Malgré la température pas toujours très invitante, le club de golf Saint-Césaire a enregistré près de 35 000 rondes cette saison.

Golf Saint-Césaire: une acquisition qui en vaut le coup

«Nous sommes vraiment contents de notre achat. L’achalandage est vraiment très bien», se réjouit Pierre-Luc Paquette, directeur général du club de golf Saint- Césaire et l’un des propriétaires.

Quatre passionnés de golf, Yanick Campbell, Nicolas Campbell, Richard Lacroix et Pierre-Luc Paquette, ont acquis le terrain, une propriété de la municipalité de Saint-Césaire, au printemps 2015. Détruit lors d’un incendie, le chalet a été reconstruit en totalité. Un garage ainsi qu’une terrasse devenue quatre saisons se sont ajoutés à la liste des réalisations.
Le quatuor, qui opère le club depuis deux saisons, a déjà enregistré une année record en
2016 sur son terrain de 18 trous, une normale 72. «On a eu près de 40 000 rondes de golf, fait savoir Pierre-Luc Paquette. Et cette année, malgré la température, on va se rendre à 35 000.»
Comment arrivent-ils à tirer leur épingle du jeu? «Ce qui fait qu’on a autant de monde, c’est vraiment notre rapport qualité-prix.  On offre quasiment les conditions de jeu d’un terrain privé, mais c’est un club public. C’est un club familial et l’ambiance est super bonne», affirme le directeur général.
Le golf, qui ouvre habituellement ses portes à la mi-avril et qui est en service jusqu’à la mi-novembre, compte des golfeurs occasionnels et des membres. Il offre également des abonnements corporatifs. Le club est aussi l’hôte d’une soixantaine de tournois annuellement.
M. Paquette affirme que la guerre de prix dans l’industrie du golf survenue il y a quelques années est de l’histoire ancienne, ou presque. «Les terrains sont pleins. Je crois qu’il y a un regain», dit-il. La situation serait plus difficile pour les clubs de golf haut de gamme, selon lui. «Quand, par exemple, ça coûte 5000 $ être membre, il n’y a plus de relève qui veut payer ce prix-là.»
Après deux ans d’opération, le groupe de propriétaires travaille à rentabiliser son acquisition, tout en poursuivant l’amélioration du terrain. Il s’est également donné comme défi de faire découvrir et aimer ce sport aux 35 ans et moins.

Le directeur général du club de golf Saint-Césaire et l’un des quatre
propriétaires, Pierre-Luc Paquette.