Six séjours exploratoires destinés aux personnes immigrantes ont été organisés à l’automne et l’hiver derniers, dans chacun des six pôles territoriaux de Brome-Missisquoi, en partenariat avec l’organisme Solidarité ethnique régionale de la Yamaska.

Les travailleurs étrangers convoités

La MRC a beau déployer des outils de communication élaborés afin d’attirer les 18-40 ans, encore faut-il que sur le terrain, les municipalités se préparent à accueillir 10 000 nouveaux résidants. Cela ne se fait pas sans quelques ajustements. Lac-Brome est la première à avoir répondu à l’appel de la MRC qui propose d’accompagner les communautés dans cette aventure.

Il s’agit tout d’abord de sonder les jeunes, que Brome-Missisquoi cherche tant à attirer. Sept à huit jeunes adultes déjà établis dans la communauté, vivant seuls ou en famille, ont ainsi participé à trois rencontres depuis septembre.

« On remarque déjà que les jeunes démontrent beaucoup d’intérêt pour le côté écologique, l’aspect partage, entre autres », exlique Tanya Szymanski, conseillère en développement rural à la MRC Brome-Missisquoi.

Tanya Szymanski, conseillère en développement rural à la MRC Brome-Missisquoi

À Lac-Brome, la directrice des finances de la Ville, Caroline Cusson, est particulièrement fière de l’engagement des citoyens participants dans ce processus de consultation. « La participation citoyenne est l’élément-clé de la réussite de la démarche initiée par la MRC », est-elle persuadée.

Selon elle, Lac-Brome a beaucoup à offrir aux nouveaux venus grâce, notamment, à l’étendue du territoire qu’elle occupe. « On est capables d’en offrir pour tous les goûts », insiste-t-elle.

Ayant participé aux rencontres, la directrice des finances a constaté que les « gens sont extrêmement fiers d’habiter Lac-Brome ».

Besoin de travailleurs

La moyenne d’âge des Bromois étant de 50,2 ans — pour une moyenne de 44,9 ans dans Brome-Missisquoi —, l’apport de personnes jeunes est essentiel au développement de la ville.

« Nous voulons créer un certain dynamisme au niveau des écoles et de la vie de village », explique-t-elle.

L’entreprise KDC/One, spécialisée dans les contenants et emballages de produits de beauté, entre autres, a des besoins importants en main-d’œuvre, ce dont la Ville est consciente. « Nous voulons un bassin de travailleurs capable d’aider nos entreprises locales, entre autres KDC », reconnaît Mme Cusson.

La firme de marketing territorial Visages Régionaux, qui orchestre ces rencontres, analyse les données et commentaires exprimés lors des échanges. Elle proposera ensuite un plan d’action à Lac-Brome.

« Visages Régionaux possède une expertise sur les motifs de migration des jeunes », assure Mme Szymanski.

Pour l’instant, trois municipalités sont engagées plus avant dans le processus. Bromont et Notre-Dame-de-Stanbridge s’apprêtent, en effet, à emboîter le pas à Lac-Brome.

Trois autres ont aussi fait des démarches en ce sens, soit Dunham, Pike River et Stanbridge East.

« Cette démarche doit partir de la volonté des municipalités à mieux intégrer les nouvelles populations et à comprendre les besoins des jeunes familles », indique-t-elle.

Mme Cusson estime qu’une fois le rapport de Visages Régionaux en main, le conseil de Lac-Brome pourra ensuite proposer des actions concrètes afin de rendre la ville plus attirante pour les jeunes familles.

Mieux communiquer

Par ailleurs, des services existants mériteraient d’être davantage mis de l’avant par les villes. « Lac-Brome fait beaucoup pour ces citoyens, mais parfois les services ne sont pas toujours connus », reconnaît-elle.

Un défi consiste également à permettre aux travailleurs de certaines entreprises de se rapprocher de leur lieu de travail. Pensons notamment à KDC/One, qui embauche de nombreuses personnes immigrantes provenant de l’extérieur, entre autres, à Montréal.

L’immigration est d’ailleurs est un axe important de la stratégie d’attraction de nouvelles populations. La sensibilisation étant un élément important de l’accueil de personnes issues de cultures différentes, un guide sera envoyé, avant Noël, aux propriétaires d’immeubles locatifs de Brome-Missisquoi.

Les personnes immigrantes doivent également savoir ce qui les attend en venant s’établir ici. Dans cette optique, six séjours exploratoires destinés aux personnes immigrantes ont été organisés à l’automne et l’hiver derniers, dans chacun des six pôles territoriaux de Brome-Missisquoi, en partenariat avec l’organisme Solidarité ethnique régionale de la Yamaska.

D’autres séjours seront organisés ces prochains mois.