Qita Reindler aime transmettre sa passion pour la poterie à ses élèves.

Passionnée par l'enseignement de la poterie

« Lorsqu’une porte se ferme, une autre s’ouvre.» Voilà une citation que Qita Reindler comprend parfaitement. Après une perte soudaine de l’ouïe, elle a dû quitter son emploi. C’est à ce moment qu’elle découvre la poterie, un art qui lui a permis de renouer avec l’enseignement et de se découvrir une passion.

« J’étais conseillère en orientation pour l’éducation aux adultes et j’enseignais l’anglais au Cégep de Granby lorsque j’ai eu un début soudain de perte d’audition en 2005. C’est apparu un après-midi dans les deux oreilles en même temps durant une période de stress et de fatigue dans ma vie », explique l’artiste potière.
Si au début elle croit que ses oreilles sont simplement bloquées ou infectées, les spécialistes confirment que rien ne cloche à ce niveau. C’est plutôt la cochlée ou le nerf auditif qui sont touchés, deux endroits où il est impossible de réellement identifier le problème.
Au fur et à mesure que son ouïe se détériore, elle décide finalement de réorienter sa carrière. C’est alors qu’un ami l’initie à la poterie et qu’elle se met plus sérieusement au yoga.
Qita Reindler a vécu quelques années en Colombie-Britannique où elle a perfectionné ses techniques de poterie. De retour au Québec en 2011, elle s’établit à Sutton, sa ville natale, et enfile trois nouveaux chapeaux : artiste céramiste, professeure de poterie et instructrice de yoga.
« Ce n’est pas facile de démarrer sa propre entreprise, encore plus lorsqu’on a une mauvaise audition. Heureusement, mon enthousiasme pour connecter avec les gens, mon amour de l’argile et ma passion de l’enseignement m’ont permis de démarrer en force », estime l’artiste.
Elle avoue d’ailleurs que c’est l’enseignement qu’elle aime par-dessus tout. Pour elle, il n’y a rien de plus gratifiant que d’établir un lien avec chacun des étudiants. De les aider à développer leur confiance et leur créativité.
« La joie et la fierté que je peux lire dans leur visage lorsqu’ils voient le produit fini sont la plus belle récompense pour moi », confie celle qui enseigne à des gens de 4 à 95 ans.
Et Qita Reindler enseigne aussi le yoga, un exercice qui lui permet d’amener un équilibre dans sa vie.
Un parcours qui n’a pas été facile, avoue-t-elle. À travers le changement de carrière et la perte d’un sens, les embûches ont été bien présentes. « Apprendre à vivre avec une perte modérée, puis sévère de l’audition n’a pas été facile, mais c’est ce qui m’a appris le plus dans la vie. J’ai découvert que vivre sa vie avec son cœur est un choix que nous faisons tous les jours. »
Aujourd’hui, l’artiste porte des appareils auditifs. Mais comme ceux-ci ne font qu’amplifier le son et non le rendre plus clair, elle lit aussi beaucoup sur les lèvres.