défi, de cette vaste entreprise consistera à faire connaître la région à la génération des milléniaux, souligne Francis Dorion. Car Brome-Missisquoi demeure méconnue. «Les jeunes connaissent certains attraits, comme la montagne de Bromont, mais ils ne connaissent pas la région», relève-t-il.

Le message à faire circuler, selon lui, c’est qu’il «y a de tout pour tout le monde» dans la région qui a, en outre, l’avantage d’être située près de Montréal.

«Différente de l’image administrative de la MRC», une nouvelle image de marque «assez unique et peu commune pour une MRC» est ainsi en développement, note Francis Dorion. «On veut miser sur l’audace et l’authenticité pour aller teaser les jeunes», ajoute-t-il.

Cette opération sera accompagnée de la mise en ligne d’un «portail web d’attractivité» qui fera découvrir les 21 municipalités du territoire et ses acteurs. Un autre portail, celui-là pour les entreprises, est aussi en élaboration. «Ça va être un portail innovateur qui ne va pas juste donner un listing des emplois», laisse savoir le directeur de la gestion du territoire.

Cette importante offensive de communication marketing sera lancée à compter de mars 2019. La campagne, élaborée avec la firme Visages régionaux, de Kamouraska, spécialisée en marketing territorial, permettra à Brome-Missisquoi d’avoir une présence soutenue et active sur les réseaux sociaux, avec matériel photo et vidéo à l’appui.

Des campagnes ciblées, pour la restauration, l’agriculture, le tourisme ou le secteur manufacturier, par exemple, seront aussi élaborées avec les partenaires concernés, note Francis Dorion. La clientèle immigrante est aussi dans la mire de la MRC, ajoute-t-il.

Outils
Dans la foulée, affirme M. Dorion, plusieurs efforts seront consacrés à «outiller» les principaux intervenants du milieu: les municipalités et les entreprises. Un accompagnement personnalisé sera ainsi offert aux municipalités afin de cibler les freins à l’établissement des nouveaux arrivants et les solutions à mettre de l’avant. Des enjeux de logements locatifs pourraient, par exemple, être ciblés à certains endroits, tandis que la mobilité sera identifiée ailleurs. «Les municipalités ne sont pas toutes seules là-dedans. Elles ont des ressources. Il y a des organismes prêts à mettre l’épaule à la roue. Mais il faut faire le maillage», souligne Francis Dorion.

Selon lui, les entreprises aux prises avec des besoins de main-d’œuvre ont aussi du travail à faire pour devenir des employeurs de choix. La stratégie de la MRC vise ainsi à les aider à s’outiller pour se démarquer, être innovantes et exercer la rétention de leurs employés.

Un collectif jeunesse a par ailleurs été créé pour «mobiliser et consulter les jeunes du territoire». Des bourses seront accordées en 2019 à des jeunes pour la mise sur pied de projets innovateurs. «On veut mobiliser les jeunes de tout le territoire. On se dit qu’il n’y a pas de meilleurs ambassadeurs que la population actuelle et on commence avec eux», dit Francis Dorion.

Selon lui, d’autres ambassadeurs seront aussi appelés à participer à la grande campagne de séduction. Mais aucune approche officielle en ce sens n’a encore été faite, dit-il. Un service d’accueil et de recrutement sera aussi mis sur pied afin d’assurer un suivi personnalisé auprès des nouveaux arrivants avant, pendant et après leur migration dans la région. Bref, la MRC souhaite se démarquer et se faire voir au cours des trois prochaines années. Et elle s’en est donné les moyens.

Sur cette photo, nous voyons les deux équipes, celle de Brome-Missisquoi composée de gens de la MRC et du CLD, et celle de Visages régionaux lors d’une rencontre.

VISAGES RÉGIONAUX: UN ALLIÉ IMPORTANT

COWANSVILLE — Une des rares entreprises spécialisées à la fois en marketing territorial et en communication, Visages régionaux, s’est révélée un allié important de la MRC de Brome-Missisquoi dans le développement de sa stratégie d’attraction de main-d’oeuvre. Ce n’est pas un, mais bien trois mandats qui lui ont été confiés. Tout a commencé par une conférence offerte en février 2018 par Visages régionaux, dont les bureaux sont situés près de Kamouraska, dans le cadre du Colloque sur l’attraction des nouvelles populations organisé par la MRC de Brome-Missisquoi. 

« À la suite de la conférence, on a eu le mandat de créer la stratégie d’attraction. Ça nous a pris environ quatre mois. On a fait plusieurs rencontres avec l’équipe de la MRC et du CLD, mais aussi avec des partenaires, des entreprises et les maires », explique la fondatrice et présidente de l’entreprise, Marie-Ève Arbour.  Dans la foulée, Visages régionaux s’est aussi vu confier la responsabilité de créer une image de marque régionale, un portail web d’attractivité et d’emplois, ainsi qu’une campagne de communication marketing à grand déploiement. Le fruit de tout ce travail pourra être découvert à partir du mois de mars, alors que la campagne sera lancée.

L’entreprise rayonne aux quatre coins du Québec. Elle travaille notamment avec des villages des régions de Portneuf et de la Beauce, ainsi qu’avec les Iles-de-la-Madeleine sur l’élaboration d’une image de marque et d’une stratégie de communication. « On est toujours dans le créneau de l’attractivité et de l’image de marque, mais on adapte nos stratégies et nos façons de travailler aux milieux qu’on accompagne », fait valoir Mme Arbour. Selon elle, la pénurie de main-d’oeuvre et l’attractivité figurent dorénavant parmi les priorités de plusieurs régions.

Consultation

Marie-Ève Arbour dit cependant avoir découvert dans Brome-Missisquoi « une région extrêmement mobilisée et proactive ». « Ils (la MRC et le CLD) se sont vraiment donné les moyens d’agir. Ça distingue la région. Le processus dans lequel on va mobiliser chacune des municipalités va être très intéressant. Il y a aussi un maillage qui s’opère avec les entreprises », dit-elle. 

Au cours des prochaines semaines, une consultation web sera par ailleurs lancée. « L’objectif sera d’avoir de l’information pour bâtir une campagne de communication. On veut savoir ce qui fait vibrer les gens dans leur région, ce qui les rend fiers. On veut connaître leurs plus beaux coins nature. La page Facebook va bientôt être activée et des informations vont commencer à être disponibles », laisse savoir Mme Arbour.