La municipalité souhaiterait que le MTQ aménage une voie de virage à droite pourrait être aménagée à chaque bretelle de sortie de l’autoroute.

Plus de sécurité réclamée sur la route 235

Artère au cœur de la municipalité, la route 235 est empruntée chaque jour par des centaines, voire des milliers de véhicules: automobiles, poids lourds et machinerie agricole. Pour s’assurer que la circulation s’y déroule de façon sécuritaire et fluide, la municipalité s’est adressée au ministère des Transports du Québec (MTQ) afin que celui-ci applique des correctifs jugés nécessaires.

Comme la route numérotée est de juridiction provinciale, Ange-Gardien ne peut pas elle-même mettre en place les solutions qu’elle estime les plus convenables pour adresser certaines problématiques constatées.

«On est rarement témoins d’accidents graves. Quand il y a des accrochages, les dommages et les blessures sont généralement mineurs, mais si on peut améliorer la situation à certains endroits, c’est notre rôle d’aviser le ministère», souligne le maire Yvan Pinsonneault.

En ce sens, l’automne dernier, la municipalité avait sommé le MTQ d’aménager de nouvelles voies de virage à droite aux bretelles d’accès de l’autoroute 10 qui mènent à son secteur commercial. C’est que la grande affluence de véhicules aux heures de pointe cause d’importants bouchons pouvant s’étirer sur plusieurs kilomètres.

En janvier, la direction montérégienne du ministère a donné suite à cette demande en modifiant la synchronisation des feux de circulation afin de permettre à la file de véhicules de se dissiper plus rapidement.

Cela ne suffit pas, croit toutefois le maire Pinsonneault. «La synchronisation des feux a beaucoup aidé, mais elle ne corrige pas entièrement le problème», estime-t-il, ajoutant que l’ajout de voies de virage au croisement de l’autoroute et de la route 235 représente une opération plutôt simple à réaliser pour le ministère.

«Le terrain appartient déjà au MTQ, ça ne nécessiterait pas d’expropriations», ajoute l’élu.

Le MTQ a d’ailleurs accepté de reconsidérer la demande de la municipalité, plus tôt cette année. Ce printemps, des employés du ministère ont réalisé des évaluations et des relevés d’arpentage sur le terrain pour concevoir l’aménagement de trois nouvelles voies. Comme le projet en est à ses balbutiements, il est encore trop tôt pour confirmer quelque échéancier que ce soit, avait alors fait savoir la responsable des communications, Josée Séguin.

Si le tout se concrétise — ce ne serait pas avant 2019, au plus tôt, croit M. Pinsonneault —, une voie de virage à droite pourrait être aménagée à chaque bretelle de sortie de l’autoroute. Une troisième voie pourrait voir le jour sur la 235 pour permettre le virage à droite dans la bretelle d’accès à l’autoroute en direction est. «Les gens se mettent déjà en double à cet endroit pour tourner», indique le maire.

Ce ne serait pas avant 2019, au plus tôt, croit le maire Yvan Pinsonneault, qu’une voie de virage à droite pourrait être aménagée à chaque bretelle de sortie de l’autoroute.

Une intersection plus sûre à l’angle du rang St-Charles
Ange-Gardien a également demandé au MTQ de se pencher sur l’intersection de la route 235 et du rang St-Charles. Comme le croisement des deux artères n’est pas à angle droit, il est difficile pour les automobilistes qui s’en approchent par le rang de voir les véhicules qui arrivent à grande vitesse en direction nord. De plus, comme le rang est emprunté par de la machinerie agricole qui circule plus lentement, les risques de collision sont réels lorsque celle-ci effectue un virage.

«Il y a six ou sept ans, la problématique avait déjà été soulevée à la municipalité, indique la directrice générale, Brigitte Vachon. On a essayé d’aider en installant un miroir arrondi qui permet de voir les véhicules qui arrivent. Mais comme ces miroirs ont le défaut de fausser la distance, en la rendant plus difficile à évaluer, ça n’a pas réglé le problème.»

Un accrochage survenu récemment a relancé le débat au sein du conseil municipal, qui a résolu le mois dernier, d’interpeller le MTQ à ce sujet en lui demandant d’étudier la possibilité de diminuer la vitesse à l’approche de ce croisement et d’aménager une voie d’accélération pour permettre des dépassements plus sécuritaires. «La solution se trouve probablement dans une combinaison des deux propositions», estime Mme Vachon.

La municipalité est toujours dans l’attente d’une annonce de la part du ministère. On demeure optimiste que les solutions proposées seront mises en place.

Les deux dossiers sont sous analyse et suivent leur cours, a pour sa part fait valoir Mme Séguin.