Les candidats français, de l’Europe et de l’Afrique francophones, sont très nombreux à se présenter aux Journées Québec, qui se tiennent à Paris ,deux fois par an.

Un tremplin recherché par les entreprises

Trois entreprises de Brome-Missisquoi auront l’occasion de trouver chaussure à leur pied à l’occasion de l’événement Les Journées Québec, qui se tiendra les 30 novembre et 1er décembre prochains, à Paris. Les sept postes qu’elles y proposeront intéressent déjà 110 candidats potentiels.

Le Centre local de développement (CLD) de Brome- Missisquoi propose, pour une troisième fois cette mission, de recrutement à ses membres, après celle de décembre
2018 et de juin 2019. Le CLD leur permet ainsi de bénéficier du bassin d’employés de l’Europe et de l’Afrique francophones.

Cette fois, ce seront les entreprises Florabec, de Philipsburg (transport), Atelier et découpage Bourgea 2014 (acier) de Bedford, et Groupe Carbonneau (usinage et transformation des métaux), de Bromont, qui bénéficieront de cette manne francophone outre-Atlantique. Elles ont obtenu leurs billets pour Paris, car elles ont été les premières à se manifester.

Une autre entreprise de la région, parmi les 115 au total représentant le Québec, sera également du voyage, mais à ses frais et sans l’accompagnement de la MRC. Il s’agit de Gelpac, une compagnie de Farnham spécialisée dans les produits d’emballage en polyéthylène.

L’objectif est d’ailleurs que plusieurs suivent les pas de Gelpac. « On permet aux entreprises d’ici de tester ce type de mission à l’étranger », explique Benoit Lévesque, conseiller industriel au CLD Brome-Missisquoi.

Ce dernier souligne que cet événement se distingue des Salons de l’emploi traditionnels. Les candidats sont présélectionnés et les — courtes — entrevues sont déjà prévues d’avance.

Plus largement, ils sont déjà 24 000 à avoir déposé leurs candidatures.

« On se retrouve devant des gens qui ont des profils recherchés au Québec et qui ont un très grand intérêt à venir ici », assure M. Lévesque. Selon lui, certains candidats vont jusqu’à prendre l’avion pour être présents à l’événement. « Ça donne une idée de la motivation qu’ils ont pour émigrer au Québec », dit-il.

Main-d’œuvre spécialisée

Cet événement de recrutement international existe depuis 2008 et concerne une main-d’œuvre spécialisée. Ainsi, les trois entreprises de la région espèrent revenir de la capitale de l’Hexagone en ayant pourvoir des postes de conducteurs de camion, de soudeurs et de mécaniciens industriels.

Lors des premières Journées Québec auxquelles la MRC a participé, l’entreprise bromontoise Teledyne DALSA avait recruté deux techniciens en électronique. Et, depuis l’événement de juin dernier, «plus d’une dizaine d’embauches sont en cours », indique le conseiller industriel.

Déjà, Florabec a reçu une quarantaine de CV de France, selon Benoit Lévesque. Celui-ci sera d’ailleurs présent à l’événement à la fin du mois. Il sera accompagné de Denis Beauchamp, directeur du développement économique au CLD.

Catalogue de candidatures

De leur côté, les responsables du CLD ne reviennent pas non plus bredouilles. Ainsi, 177 candidats ont été rencontrés lors de l’événement de juin dernier. Ceux-ci ont été placés dans un catalogue de candidatures qui est ensuite mis à la disposition des entreprises de la région.

Si la première initiative du genre, en décembre 2018, devait prouver son efficacité, « les gens comprennent qu’il va être de plus en plus difficile de recruter au Québec », analyse M. Lévesque.

L’événement Journées Québec est organisé conjointement par Emploi-Québec et le Pôle emploi, en partenariat avec Montréal International, Québec international et la Société économique de Drummondville.