Brigitte Vachon, directrice générale et Yvan Pinsonneault, maire d’Ange-Gardien
Brigitte Vachon, directrice générale et Yvan Pinsonneault, maire d’Ange-Gardien

« On veut fleurir notre communauté »

En plus de ses travaux de modernisation des infrastructures du périmètre urbain réalisés au cours des cinq dernières années, Ange-Gardien en a profité pour embellir son paysage en ajoutant des ilots végétaux à divers endroits. Son prochain projet ? Améliorer les espaces verts du cœur du village où l’on trouve le presbytère, et ce, toujours dans le but de rendre la municipalité plus accueillante.

Le conseil municipal est en discussion avec les responsables de la Fabrique de la paroisse pour améliorer et entretenir les grands espaces verts de l’église et du presbytère par l’entremise d’un bail emphytéotique.

« Ça prend une place importante comme c’est au cœur de notre communauté », dit le maire Yvan Pinsonneault.

Depuis 2015, Ange-Gardien a entrepris un vaste chantier visant à remplacer les conduits d’aqueduc et d’égout en fin de vie du réseau urbain. Ces travaux d’infrastructures qui ont nécessité des investissements de 10,5 millions de dollars ont notamment été financés par différents programmes et subventions gouvernementaux à la hauteur de 5,7 millions $.

Le conseil municipal est en discussion avec les responsables de la Fabrique de la paroisse pour améliorer et entretenir les grands espaces verts de l’église et du presbytère par l’entremise d’un bail emphytéotique.

« On a un village neuf », lance le maire avec fierté.

Dans la foulée, il a aussi été possible d’améliorer l’aménagement urbain en refaisant les trottoirs, les bordures et le pavage dans plusieurs secteurs.

Après la base, l’image

Maintenant que « la base est solide », M. Pinsonneault dit être rendu à l’étape de « l’image de la municipalité ».

« On veut fleurir notre communauté », dit-il, en espérant créer un effet d’entraînement chez la Gardangeois. « On veut que ça rende les gens fiers et que ça leur donne le goût d’investir sur leur propre terrain. »

Déjà, des paniers de fleurs suspendus ajoutent un cachet au village, mais divers aménagements paysagers ont été ajoutés aux propriétés municipales.

Déjà, des paniers de fleurs suspendus ajoutent un cachet au village, mais divers aménagements paysagers ont été ajoutés aux propriétés municipales. Le parc Coulicou, l’hôtel de ville, la caserne de pompiers, les jeux d’eau et la station de pompage ont notamment pu bénéficier d’un peu de verdure ces dernières années.

« Tout ça, c’est fait à l’interne, avec nos employés et c’est ma fierté. On fait des miracles avec peu chez nous », affirme le maire.

La qualité visuelle du village a toujours été considérée lors des travaux de réfection. « C’est un réflexe qu’on a. Quand on règle une problématique, on finit avec une touche d’aménagement paysager. »

Cette démarche s’inscrit d’ailleurs dans le défi que la municipalité s’est lancé en 2017, alors qu’elle avait décroché trois fleurons dans la classification des Fleurons du Québec. L’évaluation, qui se fait aux trois ans, aura lieu en août. « Ça coïncide avec les efforts qu’on a déployés », avance M. Pinsonneault qui espère obtenir une quatrième étoile.

Si ce dernier assure que les pelles et les cônes orange seront substitués par plus de verdure dans le périmètre urbain, les travaux se déplaceront dans le secteur agricole où on procédera à la réfection des routes en périphérie du territoire.

« L’an dernier, on a fait le rang Séraphine. On a fait des travaux de pavage dans le rang Rosalie et là on veut s’attaquer au rang Saint-Georges », affirme le maire.