Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La mise en ligne de la boutique ainsi que la refonte du site Internet sont planifiées pour l’automne 2021. « Tout est prêt. La structure est déjà bâtie, mais je veux vraiment attendre l’automne avant de faire le lancement », confie Colombe­ Ménard.
La mise en ligne de la boutique ainsi que la refonte du site Internet sont planifiées pour l’automne 2021. « Tout est prêt. La structure est déjà bâtie, mais je veux vraiment attendre l’automne avant de faire le lancement », confie Colombe­ Ménard.

Chocolats Colombe : «Je fais le plus beau métier du monde»

Jocya Vautour-Ouellet
Jocya Vautour-Ouellet
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Colombe Ménard ne travaille pas, elle s’amuse, dit-elle. La boutique Chocolats Colombe fête trois décennies d’activités autour du cacao. Pour l’occasion, la propriétaire signe un nouveau chapitre numérique : une refonte complète du site Internet et la création d’une boutique en ligne.

« Je ne veux plus compétitionner. Je veux seulement faire ce que j’aime, soit partager mes plaisirs gustatifs et me démarquer grâce à ma passion. »

Selon l’artiste, certains clients font plusieurs heures de route pour venir savourer ses petits délices. La boutique en ligne est donc une opportunité en or de partager son amour pour le chocolat avec les Québécois.

La mise en ligne de la boutique ainsi que la refonte du site Internet sont planifiées pour l’automne 2021. « Tout est prêt. La structure est déjà bâtie, mais je veux vraiment attendre l’automne avant de faire le lancement », confie celle qui se qualifie de workaholic. « Jusqu’à récemment, je travaillais six jours par semaine. Mes vendredis et mes samedis étaient consacrés à mon commerce. J’ai eu un choc quand mon train de vie a ralenti à cause de la pandémie. »

La chocolatière partage ses journées de travail avec Isabelle, sa collègue depuis près de 17 ans ; une relation professionnelle qu’elle n’hésite pas à comparer à la cerise sur le sundae. Bientôt, celle qui gère l’entreprise toute seule depuis plusieurs années devra embaucher une troisième personne, afin de l’aider à coordonner le projet. La nouvelle recrue sera responsable, entre autres, du service à la clientèle, des envois postaux, bref, de toutes les tâches pouvant se greffer au projet numérique.


« Je veux seulement faire ce que j’aime, soit partager mes plaisirs gustatifs et me démarquer grâce à ma passion. »
Colombe Ménard, chocolatière
Chocolats Colombe fête trois décennies d’activités couleur café. Pour l’occasion, Colombe Ménard signe un nouveau chapitre numérique : une refonte complète du site Internet et la création d’une boutique en ligne.

La Covid-19 a également apporté son lot de positif pour le commerce situé le long de la route 235. À l’occasion de la fête de Pâques, une file d’attente longue de 45 minutes n’a pas découragé les clients fidèles au rendez-vous.

La vague de soutien envers les artisans locaux a aussi permis à la chocolatière d’ajouter quelques points de vente en région. Elle distribue désormais ses créations sucrées chez Orange Coco, à l’Érablière Bernard, au Potager Mont-Rouge ainsi qu’à un point de vente à Montréal.

« Comme Obélix »

Non, son histoire d’amour pour le chocolat ne date pas d’hier. En fait, sa passion est liée à ses souvenirs d’enfance. Sa famille agricultrice avait la dent sucrée, et sa maman aimait particulièrement les gâteries chocolatées. « Mon histoire, c’est un peu comme Obélix qui est tombé dans la marmite », souligne l’entrepreneure. Mme Ménard se souvient d’avoir cuisiné le chocolat avec sa mère. Ces moments, elle les chérit encore et s’applique à transmettre cette énergie à la fois nostalgique et chaleureuse dans toutes ses créations.

Par la suite, Colombe Ménard a parcouru des milliers de kilomètres pour parfaire ses connaissances et a eu la chance d’apprendre aux côtés de grands chocolatiers.

« Je fais le plus beau métier du monde. Le chocolat, c’est réconfortant et je veux rester dans cette énergie-là. »