Le comité Pikeriverains en action prépare déjà le prochain Festival Mikinak.

Festival Mikinak: une formule renouvelée en 2019

Après une année désastreuse, les organisateurs du Festival Mikinak ont décidé de se retrousser les manches et de faire évoluer l’événement. En modifiant le concept et en faisant un effort supplémentaire au niveau de la promotion, ils espèrent, avec leur offre d’activités renouvelée, pouvoir accueillir 400 personnes en 2019.

Le Festival Mikinak, qui vise à sensibiliser la population à la protection de la tortue molle à épines, a traversé une période bien difficile. Après deux années fructueuses ayant attiré jusqu’à 400 personnes, la mouture 2018 a peiné à attirer les foules. « La première année, on avait vendu 200 billets pour la course de tortues et, la seconde année, on avait monté ça à 400. Ça avait été tout aussi populaire, mais cette année, on n’a même pas eu 100 personnes... », se désole Pascale Massé, secrétaire-trésorière de l’organisme Pikeriverains en action. Mais une fois n’est pas coutume. Les organisateurs comptent faire de cette malheureuse expérience une exception dans l’histoire de l’événement. « On va ajouter plus d’activités pour permettre aux gens de s’amuser sur le terrain. On trouvait que l’offre n’était peut-être pas suffisante pour retenir les gens sur place. Après avoir fait le tour des kiosques et assisté à une conférence, ça s’arrêtait là », reconnaît l’organisatrice.

Jusqu’à présent, le Festival a proposé des kiosques portant essentiellement sur l’environnement et la tortue. « Nous avions des exposants comme Conservation de la Faune du Canada ou la SÉPAQ. Maintenant, on aimerait accepter des organismes Zéro déchet et tous les autres qui font la promotion d’un mode de vie plus écologique », avance-t-elle. Les organisateurs continuent toutefois de fermer la porte aux commerçants.

Comme ce fut le cas lors des précédentes moutures, l’un des points forts demeurera la présence du Zoo de Granby avec son kiosque et ses conférences. Le Zoo est le leader des actions de conservation de la tortue molle à épines dans la région du lac Champlain, incluant Pike River. « Nous avons un kiosque avec des animaux vivants, explique Patrick Paré, directeur de la recherche et de la conservation au Zoo de Granby. Ça permet aux gens de voir des tortues molles à épines, parce que c’est super rare. On donne aussi des conférences et on fait une visite en ponton sur la rivière aux Brochets. »

Des activités pour les plus petits devraient également être au programme, comme la course de tortue, fort populaire lors des deux premières années du Festival.

Le directeur de la conservation et de la recherche au Zoo de Granby, Patrick Paré, animera un kiosque lors du prochain Festival Mikinak.

Mesures de protection

Plusieurs acteurs de la conservation de la tortue le disent : le Festival Mikinak n’est que la pointe de l’iceberg de toutes les actions entreprises pour sauvegarder l’animal emblématique de Pike River. Plusieurs organismes multiplient les actions pour préserver l’espèce, qui demeure gravement menacée.

En mars 2000, le ministère de la Faune, des Forêts et des Parcs a classé la tortue comme étant « sévèrement en péril dans la province ».

Un statut toujours en vigueur à l’heure actuelle.

Le Zoo de Granby a mis sur pied un vaste chantier afin d’apprendre à mieux connaître l’animal et, surtout, à assurer la pérennité de sa population.

« L’objectif principal du Zoo, c’est de suivre les femelles, de recueillir les œufs qui sont pondus pour ensuite les faire incuber au Zoo, explique Patrick Paré. Notre objectif est de retourner à l’eau 2000 tortues d’ici 2022. On en fait environ 200 annuellement ».

De ce chiffre, environ 5 % devraient survivre jusqu’à l’âge de la reproduction.

« C’est un environnement où il y a vraiment une forte prédation, mais aussi une perte des milieux naturels » explique le directeur de la recherche et de la conservation.

Et c’est justement dans ce second aspect que s’inscrit le rôle de Mikinak. En sensibilisant les citoyens, les organisateurs espèrent que ceux-ci entreprendront des actions pour préserver l’espèce. Pascale Massé se rappelle que Conservation Canada avait tenté, il y a quelques années, d’acquérir des parcelles riveraines importantes pour la préservation de la tortue. Sans grand succès, indique le maire de la municipalité, Martin Bellefroid. « Les riverains tiennent à leur terrain, mais la municipalité les encourage tout de même à installer des bandes riveraines. En tant qu’élus, ça nous préoccupe. »

Les détails au sujet du prochain Festival Mikinak seront définis par le comité organisateur dans les prochains mois. L’événement devrait avoir lieu en août 2019.