Le directeur général du CLD et de la MRC Brome-Missisquoi, Robert Desmarais

La MRC et ses partenaires en mode solutions

Des jeunes de plus en plus vulnérables, des problèmes de tabagisme et d’obésité. Le plus récent bilan de santé dans la MRC Brome-Missisquoi met en lumière plusieurs défis auxquels s’attaquent actuellement les membres d’un comité. De leurs travaux et réflexions découleront des actions concrètes en 2020.

« En 2017, en Estrie, 29 % des enfants de la maternelle, soit 1500 enfants, présentaient une vulnérabilité dans au moins un domaine de développement comme les compétences sociales, la maturité affective et le développement cognitif et langagier. C’est un peu plus élevé que la moyenne québécoise de 27 % », relatait La Tribune, au terme d’une conférence de presse de la Direction de la santé publique (DSP) en Estrie, tenue le 12 novembre.

La situation est particulièrement « préoccupante » dans le Réseau local de services (RLS) La Pommeraie.

« Dans Brome-Missisquoi, on a un plus grand pourcentage d’enfants en bas âge qui présentent plus d’une situation de vulnérabilité. C’est inquiétant, parce qu’il y a une dégradation de la santé entre l’enquête réalisée en 2012 et celle de 2017. On veut comprendre pourquoi, mais on n’a pas trouvé de réponse pour l’instant », a indiqué le directeur général de la MRC et du CLD Brome-Missisquoi, Robert Desmarais

En 2017, 550 enfants fréquentaient la maternelle dans le RLS La Pommeraie. Les pourcentages d’individus vulnérables ont été répertoriées dans le rapport de la DSP selon cinq domaines de développement : santé physique et bien-être (15,1 %), maturité affective (17,6 %), compétences sociales (16,8 %), développement cognitif et langagier (15,8 %), puis habiletés de communication et connaissances générales (16,3 %). Tous ces indicateurs ont près de cinq points d’écart avec la moyenne québécoise. Notons que 35,9 % des enfants de la maternelle recensés dans La Pommeraie étaient « vulnérables dans au moins un domaine ».

Obésité

Une première phase de l’Enquête de santé populationnelle estrienne (ESPE) a été menée durant l’été 2014 auprès d’environ 9000 adultes en Estrie. L’obésité figure parmi les facteurs de risque pour la santé les plus « préoccupants » relevés dans la MRC Brome-Missisquoi, avait indiqué la DSP. Les résultats de l’ESPE ont démontré que 25,8 % des répondants étaient aux prises avec ce problème. Cette statistique atteignait 20,9 % en Estrie.

L’obésité figure parmi les facteurs de risque pour la santé les plus « préoccupants » relevés dans la MRC Brome-Missisquoi.

Le tabagisme est également à surveiller dans la MRC. Idem pour la pauvreté chez les personnes âgées, a mentionné Robert Desmarais.

Le portrait n’est toutefois pas entièrement sombre. Parmi les points positifs relevés dans l’enquête de la DSP de l’Estrie, soulignons l’accès aux services de première ligne.

Ainsi, plus de 90 % de la population de Brome-Missisquoi a un médecin de famille, toutes catégories confondues (âge, sexe et niveau de revenus).


Un comité a été mis sur pied pour « cibler les problèmes et trouver des solutions », a mentionné M. Desnarais. Celui-ci est formé de représentants du CIUSSS de l’Estrie, des deux commissions scolaires (du Val-des-Cerfs et Eastern Townships), de municipalités, puis de la CDC de Brome-Missisquoi. Les membres se pencheront sur des dossiers distincts touchant les enfants, les jeunes jusqu’à l’âge adulte, les adultes et les personnes âgées. Une rencontre doit avoir lieu au cours des semaines à venir pour faire progresser le dossier, a fait valoir M. Desmarais.

Le comité disposera d’une enveloppe de 400 000 $, accordée à la MRC par l’Alliance pour la solidarité en Montérégie et issue du fonds québécois d’initiatives sociales, pour orchestrer son plan d’action.