La nutritionniste Judith Pelletier.

Pas pour tout le monde

Barres énergétiques, boissons, poudre, capsules... Les substituts alimentaires ont-ils vraiment leur raison d’être ? Pas toujours...

À ce sujet, la nutritionniste Judith Pelletier apporte mille et une nuances. « Je le vois dans l’optique suivante : quand les vrais aliments ne conviennent pas, c’est correct. »

Les boissons de type Ensure ou Boost peuvent, par exemple, aider les personnes sans appétit, malades, celles qui ont de la difficulté à avaler ou qui ont des problèmes de gorge, dit-elle, en recommandant aux personnes malades ou aux aînés dénutris de consulter pour obtenir de bons conseils.


«  Je le vois dans l’optique suivante : quand les vrais aliments ne conviennent pas, c’est correct.  »
Judith Pelletier, nutritionniste

Là où les substituts peuvent être utiles — sans en abuser —, c’est lorsque les gens manquent de temps pour manger. « Ce n’est pas une bonne idée de manger des barres ou des shakes chaque jour. Si on parle d’un shake maison ou d’un smoothie doté de bonnes valeurs nutritives, cela peut être correct pour les matins où les gens ont moins d’appétit. »

Pour perdre du poids, cependant, Mme Pelletier ne recommande par l’usage de substituts. « Une fois tannée des barres et des shakes, la personne va reprendre tout le poids perdu. Avec cette méthode, tu n’as pas une alimentation équilibrée et c’est intenable », assure-t-elle.

Et pour les gens qui s’entraînent ? « Ça peut être pertinent pour les athlètes qui s’entraînent plusieurs heures par jour et qui ont des besoins importants. Ça vient alors compléter leur alimentation, pas comme substitut de repas, comme collation ! »

Quand on lui demande si certains types de substituts sont meilleurs que d’autres, Judith Pelletier se montre prudente. « Si on manque d’appétit, mieux vaut se diriger vers les substituts liquides. Dans le cas d’un remplacement de repas, les barres peuvent donner une meilleure sensation de satiété, même si c’est rarement suffisant. »

Peu pertinent
Alors, bons ou mauvais les suppléments alimentaires ? « Je dirais que pour M. et Mme Tout-le-Monde, ce n’est pas vraiment pertinent. »

Pour éviter d’y avoir recours, la spécialiste suggère plutôt d’autres options.

« Si c’est pour perdre du poids, ça prend un suivi professionnel. Si les substituts deviennent des ‘‘dépanneurs’’ fréquents, je suggère plutôt aux gens de se préparer des crudités, d’avoir des fruits sous la main, mais aussi des noix, des yogourts, du fromage... Il y a moyen d’acheter des options plus équilibrées que les substituts de repas. »

Selon elle, ceux-ci sont souvent trop sucrés. Et bien que certaines compagnies proposent des produits « pas pires », les substituts offrent rarement l’équivalent en vitamines et minéraux d’un bon repas. « Ça prend des calories et la bonne dose de protéines, de glucides, de fibres. Il est rare qu’on trouve quelque chose de vraiment complet. »

En consultant la liste d’ingrédients, il importe de se poser quelques questions fondamentales. « Est-ce que je comprends les ingrédients ? Est-ce que ce sont des sucres naturels ? Est-ce que ça contient de bonnes huiles végétales ? Des noix ? Y a-t-il des additifs ? »

Sans oublier que les substituts de repas demeurent des aliments transformés, rappelle la nutritionniste, alors que la clé d’une saine alimentation est de favoriser les produits frais et non transformés.