Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La perte d’un animal de compagnie est souvent ressentie comme la perte d’un ami ou d’un membre de la famille, d’où la nécessité pour beaucoup de leur dire adieu dans le respect et la dignité.
La perte d’un animal de compagnie est souvent ressentie comme la perte d’un ami ou d’un membre de la famille, d’où la nécessité pour beaucoup de leur dire adieu dans le respect et la dignité.

Un crématorium pour animaux domestiques dans le parc industriel de Bedford

Olivier Pierson
Olivier Pierson
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Un crématorium pour animaux domestiques verra bientôt le jour dans la zone du parc industriel de Bedford. Si tout se passe bien, sa construction devrait débuter au mois d’octobre, pour une mise en service attendue en janvier ou février 2022. Il s’agira du premier équipement de ce genre dans la région de Brome-Missisquoi, pour un coût de 1,5 million de dollars.

Ce projet est une affaire de famille, mais aussi l’aboutissement d’un désir qui couvait depuis longtemps chez ses instigateurs. « On travaille dessus depuis trois ans », révèle Serge Elieff, qui a embarqué dans l’aventure avec sa conjointe Diane Méthé et le père de celle-ci, prénommé Guy. Le cofondateur tient d’ailleurs à préciser que cette idée audacieuse a germé dans la tête de son beau-père. Autant rendre à César ce qui appartient à César...

Le trio a pour point commun d’aimer les animaux et de ressentir de la compassion à l’égard de ceux et celles qui doivent dire adieu à des compagnons qui ont fait partie intégrante de leur vie ou de leur famille. D’où l’idée de donner vie à un lieu offrant un service à la fois digne et respectueux.

Trois incinérateurs

La future compagnie, baptisée Crémation Phénix, devrait employer quatre personnes pour commencer, et assez rapidement six, si l’on en croit M. Elieff. Le bâtiment, d’une surface de 8000 pieds carrés environ, sera capable d’incinérer deux tonnes de carcasses par jour, grâce à trois incinérateurs. L’un d’eux sera dédié à la crémation de masse ou d’animaux assez gros, « de la taille d’un cheval » précise le copropriétaire, qui ajoute que les appareils utilisés respecteront les normes environnementales les plus strictes.

Le futur crématorium pour animaux domestiques devrait être opérationnel début 2022. Il sera capable d’incinérer deux tonnes de carcasses par jour.

Les exploitants ont déjà commencé à prendre contact avec des clients potentiels, sachant que ce crématorium s’adressera aussi bien aux entreprises animalières et vétérinaires qu’à des refuges, des fermes agricoles, des fourrières municipales ou encore des élevages et des organismes gouvernementaux. Sans oublier monsieur et madame Tout-le-Monde, et plus généralement des familles soucieuses de repartir avec les cendres de leur animal, et même de lui offrir un service funéraire à la hauteur de l’amour qu’elles lui auront porté. Il y aura ainsi, à titre d’exemple, un salon de repos où le défunt pourra être exposé. « Ceux qui le souhaitent pourront assister à la crémation », fait savoir Serge Elieff.

Le deuil en musique

La clientèle aura accès à trois types de crémation : commune, privée ou assistée. La première s’adressera principalement à des entreprises ou organismes, mais aussi à des particuliers qui ne souhaitent pas conserver les cendres de leur animal. La seconde permettra de vivre son deuil en toute intimité. La dernière formule sera offerte aux propriétaires ou aux familles désirant accompagner leur ami jusqu’à la toute fin. D’autres services seront disponibles, par exemple le recours à un pianiste pour accompagner en musique la crémation individuelle, ou à un vétérinaire pour pratiquer une euthanasie sur place. L’accès à des objets commémoratifs (urne personnalisée, empreinte de pattes, pendentif, etc.) fera aussi partie des prestations.