Les travaux de la façade de l’église Saint-Michel vont bon train et devraient être terminés à la fin du mois de septembre.
Les travaux de la façade de l’église Saint-Michel vont bon train et devraient être terminés à la fin du mois de septembre.

Une cure de jeunesse pour la façade

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Les travaux de réfection de la façade de l’église Saint-Michel de Rougemont avancent à bon train, et seront terminés, si tout va bien, à la fin du mois de septembre 2020.

Débutés vers la fin du mois de juillet, les travaux de réfection consistent à réparer la façade, à refaire tous les joints et à réparer ou remplacer, le cas échéant, les pierres.

Fenêtres

« On en a changé une cinquantaine environ, dit Gilles Allaire, président du conseil de la fabrique de la paroisse de Saint-Michel. Après, il nous reste à réinstaller les fenêtres intérieures de la façade. »

Les fenêtres extérieures de la façade avaient quant à elle été remplacées il y a quatre ans. La fabrique devait attendre d’avoir les subventions nécessaires pour s’occuper des fenêtres intérieures, qui contiennent les vitraux.

Un montant de 140 000 $ leur a été accordé par le Conseil du patrimoine religieux à la fin de l’année 2019 afin d’entreprendre ces travaux de réfection, dont le coût total s’élève à 240 000 $.

Débutés vers la fin du mois de juillet, les travaux de réfection consistent à réparer la façade, à refaire tous les joints et à réparer ou remplacer les pierres.

« On a fait beaucoup d’événements pour amasser les fonds restants pour les travaux, dit M. Allaire. On a eu beaucoup d’appuis de la part des paroissiens. Les entreprises ont aussi beaucoup aidé, je suis bien content. »

Soupers, vente de billets pour des tirages et spectacles d’humour ont été organisés ces six dernières années afin d’amasser les quelque 100 000 $ de plus nécessaires à la restauration de la façade de l’église construite en 1931.

En 89 ans, l’église Saint-Michel, qui contient en ses murs des fresques d’Ozias Leduc, a subi plusieurs rénovations assurant sa bonne conservation, notamment « deux grosses réparations du toit, trois ou quatre réparations de la façade et le remplacement de toutes les fenêtres ».

« Souvent, les travaux dans une église sont faits en retard en raison du manque d’argent et de l’attente de subventions, alors ça peut entraîner des problèmes comme l’infiltration d’eau qu’on a eue il y a quelques années. »

Église ouverte, porte principale condamnée

Pendant les travaux, l’église Saint-Michel est ouverte à la population et permet un maximum de 150 personnes à l’intérieur. Les messes se font normalement le dimanche à 11 h et le mercredi à 8 h.

La porte principale étant condamnée en raison des échafauds présents, l’église ne peut pas assurer de service funéraire avec corbillard, mais le service est possible avec urne.

« J’espère qu’avec ces travaux, on va être bon pour au moins 40, 50 ans ! », laisse tomber Gilles Allaire.