La directrice générale de la MRC Rouville, Susie Dubois, souhaite que tout le territoire soit desservi par une connexion Internet haute vitesse en 2019.

Internet haute vitesse: le projet franchit une nouvelle étape

Si tout se déroule comme prévu, l’étude pour évaluer la couverture du réseau Internet haute vitesse dans le territoire de la MRC Rouville pourrait commencer sous peu. Une seule entreprise a répondu à l’appel d’offres lancé par l’organisation. Le rapport concernant la proposition du soumissionnaire sera déposé le 20 juin au conseil des maires.

La municipalité d’Ange-Gardien était l’instigatrice de la demande d’étude. Le maire Yvan Pinsonneault s’est dit enthousiaste pour la suite des choses. «À l’ère où tout bouge rapidement, ça prend Internet haute vitesse, dit-il. Il y a plusieurs secteurs qui ne sont pas desservis dans la MRC [Rouville]. Et c’est le cas à Ange-Gardien. Il y a des choses intéressantes qui se font chez nos voisins dans Brome-Missisquoi, alors on veut s’en inspirer pour faire cheminer le dossier ici.»

Notons que la MRC Brome-Missisquoi devrait pouvoir déployer son réseau de fibre optique dans l’ensemble de son territoire sous peu. Internet Haut-Richelieu (IHR) a été retenue par la MRC pour gérer le projet. L’organisation pourra engager des montants pour lancer l’initiative dès qu’il signera un accord d’aide financière avec le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI), via le programme Québec branché, qui a reçu 247 projets. De son côté, la MRC Brome-Missisquoi obtiendra une subvention de 12 442 267 $ du MESI.

Consultation publique
Outre Ange-Gardien, Saint-Paul-d’Abbotsford, Sainte-Angèle-de-Monnoir et Rougemont, entre autres, souhaitent la réalisation d’une étude de couverture dans leur MRC. «La première étape sera de déterminer ce qui est présent sur notre territoire. J’espère avoir une consultation publique citoyenne et des entreprises minimalement avant d’aller plus loin», a fait valoir la directrice générale de la MRC Rouville, Susie Dubois.

Par ailleurs, le préfet de la MRC, Jacques Ladouceur, avait fait savoir que la couverture des fournisseurs Internet actuels «pourrait être inférieure, et de loin, aux estimations du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).»

Mme Dubois souhaite un déploiement haute vitesse dans toute la MRC en 2019. Cela ne pourra toutefois pas se concrétiser sans l’apport de subventions. Or, aucun programme n’est en vigueur actuellement, a souligné la DG. «Mais on s’attend à ce qu’il y en ait un nouveau en 2019», a-t-elle indiqué.

En 2008, une étude de la MRC de Rouville avait permis d’établir que 1500 résidences et compagnies n’avaient pas accès à Internet haute vitesse. Selon Mme Dubois, les besoins en ce sens sont très criants dans le monde agricole. «De nos jours, les fermes doivent avoir accès à Internet. C’est essentiel. Sans compter les jeunes familles.»