Oriana Familiar, conseillère en développement durable au CLD Brome-Missisquoi

L’union fait la force

L’union fait la force, dit le dicton. La symbiose industrielle, qui se veut une façon de partager les ressources entre entreprises, tant matérielles qu’humaines, en est un bel exemple. D’ailleurs, la plus récente mouture du projet dans Brome-Missisquoi donne de probants résultats.

La prémisse de l’approche en symbiose industrielle se résume en quelque sorte à la célèbre phrase du chimiste français Antoine Laurent de Lavoisier, voulant que « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ».

«Il faut mettre fin à l’économie linéaire où on extrait des ressources pour produire quelque chose puis, à la fin, le produit n’est pas revalorisé. Presque tout peut avoir une seconde vie. Et travailler en silo, ce n’est pas gagnant. Plusieurs entreprises de la région l’ont découvert et le mouvement prend de l’ampleur», a indiqué Oriana Familiar, conseillère en développement durable au CLD Brome-Missisquoi.


« Il faut mettre fin à l’économie linéaire où on extrait des ressources pour produire quelque chose puis, à la fin, le produit n’est pas revalorisé. »
Oriana Familiar

En fait, le projet a pris naissance en 2014 dans la MRC Brome-Missisquoi. Le CLD a été la troisième organisation à entrer dans la communauté chapeautée par Synergie Québec, qui regroupe désormais une vingtaine de MRC à travers la province. En ce qui concerne le soutien technique pour implanter les échanges, les adhérents peuvent compter sur le Centre de transfert technologique en écologie industrielle (CTTEI), affilié au Cégep Sorel-Tracy. En ce sens, une plateforme en ligne a été mise en place pour visualiser les matières disponibles dans chaque compagnie.

Les chiffres sont par ailleurs éloquents. Initialement, 18 entreprises ont intégré le projet dans Brome-Missisquoi. On parle désormais de près de 80 participants. Depuis 2014, quelque 250 échanges ont été réalisés, permettant de revaloriser environ 2500 tonnes métriques de produits. Ceci a permis des économies d’échelle avoisinant un demi-million de dollars au sein du groupe.

Les principaux secteurs d’activité sont la microélectronique, l’exploitation du calcaire, les plastiques et l’agroalimentaire. Parmi les participants, on compte entre autres Fabritec, General Electric (GE), Teledyne Dalsa, IBM Canada, le Centre de recherche en microélectronique (C2MI) et Zayat Aroma, toutes de Bromont. La Graymont et l’usine Koyo (Bedford), Emballages Knowlton, Canards du Lac-Brome et Domaine Pinnacle sont également du nombre.

Parmi les matières revalorisées, on retrouve notamment des palettes de bois, des résidus de plastique ou de métal.

Partage de main-d’œuvre
On pourrait croire que la symbiose industrielle se limite exclusivement au partage de produits. Or, la main-d’œuvre fait aussi partie de l’équation. «On parle partout de pénurie de main-d’œuvre. Alors, on a décidé de maximiser les échanges dans ce créneau. C’est une belle façon pour nous, dans Brome-Missisquoi, d’attirer des travailleurs en offrant des postes à temps plein», mentionne Mme Familiar, citant en exemple le recours à un comptable ou d’effectifs spécialisés pour deux entreprises.

Le projet a aussi des débouchés dans l’atteinte de cotes de qualité, entre autres par l’organisation internationale de normalisation (ISO). «Pour une entreprise, avoir l’accréditation ISO représente beaucoup d’investissements en terme de temps et d’argent. Les compagnies peuvent donc partager le matériel de formation. Du personnel d’une entreprise déjà accréditée peut également faire des audits dans une autre compagnie pour valider son éligibilité avant la visite d’un régisseur», a fait valoir Mme Familiar.

Pour la suite des choses, le CLD Brome-Missisquoi veut développer de nouveaux créneaux. L’agriculture et la sphère culturelle en font partie. «On pourrait faire en sorte que des artisans puissent récupérer du matériel intéressant pour réaliser leurs œuvres d’art. Pourquoi pas?», lance-t-elle.

Pour intégrer le projet de symbiose, on contacte Oriana Familiar au 450-266-4928, poste 254, ou par courriel à ofamiliar@cldbm.ca