Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une nouvelle entente entre plusieurs fermes de la région permettra au Centre d’action bénévole de Bedford et environs d’obtenir des légumes fraîchement sortis du sol, cet été, afin de les redistribuer aux personnes dans le besoin.
Une nouvelle entente entre plusieurs fermes de la région permettra au Centre d’action bénévole de Bedford et environs d’obtenir des légumes fraîchement sortis du sol, cet été, afin de les redistribuer aux personnes dans le besoin.

Légumes frais et aide psychosociale pour les Bedfordois vulnérables

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Une nouvelle entente entre plusieurs fermes de la région permettra au Centre d’action bénévole de Bedford et des environs d’obtenir des légumes fraîchement sortis du sol, cet été, afin de les redistribuer aux personnes dans le besoin.

Environ une douzaine de fermes de Bromont, Farnham, Cowansville, Sutton et Bedford offriront leurs surplus aux organismes participants offrant de l’aide alimentaire, dont le Centre d’action bénévole de Bedford. Les cinq territoires se partageront les légumes invendus pour les redistribuer à leur clientèle respective.

Ce nouveau projet, qui s’inscrit dans la lutte antigaspillage déjà sur pied depuis quelques années au CAB, vient compléter les dons de nourriture hebdomadaire qu’offrent le Marché Metro, la Cabane du Maraîcher et le dépanneur Sonic. Pâtisseries, yogourt, lait, pain et légumes peuvent faire partie des invendus que redonnent une à deux fois par semaine les commerces au CAB.

« Aucun jugement »

Comme dans la majorité des organismes offrant de l’aide alimentaire, la demande a aussi augmenté au CAB de Bedford, Marie-Josée l’estimant à environ 25 %.

Elle affirme d’ailleurs qu’il n’y a « aucune honte et aucun jugement » lorsqu’il est question de demander de l’aide alimentaire. « On est là pour écouter, épauler. Il faut passer par-dessus l’orgueil et nous faire un signe pour qu’on sache qu’une personne a besoin d’aide. Et rendu là, ça va nous faire plaisir, et la personne sera bien reçue, il n’y a pas de malaise à avoir! »

Le Centre d’action bénévole de Bedford offre plusieurs services, tels que l’accompagnement pour transport médical, l’épicerie-partage, l’assistance technique pour remplir des formulaires, l’appel de sécurité pour personnes vivant seules ou encore un service d’aide aux courses.

Aide psychosociale

La nouvelle directrice générale du CAB de Bedford, Marie-Josée Proteau, qui succède à sa mère Lise Proteau, a mis sur pied un important projet dès son entrée en poste : l’ajout d’un intervenant psychosocial au CAB, dès cet automne, qui offrira un service d’aide en santé mentale à sa clientèle.

« On s’est rendu compte que notre clientèle, nos aînés, mais aussi nos adultes, vivent beaucoup d’anxiété avec la pandémie. On veut les aider de ce côté-là, à reprendre confiance en eux, à avancer dans la vie. »

Par l’ajout d’un travailleur social à l’équipe, Marie-Josée souhaite donner des « outils » à la population, poursuit-elle, afin qu’elle se prenne en main, et de leur « remonter le moral », qui, elle a remarqué, s’est détérioré cette dernière année.

Pour faire une demande d’aide alimentaire, et pour plus d’information, il suffit d’appeler au CAB de Bedford au (450) 248-2473.

La nouvelle directrice générale du Centre d’action bénévole de Bedford, Marie-Josée Proteau, qui succède à sa mère Lise Proteau, a mis sur pied un gros projet dès son entrée en poste : l’ajout d’un intervenant psychosocial au CAB, dès cet automne.

+

MARIE-JOSÉE PROTEAU, NOUVELLE DIRECTRICE GÉNÉRALE

Marie-Josée Proteau a été employée au Centre d’action bénévole de Bedford pendant 19 ans, au poste de coordonnatrice des bénévoles, puis à celui de directrice adjointe, avant de prendre les rênes de la direction générale des mains de sa mère, Lise Proteau, qui a été directrice pendant 37 ans avant de prendre sa retraite « bien méritée » en décembre 2020.

Marie-Josée, « arrivée en pleine pandémie », souhaite mettre sur pied de nouveaux services et « garder le centre bien ancré dans la communauté. » « On a parfois de la misère à rejoindre les gens, faire connaître nos services. On veut que les gens aient le réflexe de s’adresser à nous. »

Le plus grand défi qui attend la nouvelle directrice, selon elle, est d’ordre monétaire, défi que « tous les organismes ont », et de faire rayonner le centre.

« Je suis confiante et super motivée. J’ai une super équipe derrière moi, un bon conseil d’administration. J’ai espoir pour l’avenir. » BILLIE-ANNE LEDUC