Louise Forgues, vice-présidente, Francine Bernier, présidente, Astrid Gagnon, responsable des communications, et Lise Gnocchini, secrétaire archiviste.

Préoccupée par la perte d'autonomie

Certains équipements peuvent faire toute la différence pour une personne en perte d’autonomie. Or, la facture pour leur acquisition peut parfois être salée, voire impossible à payer pour bien des individus aux revenus précaires. La Fondation Claude de Serres a une solution pour remédier à ce genre de situation : le prêt de matériel. Afin de répondre aux besoins grandissants dans ce créneau, l’organisme sans but lucratif est en pleine campagne de financement auprès des entreprises de la région.

La Fondation a été créée en 1981, en hommage au Dr Claude de Serres, décédé l’année précédente. « Le Dr de Serres a toujours été là pour aider la population. C’était important pour la communauté de poursuivre le travail qu’il avait amorcé durant sa carrière », a indiqué la présidente de l’OSBL, Francine Bernier.

En fait, outre la population de Bedford, la Fondation dessert les citoyens de Frelighsburg, Saint-Armand, Philipsburg, Notre-Dame-de-Stanbridge, Pike River, Saint-Ignace-de-Stanbridge, Stanbridge East et Stanbridge Station. Toute l’équipe est constituée de bénévoles.

« Certains organismes versent des salaires à leurs membres. Ce n’est pas le cas chez nous. Tout l’argent amassé va pour l’achat ou la réparation d’équipements pour aider les gens à rester chez eux. Dans le cas d’une maladie ou d’une opération, par exemple, ça permet souvent aux gens de s’en remettre plus vite. Ils se sentent soutenus et c’est un stress de moins pour acheter ces équipements », a fait valoir Mme Bernier.

D’ailleurs, la liste d’équipements disponibles est longue. En ce qui concerne les déplacements, la Fondation offre notamment des béquilles, des bottes de marche, des déambulateurs, ainsi que des fauteuils roulants. Du côté des soins, on peut entre autres se procurer des concentrateurs d’oxygène, des bancs de transfert, des lave-cheveux de même que des dossiers de bain. Pour le sommeil, l’OSBL prête des lits électriques, des coussins, puis des couvre-matelas, pour n’en nommer que quelques-uns.

Partenariat
Afin de bien desservir la population, la Fondation travaille de concert avec l’équipe du CLSC de Bedford. Les deux organisations sont d’ailleurs dans le même immeuble, rue Saint-Joseph. Un plus indéniable, indique Mme Bernier.

« On aurait pu avoir un petit local ailleurs dans la municipalité. Mais, c’est beaucoup mieux de faire équipe avec le CLSC, car on aide la même clientèle. Son personnel s’occupe directement du soutien à domicile et nous, des équipements pour que ça fonctionne. On a le meilleur des deux mondes ! »

D’ailleurs, selon la présidente de la Fondation, la demande de prêt d’équipements est sans cesse grandissante.

« Avec le vieillissement de la population, les besoins sont toujours croissants. L’an dernier, on a prêté environ 275 équipements. Bien des gens préfèrent rester dans leur maison plutôt que de déménager dans une chambre minuscule. Notre but est de faire en sorte que ces personnes puissent garder leur autonomie, dans une certaine mesure, aussi longtemps que possible. » Et pas question d’imposer des contraintes de temps pour ramener le matériel prêté.

« Les gens gardent les équipements aussi longtemps qu’ils en ont besoin. Court terme, long terme, peu importe. »

Pour se procurer ce dont ils ont besoin, les gens n’ont qu’à passer dans les locaux de la Fondation, du lundi au vendredi. Afin de maintenir le cap, la Fondation a toutefois besoin de renflouer ses coffres.

Une vaste collecte de fonds est actuellement en branle.

Les compagnies et commerçants sont principalement ciblés pour atteindre l’objectif, fixé à 5000 $.

« Jusqu’ici, les gens ont toujours été généreux avec la Fondation, parce qu’ils savent que les répercussions sont directes dans la communauté, souligne Mme Bernier. Et j’ai confiance que l’on va pouvoir poursuivre notre mission encore bien longtemps. »