Les suppléments (vitaminiques) ne remplaceront jamais l’interaction chimique produite par la consommation de vrais aliments, estiment les nutritionnistes.

Vitamines : en prendre ou pas

Vitamine C, vitamine D, multivitamines : faut-il en prendre ou pas ? Si la consommation quotidienne de vitamines peut s’avérer avisée, voire incontournable pour certaines personnes, elle n’est pas toujours nécessaire. Mieux vaut privilégier une alimentation équilibrée, affirment des nutritionnistes.

« Les suppléments (vitaminiques) ne remplaceront jamais l’espèce d’interaction chimique qui se produit quand on mange les vrais aliments. Même en hiver, on aurait avantage à manger des fruits et légumes surgelés, étant donné qu’il y en a moins de frais. On va avoir davantage de nutriments de cette façon qu’avec des suppléments. Et ces nutriments sont plus facilement assimilables quand ils sont directement dans les aliments », fait valoir Marie-Claude Trempe, nutritionniste à Granby.

Cela dit, la prise de vitamine D, la fameuse vitamine « soleil », est conseillée de façon quotidienne par Santé Canada aux personnes âgées de 50 ans et plus. Comme cette vitamine est plus difficile « à aller chercher dans les aliments », selon Judith Pelletier, aussi nutritionniste à Granby, plusieurs professionnels de la santé n’hésitent pas à conseiller la prise de ce supplément pour « Monsieur et Madame Tout-le-Monde ».

La prise de vitamine D est aussi recommandée pour les bébés allaités.

Sinon, les femmes enceintes ou celles qui souhaitent le devenir doivent inclure les suppléments d’acide folique à leur alimentation. « C’est prouvé que les bébés peuvent avoir des problèmes si leur mère n’a pas pris d’acide folique », note Judith Pelletier.

Multi ?
Les végétaliens, même les végétariens, pourraient par ailleurs avoir besoin de certains suppléments, notent les nutritionnistes. Ils auraient avantage à s’informer. « On ne pense pas nécessairement aux multivitamines, mais à la B12 et au fer. Ce sont des choses à surveiller quand on exclut certains groupes d’aliments », relève Mme Pelletier. Même chose pour les personnes qui souffrent d’allergies alimentaires et qui doivent mettre une croix sur certains aliments ou groupes d’aliments.

Les personnes âgées, qui s’alimentent bien et qui jouissent d’une bonne forme physique, pourraient opter pour la prise de multivitamines, mais cela demeure optionnel.

« Sauf qu’en pratique, les personnes âgées mangent souvent moins. Parfois, elles peuvent aussi avoir de la difficulté, que ce soit avec la digestion ou avec la mastication. Dans ces cas, elles pourraient avoir avantage à prendre des suppléments. Ça ne veut pas dire un supplément de multi. Des fois, on va cibler en fonction de la problématique de la personne », précise Judith Pelletier.

Selon elle, certaines précautions sont cependant nécessaires, car des interactions peuvent surgir entre la médication et la prise de suppléments vitaminiques.

La populaire vitamine C, elle, peut-elle aider le système immunitaire à combattre les virus, surtout en hiver ? Certaines études auraient établi que la consommation de capsules de vitamine C n’influencerait par le nombre d’épisodes de rhume, mais elle pourrait néanmoins limiter leur durée.