Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La nouvelle infrastructure, qui serait profitable aussi bien aux citoyens de tous âges qu’à la clientèle de l’école primaire, du CPE et du camp de jour, serait aménagée sur le terrain situé à l’est de l’école où on retrouve déjà les jeux d’eau, dans le virage de la rue Saint-Jean.
La nouvelle infrastructure, qui serait profitable aussi bien aux citoyens de tous âges qu’à la clientèle de l’école primaire, du CPE et du camp de jour, serait aménagée sur le terrain situé à l’est de l’école où on retrouve déjà les jeux d’eau, dans le virage de la rue Saint-Jean.

Ange-Gardien s'offre une patinoire couverte

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Voilà au moins trois ans que la municipalité d’Ange-Gardien fantasme de s’offrir une patinoire couverte. D’ici la prochaine année, on passera du rêve à la réalité alors qu’une importante subvention permettra à la municipalité d’aller de l’avant avec le projet.

Traditionnellement, la patinoire municipale était aménagée de façon temporaire, en hiver. Avec l’agrandissement de l’école primaire Jean-XXIII et l’ajout d’un nouveau gymnase, pour lequel la municipalité a investi 1,2 million de dollars, l’emplacement n’était plus suffisamment spacieux pour accueillir l’infrastructure hivernale, qui a été construite sur le terrain de balle ces trois derniers hivers.

Une solution aussi temporaire que l’installation, toutefois. « Quand il y a le redoux, tout est à refaire. Une structure permanente serait dotée d’une fondation qui permettrait de conserver la glace plus longtemps, donc d’offrir le service plus tôt et plus tard dans la saison », avait alors indiqué le maire d’Ange-Gardien, Yvan Pinsonneault.

D’où le souhait d’aménager une patinoire couverte quatre saisons, une idée qui a finalement germé sous la forme d’un plateau sportif multifonctions, qui pourrait accueillir, d’une part, le patinage libre et le hockey, mais aussi d’autres activités ne nécessitant pas de glace, comme le pickleball, le dek hockey ou le basketball, en plus de servir de scène lors de fêtes ou d’événements.

Pour élaborer son projet et en évaluer les coûts, Ange-Gardien s’est inspiré d’infrastructures semblables qu’on retrouve dans d’autres municipalités de la région, soient Saint-Liboire, Candiac, Potton et McMasterville.

Cette vue aérienne permet de visualiser l’emplacement de la future installation.

La nouvelle infrastructure, qui serait profitable aussi bien aux citoyens de tous âges qu’à la clientèle de l’école primaire, du CPE et du camp de jour, serait aménagée sur le terrain situé à l’est de l’école où on retrouve déjà les jeux d’eau, dans le virage de la rue Saint-Jean.

À cela s’ajouterait un sentier multifonctionnel, de même qu’un bâtiment de service servant à la fois de chalet des patineurs, d’installation sanitaire et de local de rangement. Glacé pour le patinage en hiver, il sera utilisé comme piste de course et sera assez large pour permettre la libre circulation des citoyens à mobilité réduite.

Belle offre en infrastructures de loisirs

Pour M. Pinsonneault, ce nouveau chantier et son produit final représenteront rien de moins que « le couronnement de tous les aménagements en infrastructures de loisirs qu’on a réalisés au cours des cinq dernières années ».

Après la construction du gymnase double à l’école, en 2016, la municipalité a déboursé, l’année suivante, 315 000 $ pour les jeux d’eau. En 2018, elle a acquis un module de jeu qui se trouve sur le terrain de l’école et l’an dernier, a investi 92 000 $ pour revamper le parc Coulicou.


« Les gens ont beaucoup de services de proximité, et ils en sont fiers. »
Yvan Pinsonneault, maire d’Ange-Gardien

Le maire reconnaît que sa municipalité a beaucoup à offrir en termes de loisirs, compte tenu de sa démographie relativement modeste, qui est passée de 1929 habitants en 1996 à 2861 aujourd’hui. Il estime que ces investissements en valent la chandelle. « Les gens ont beaucoup de services de proximité, et ils en sont fiers », laisse-t-il aller.

Sans endetter la municipalité

Les deux tiers de la facture seront défrayés par les paliers de gouvernement supérieurs. En effet, Québec et Ottawa ont annoncé conjointement, au début du mois, qu’ils investiraient tout près de 380 000 $ chacun dans le projet.

Le tiers restant sera financé à même le Fonds des parcs et des terrains de jeu de la municipalité ; les sommes sont déjà réservées, ce qui signifie qu’Ange-Gardien n’ira pas en règlement d’emprunt. « C’est une excellente nouvelle pour nous, et c’est une très belle contribution des deux paliers de gouvernement », laisse entendre le maire.

Comme ses collègues du conseil municipal, l’élu était confiant d’obtenir un appui financier de la part des gouvernements. C’est pour cette raison qu’Ange-Gardien a pris les devants et a déjà fait réaliser les tests de sol sur le site où sera érigée l’infrastructure. Les services d’un architecte ont déjà été retenus et le conseil s’apprête à aller en appels d’offres d’ici le prochain mois.

Comme la pandémie a bousculé les chantiers de construction partout dans la province, on ignore encore à quel moment pourront être donnés les premiers coups de patin dans la nouvelle infrastructure. On est toutefois confiants, à la municipalité, que les travaux commenceront d’ici quelques mois.