Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Fulgence Ménard
Fulgence Ménard

Fulgence Ménard, un grand bâtisseur

Étienne Bouthillier
Étienne Bouthillier
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Le 12 avril dernier est décédé un des plus grands bâtisseurs du domaine agroalimentaire québécois. Fulgence Ménard, fondateur de l’entreprise F. Ménard, a laissé sa marque tant au niveau entrepreneurial que communautaire dans la municipalité d’Ange-Gardien. Portrait d’un pionnier respecté de tous.

« Je garde un précieux souvenir de ce grand bâtisseur. Avec lui, on sentait qu’on faisait partie de la famille. C’était un monsieur charmant et calme », se rappelle Yvan Pinsonneault, maire d’Ange-Gardien et gestionnaire chez F. Ménard.

Le sens de l’entrepreneuriat

L’histoire de l’entreprise F. Ménard est bien connue des Gardangeois : c’est en 1961 que Fulgence Ménard donne son nom à la meunerie de son père Hervé, qu’il venait tout juste d’acheter.

L’entreprise F. Ménard est une pionnière du domaine de l’agroalimentaire au Québec. M. Ménard y a développé un réseau direct avec 225 éleveurs de porcs et de poulets de la province.

La recette semble simple, encore fallait-il y penser. Fulgence Ménard a développé des liens d’affaires avec tous ces éleveurs. Ces derniers fournissent la main-d’œuvre et leurs infrastructures à l’entreprise F. Ménard qui, à son tour, les approvisionne en animaux et en moulée.


« Je garde un précieux souvenir de ce grand bâtisseur. Avec lui, on sentait qu’on faisait partie de la famille. »
Yvan Pinsonneault, maire d’Ange-Gardien

Un modèle révolutionnaire était né. F. Ménard, notamment dans les décennies 1980 et 1990, fait également l’acquisition de plusieurs silos et meuneries de la région. Le point culminant de cette importante croissance est l’achat d’Agromex en 1998.

Entreprise familiale

La famille était très importante dans l’entreprise de Fulgence Ménard. Ses fils François, Bertrand, Luc et Pierre en sont désormais les gestionnaires. L’entreprise compte maintenant trois générations de Ménard dans ses rangs.

Au fil des années, il a cédé la direction de l’entreprise à ses fils, mais est resté président du conseil d’administration jusqu’à sa retraite, en 2017. En 2020, l’entreprise F. Ménard a été vendue à deux divisions de La Coop fédérée, soit Olymel et Sollio Agriculture.

Fulgence Ménard

M. Fulgence Ménard est décédé à Cowansville, à l’âge de 87 ans.

Humble et discret

Maire d’Ange-Gardien depuis 2013, Yvan Pinsonneault souligne l’impact qu’a eu Fulgence Ménard dans sa municipalité. « M. Ménard et son entreprise se sont beaucoup impliqués comme citoyens corporatifs. Ils étaient là pour toutes les activités communautaires. Ils ont mis un terrain de soccer à la disposition de la ville », note celui qui est également à l’emploi de l’entreprise F. Ménard depuis plus de 40 ans.

« C’était un homme qui inspirait beaucoup les gens par son ardeur au travail, son sens de l’honnêteté et de l’intégrité, mais également son sentiment d’appartenance à la famille », a déclaré Richard Bilodeau, vice-président pour les productions porcines chez F. Ménard, division d’Olymel, au moment du décès de M. Fulgence Ménard, il y a quelques mois.

« Il était humble, effacé et discret. Il avait de l’écoute. Il prêchait par l’exemple. Il était apprécié de tous », note Yvan Pinsonneault, qui a clairement été marqué par son ancien patron, mais également l’homme derrière l’entrepreneur.

Le nom de Fulgence Ménard sera gravé à jamais dans l’histoire entrepreneuriale de la province. Sa marque se fait, et se fera également sentir pour des décennies encore dans la municipalité d’Ange-Gardien, où il est toujours aussi présent.

— Avec la collaboration de la Société d’histoire et de généalogie des Quatre Lieux