Le sherpa se rendra directement dans les entreprises pour cerner leurs besoins.

Un sherpa pour guider les entreprises

Le CLD de Brome-Missisquoi veut répondre plus directement aux besoins des entreprises de la région. Pour cela, il a créé un poste de conseiller en développement économique affublé d’un surnom original: sherpa.

«Ce sherpa sera un guide sur le terrain. Celui qui va se rendre dans les entreprises pour cerner leurs besoins en ressources humaines, en formation et en innovation», explique Sonia Picard, directrice des services administratif et financier au CLD.

Selon elle, chaque entreprise a des besoins spécifiques, d’où cette démarche axée sur des rencontres en personne. «On veut que notre sherpa fasse du one-on-one, car pour poser un bon diagnostic, il faut bien connaître les besoins.»

À l’heure actuelle, les conseillers du CLD n’interviennent pas en amont. Ils répondent plutôt aux demandes de soutien des entreprises.

Ce nouveau conseiller, qui sera en poste dès janvier 2020, deviendra donc une courroie de transmission avec les autres acteurs économiques de la communauté, principalement les agents d’Emploi-Québec et ceux du ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Facilitateur

Le sherpa se veut un «facilitateur» dans les solutions qui auront été identifiées pour répondre aux besoins des petites et moyennes entreprises, la clientèle visée.

Au fait des programmes d’employabilité, de formation et d’innovation, le sherpa pourra diriger les responsables d’entreprises aux bons endroits. «On souhaite les rencontrer en personne pour faire un portrait de ce qui pourrait être intéressant pour eux, puis les mettre en contact avec des partenaires qui pourraient répondre à leurs besoins», précise Mme Picard.

Cette nouvelle approche s’inscrit dans la stratégie d’attraction de nouvelles populations officialisée par la MRC en mars 2019. «En allant les rencontrer chez elles, on veut que les entreprises participent avec nous à rendre notre région plus attractive pour les travailleurs», explique Mme Picard. La création de ce poste découle d’ailleurs de cette stratégie d’attraction et de la volonté des élus et du CLD de combler la pénurie de main-d’œuvre qui n’épargne pas la région.