Six caisses de la région, dont celle de La Pommeraie, offrent un arbre à chaque membre qui contracte une hypothèque.
Six caisses de la région, dont celle de La Pommeraie, offrent un arbre à chaque membre qui contracte une hypothèque.

Une hypothèque, un arbre: un projet florissant

Offrir un arbre à chaque membre qui contracte une hypothèque pour embellir leur nouvelle propriété: voilà l’essence du nouveau programme Une hypothèque, un arbre, lancé par six caisses de la région, dont celle de La Pommeraie.

«Ça fait partie de nos valeurs chez Desjardins et parmi nos priorités en matière de développement durable», explique Nathalie David, directrice adjointe au soutien à la direction générale de la caisse Desjardins La Pommeraie, qui dispose notamment d’un centre de services à Ange-Gardien.

L’idée est celle du directeur général de cette caisse, François Désautels, qui est très interpellé par le développement durable. Son projet a été soumis à la table de proximité composée des caisses de Granby, Brome-Missisquoi, Waterloo, Rouville, Haut-Richelieu et La Pommeraie.

Toutes les institutions ont décidé de se lancer et c’est ainsi que le programme a vu le jour en mars dernier. À ce jour, les six caisses ont offert plus 300 arbres, dont 50 ont été remis par celle de La Pommeraie.

De leur côté, trois variétés d’arbres sont proposées. Le premier en tête de liste reflète plutôt bien le nom de la caisse: le pommier, un arbre fruitier qui possède plusieurs vertus.

Ceux qui contractent une hypothèque doivent se présenter dans une pépinière qui collabore avec Desjardins où le choix de l’arbre est fait. Le commerçant assure ensuite la plantation de l’arbre.

À ce jour, les six caisses ont offert plus 300 arbres, dont 50 ont été remis par celle de La Pommeraie

Des démarches sont également entreprises en parallèle par les caisses participantes au programme pour évaluer leur implication à la réduction des gaz à effet de serre dans le cadre de carbone neutre.

Le programme Une hypothèque, un arbre est d’une durée d’un an, après quoi les membres de la table de proximité décideront de le reconduire ou pas, précise Mme David.